vantre à paris : la polémique des vins nazis qui secoue les sommeliers

Vantre à Paris : La Polémique des Vins Nazis qui secoue les Sommeliers

La carte des vins du restaurant « Vantre », situé dans le XIe arrondissement de Paris, a récemment fait parler d’elle. En effet, des clients ont remarqué la présence de vins du « IIIe Reich » sur cette carte, ce qui a suscité une vive controverse. Trois bouteilles d’époque, datées de 1940, étaient ainsi proposées à la vente, sous l’appellation des « Raisins du IIIe Reich ».

L’affaire a été révélée par Antonin Iommi-Amunategui, un journaliste spécialisé, qui a partagé la carte sur les réseaux sociaux. Cette publication a rapidement suscité l’indignation et les interrogations. Le gérant du restaurant, Marco Pelletier, a été contacté par les médias pour s’expliquer sur cette présence inattendue. Il a plaidé la « maladresse », affirmant que ces bouteilles ne sont proposées qu’à une clientèle très spécifique, les connaisseurs et passionnés de vins.

Selon Marco Pelletier, ces bouteilles ont été chinées chez un collectionneur et ont été acquises par curiosité plutôt que par conviction idéologique. Le sommelier affirme également être capable de reconnaître l’authenticité de ces bouteilles grâce à son expertise. Cependant, un historien spécialiste des vins nazis s’interroge sur leur authenticité, soulignant que de nombreuses contrefaçons circulent sur internet.

En France, la détention et la collection d’objets nazis ne sont pas interdites par la loi, tant que ces objets ne sont pas exposés publiquement. Cependant, vendre de telles bouteilles et les proposer à la vente dans un restaurant n’est pas anodin, selon Christophe Lucand, historien spécialisé dans cette période de l’histoire. Il estime que ces vins peuvent véhiculer un symbole nazi et que leur présence sur une table sans cadre pédagogique peut avoir un impact négatif.

Face à la polémique, Marco Pelletier a décidé de retirer ces trois bouteilles de son inventaire. Il reconnaît avoir été naïf et comprend les critiques. Pour lui, le vin ne se déguste pas seulement, il se raconte. Si ces bouteilles sont authentiques, leur histoire aurait mérité d’être racontée et replacée dans leur contexte.

Cette affaire soulève des questions sur la responsabilité des restaurateurs et des professionnels du vin dans la mise en avant de certains produits. Il est important de rappeler que le vin, en tant que produit culturel, peut véhiculer des symboles et une histoire. Il est donc primordial de l’aborder avec sensibilité et de contextualiser les produits proposés.

L’affaire des « Raisins du IIIe Reich » a mis en lumière les responsabilités des restaurateurs et des professionnels du vin dans la mise en avant de certains produits. Elle rappelle également l’importance de contextualiser les produits proposés et de sensibiliser le public à l’histoire et aux symboles véhiculés par ces derniers.

img-3
Author: Florent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *