person holding wine glass bottle

Comment goûter un vin ?

Est-ce que vous êtes novice en matière de vin ? Voulez-vous savoir de quelles façons goûter un vin ? Cela ne s’improvise pas, il faut du temps, de la concentration et une bonne mémoire gustative pour y arriver, mais vous le pouvez !

L’essentiel pour goûter un vin

Pour goûter un vin, il y a 3 étapes essentielles. Utiliser l’œil en premier lieu, se servir du nez en second lieu et enfin y aller avec la bouche. Parlons de la première étape, goûter un vin avec l’œil. Prenez votre vin de verre et mettez-le près d’une source de lumière afin de mieux l’observer. Est-ce qu’il est brillant ? Si c’est du vin blanc, cela signifie bonne acidité. Est-il limpide et quelle est sa robe ? Cela vous renseigne sur la maturité et la qualité du vin.

Faites tourner lentement le verre, plus il est visqueux, plus sa teneur en alcool est importante. A présent, c’est votre nez qui va entrer en scène. C’est ainsi que vous allez reconnaître les arômes du vin. D’abord, ne bougez pas votre verre pour en déceler le  » premier nez  », c’est-à-dire les arômes les plus volatiles. Humez le liquide par saccade, est-ce qu’il a une tendance florale, fruitée ou plutôt épicée ?

Puis, tournez le verre dans le but  » d’aérer  » le vin et là, flairez-le une deuxième fois. Vous sentirez le  » second nez  », autrement dit les arômes plus profonds, plus précis. Maintenant vient le tour de la bouche pour goûter vraiment un vin.

Contrairement à ce que vous pourriez penser, c’est la partie la plus complexe. Buvez une petite gorgée, gardez-la en bouche quelques secondes tout en aspirant 3 bouffées d’air par le nez. L’objectif est de percevoir l’équilibre entre les saveurs du vin et sa persistance en bouche, signe de qualité.

Goûter un vin, tout un art

Vous ne voulez pas passer pour l’ignorant devant vos amis ou pour votre premier rendez-vous galant au restaurant, ça se comprend. Pour savoir goûter du vin, vous devez vous y prendre à plusieurs reprises. Ce n’est pas en une seule fois que vous saurez décrire la robe d’un vin, distinguer le premier et le deuxième nez. Il faut vous y prendre de nombreuses fois avant de reconnaître si un vin est bien équilibré et s’il est de grande qualité.

Rien ne vaut les dégustations chez un caviste. Vous aurez droit à des explications détaillées sur les différents vins, sur la mise en bouteille. Par exemple, vous apprendrez que des odeurs de pourriture ou de rassis signifient imperfection chimique ou biologique. Si vous sentez une odeur d’humidité ou de moisi, cela veut dire une mauvaise mise en bouteille.

Mais si c’est une odeur de vinaigre ou de vernis à ongles que vous sentez, c’est que le vin est trop aigre. En principe, les vins rouges ne doivent pas être trop brumeux ni avoir une couleur trop sombre. Avec le temps, ils virent au brun. Pour les vins blancs, plus ils vieillissent, plus ils deviennent sombres, c’est normal. Quant aux vins de dessert qui sont plus moelleux, ils contiennent davantage de glycérol.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.