Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 08:20

En lisant la dernière rubrique de Jean Marc Quarin datée du 1er octobre 2010, il m’est venu d’écrire cette petite chronique, par analogie avec le sud.

Patrick et laurent sont un peu des provocateurs, réactionnaires peut être, taquins, capables d’écrire sur mon blog des commentaires dithyrambiques sur le style des vins de Gauby et ceux, moins appréciés (c’est un euphémisme) de Bizeul ou des nôtres, Thunevin-Calvet, dans le Roussillon. Même un commentaire écrit avec passion, talent, amour, sur les vins de Jérôme Bressy « Gourt de Mautens », que m’avait fait découvrir Hervé Bizeul, font ressortie l’avis de Patrick par rapport à celui de Laurent.

Vaste sujet de polémique, certains vins « d’auteur » suscitent pas mal de propos enflammés, surtout quand en plus, on a rencontré les gens qui font ces vins. Encore heureux que le goût unique si souvent annoncé ne soit pas encore imposé, certains médias sont pour le style Gauby, je ne peux le contester, je lis comme tout le monde la RVF ou certains médias, d’autres sont plus opposés (voir La Passion du Vin) et qu’après tout, il vaut mieux aujourd’hui attendre demain pour savoir qui d’un style ou d’un autre aura raison en étant toujours présent, et encore pourquoi faudrait-il être un vin qui dure, une propriété pérenne, y a-t-il une obligation d’être un monstre sacré du classement 1855 pour avoir le droit d’exister en France ?

Le principal, me semble-t-il,  c’est la viabilité économique qui rend les clients heureux, ainsi que le viticulteur et ses employés.

Quel que soit les styles de vins préférés par les uns ou les autres, même s’ils sont mes amis, je préfère et préfèrerai longtemps les vins opulents d’Hervé Bizeul ou ceux réalisés par Claude Gros chez nous, dans le Sud ou à Bordeaux. La preuve de mon goût pour ces vins : j’ai aujourd’hui  à Bordeaux, pour notre propriété de Pomerol, fait appel à Claude Gros qui nous aide à réaliser dans le Roussillon nos vins « Thunevin-Calvet », avec une recherche de fruit et de netteté aromatique, toujours dans le registre maturité sans complexe !

Avec Michel Rolland comme consultant, il y a longtemps que j’ai choisi mon camp.

 

Ce qui serait bien, c’est un vœu pieu d’Hervé Bizeul et de quelques uns de nos amis, c’est que quelques journalistes influents nous donnent un coup de main pour imposer au monde cette sublime région, avec l’obligation morale (je ne vise qu’un ou 2  médias connus) de parler des différents courants de pensée dans cette région et pas seulement de ceux qui sont sur le fruit froid.

Ce n’est pas parce que je, nous ne faisons pas de vin comme Gauby qu’il faut nous ignorer, encore moins faire des commentaires fielleux comme j’ai pu en lire ici ou là.

 

C’est vrai que je suis très concerné, mais enfin je ne vois pas en quoi et pourquoi le fait de vouloir faire dans le Sud des vins au goût du Sud serait plus anormal que de vouloir y faire des vins au style nordique ?

L’Espagne fait rêver pas mal d’amateurs, Châteauneuf du Pape obtient des éloges des plus grands médias et le Roussillon reste encore pour beaucoup  une terre à découvrir, et il ne faudrait aimer qu’un style de vin pour exister, et puis c’est tout.

Le site la passion du vin est pour le Roussillon, Languedoc et grand Sud Ouest avec ses formidables terroirs différents,  le seul vrai espace de diversité d’opinions et je n’ai pas oublié ce rêve de voir se réaliser cette grande dégustation à la façon « Grand Jury Européen » pour les vins du Sud. Je suis sûr que nous pourrions trouver les vins, les hommes et même les financements, tant la région et son CIVR et le label des vins du sud est motivé pour la défense de sa région, de ses vins et des gens qui les font.

(et une fois de plus, je vois que j’ai oublié de parler des vins doux, du Maury, Collioure, Banyuls, etc…)

 

 

33.jpg

 

 

Ce texte a été écrit il y a quelques jours, avant certains commentaires de Patrick et Hervé. Qu’il est difficile d’avoir des amis si différents !

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans C'est dans l'air...
commenter cet article

commentaires

patrick essa 07/10/2010 15:56



Les mots plaqués sur un blog par l'intermédiaire d'un clavier sonnent comme des croches saccadées répondant à des coups de cimbales rythmés, et ils rendent  peu compte de la musique
complexe qui impreignent celui qui se met à fredonner. Ainsi je me "lis" sous ta plume comme le tenant d'une harmonie "nordiste" qui pourrait me faire appartenir à une ligue
froide, militant pour des impressions gustatives tendues et vives...Que Nenni! On peut scander un avis de tasteur sans lui inféoder l'ensemble de son goût!


 



laurentg 07/10/2010 10:35



Pour le style Gauby, je m'inspire aussi des discussions que j'ai pu avoir avec l'ami Rémy Pédréno, néo-vigneron talentueux du Roc d'Anglade (et sa quête de la fraîcheur, à l'aide du carignan
notamment - voir la dégustation exhaustive de tous ses millésimes, depuis 1999, sur notre site).


Son commentaire sur cette dégustation :


Pour moi, le « virage » a commencé en 2002, malgré moi, car j'ai pris conscience à partir de ce millésime qu'on pouvait faire en Languedoc des vins beaucoup plus fins que je ne
l'avais espéré. L'âme de mon travail, aujourd'hui, consiste à essayer d'exprimer chaque année une identité, éclairée d'une manière unique par le millésime, tout au moins l'idée que je m'en fais.
Le moyen le plus simple et le plus agréable étant de faire le vin selon mon goût, je me laisse porter par mon ressenti, de la date de récolte à la mise en bouteilles ; et je laisse de côté
(mais pas loin) la technique de l'œnologie, qui reste disponible en cas de besoin. Un mot sur le goût que nous aimons : il y a certes la fraîcheur, portée par l'acidité ou la minéralité. Mais
cela n'est pas une fin en soi, plutôt un moyen, moyen d'exprimer le FRUIT, le fruit typique du millésime qui pour nous est très important. Pour ce qui est de la garde, j'ai tendance à dire que
nous ne faisons pas des vins pour la garde (pour les garder), mais pour les boire ! J'ai confiance en la Nature, et je crois que si le vin est sincère, équilibré et donc bon jeune, il le
restera longtemps ! Alors, les émotions délivrées par le vieillissement du vin seront la récompense ultime du travail de l'artisan.



laurentg 07/10/2010 10:08



Pour rappel, j'ai dit mes doutes sur le style Gauby. Aucune provocation mais l'émission d'hypothèses étayées par plusieurs dégustations.


J'ai goûté récemment de beaux vins blanccs et rouges du Clos des Fées.


Pour une relative impasse dans la recherche de fraîcheur sur les blancs en Roussillon, on pourra lire ceci (en photos - c'est très copieux, avec l'analyse des producteurs) : http://www.invinoveritastoulouse.fr/index.php/Thematique-Region-/-Pays/20100205-blancs-frais-sudistes.html


On y verra l'absence de gourmandise, notamment, ce qui est fâcheux pour les oenophiles gastronomes.


Bu hier soir par aileurs un Languedoc "nature" plutôt convaincant, sur la finesse et la fraîcheur : Mylène Bru Far-Ouest 2008 (cela devrait presque me réconcilier avec le sémillant Olif, qui aime
tant la nature).


C'est bien la diversité des styles et des goûts, non ?