crisis rosé: quand le vin de provence perd sa couleur – l’injuste baisse de rendements qui bouleverse l’industrie

Crisis Rosé: Quand le Vin de Provence Perd sa Couleur – L’Injuste Baisse de Rendements qui Bouleverse l’Industrie

La région de Provence, célèbre pour sa production de vin rosé, est actuellement confrontée à une crise inattendue. Les 500 viticulteurs du Var, qui se consacrent à la production de ce précieux nectar toute l’année, ont été pris au dépourvu par une décision exceptionnelle du syndicat professionnel des côtes-de-provence. En raison d’une légère baisse des ventes de rosé, ce dernier a décidé de réduire de manière autoritaire les rendements autorisés. Cette annonce a créé une onde de choc dans le milieu viticole.

Alexandre Le Corguillé, directeur d’exploitation au Château les Mesclances à La Crau, près de Toulon (Var), exprime son regret dans les colonnes du quotidien régional Le Parisien : « Après plusieurs années de hausse, les exportations ont diminué au Canada et surtout aux États-Unis, notre marché phare ». Cette baisse des ventes se fait également ressentir au niveau national, avec une diminution de 15 % des ventes de rosé dans les grandes surfaces. Le marché est en pleine réorganisation.

Jean-Pierre Daziano, vigneron et membre du conseil d’administration du syndicat, explique : « Il y avait un besoin d’ajuster la production à la consommation. Et le seul outil dont dispose un syndicat d’appellations, c’est le rendement, qui peut être ajusté à la hausse ou à la baisse ». Ainsi, le syndicat a validé un rendement fixé à 50 hectolitres par hectare de vigne, en remplacement des 55 hectolitres par hectare dans des terroirs réputés tels que Sainte-Victoire, La Londe-les-Maures ou Fréjus. Cette décision impopulaire pour le millésime 2023 de vins rosés ne satisfait pas les petits producteurs qui viennent de terminer leurs vendanges. Marine Chauvier et Philippe Morin du domaine Marchandise ont même lancé une pétition intitulée « Fédérer les vignerons de Provence mécontents, » et 254 vignerons ont déjà signé pour protester contre « une injustice flagrante ».

Cette réduction des rendements entraîne une perte de 10 % de la récolte pour les producteurs, équivalant à la perte de 30 000 bouteilles cette année. Pour l’appellation Côtes de Provence, qui consacre 90 % de sa production au rosé, cette décision a des conséquences lourdes sur le chiffre d’affaires. Toutefois, les viticulteurs restent déterminés à surmonter cette crise. Alexandre Le Corguillé explique : « C’est forcément un manque à gagner, mais on ne baisse pas les bras. Cette année, ce sont 100 hectolitres que nous ne pourrons pas exploiter, soit 13 000 bouteilles. C’est dommage, mais la solution à cette crise pourrait être de rééquilibrer nos couleurs en Provence : nous diversifier davantage en rouge et en blanc plutôt que de tout miser sur le rosé ».

Les prix élevés des rosés dans certaines régions ont poussé les consommateurs à se tourner vers les vins blancs, dont les ventes connaissent une forte croissance. L’influence des célébrités américaines, comme Brad Pitt et George Lucas, qui se sont implantées dans le vignoble provençal avec leurs châteaux respectifs, a également tiré les prix vers le haut. Pour les petits producteurs, il est difficile de rivaliser, que ce soit en termes de volumes de production ou de budgets publicitaires.

Cette crise inattendue dans la production de vin rosé en Provence souligne l’importance de l’adaptation et de la diversification dans l’industrie viticole. Les viticulteurs devront trouver de nouvelles stratégies pour faire face à cette situation et peut-être envisager de produire d’autres types de vins pour répondre aux préférences changeantes des consommateurs.

img-3
Author: Florent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *