Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

3 mars 2008 1 03 /03 /mars /2008 09:38
C’est la question que l'on se pose ici à Saint Emilion quand on rencontre Michel Puzio, propriétaire de Château Croix de Labrie qui est passé du statut de vin de garage (selon Parker) à celui de vin de salon (selon la RVF), pour devenir vin médecin (« viagra liquide » selon Parker).

Est ce que Croix de Labrie est prescrit dans les  pharmacies chinoises comme alternative à la corne de rhinocéros ?

Ce serait bien pour protéger les rhinos..... et bien  aussi pour satisfaire les besoins financiers qu’a Michel Puzio pour pouvoir enfin réaliser son rêve : avoir un joli chai dans l’aire d’appellation Saint Emilion (avis aux vendeurs de jolis chais).

Pour la promo, rien de tel que le porno (chic, bien sûr). 
En tout cas, les vins de Michel sont bons depuis longtemps. 
Le 100 % merlot n’est pas réservé qu’à l’illustre Pétrus et il faut souhaiter que le film américain à la gloire du merlot aura autant d’impact que Sideways pour le Pinot.

 

Partager cet article

Repost0
21 février 2008 4 21 /02 /février /2008 12:26

Des chemins de randonnée et de VTT  sont mis en place à Margaux et Bellevue de Tayac fait partie des lieux de passage ainsi que Paveil de Luze et Tayac sur la commune de Soussans.

C’est une manière plutôt sympa de visiter le vignoble et une manière de pouvoir ressentir physiquement les odeurs, les lieux, les travaux réalisés différemment d’un cru à l’autre, les terroirs, etc… et de pouvoir boire et  manger sans trop culpabiliser pour les kilos supplémentaires pris à l’occasion des dégustations souvent possibles dans les chais accueillant le public.

 
undefined

 

Decanter a publié les résultats d’une dégustation à l’aveugle des 2005 .

8  crus deSaint Emilion ont  5 étoiles : Château Faugères, Château Fonplégade, Château La Croizille, Château La Fleur Morange, Château La Gomerie, Château Trottevieille, Château Valandraud, Clos des Jacobins.

Commentaire pour Valandraud 2005 : “ Dark and healthy looking. Savoury, well –integrated perfume. Real attack and confidence. Lots of tannins here but it’s ripe and well hidden and there’s enough freshness to keep the wine appetising. Pretty dry finish for the moment. Obviously a long-term wine. 8-21 years”(JR)

  

Partager cet article

Repost0
28 décembre 2007 5 28 /12 /décembre /2007 12:19
Tormentas se présente comme le plus grand vin du Brésil et le "seul vin de garage au monde conçu par éraflage manuel, ce qui lui donne un velouté et une originalité unique", différent  de tous les autres vins de qualité haut de gamme.
Ils ne doivent pas savoir ce qui se fait ailleurs...

Partager cet article

Repost0
18 décembre 2007 2 18 /12 /décembre /2007 16:54

Dans le Figaro Mag du samedi 15  décembre 2007, Bernard Burtschy  écrit un article plutôt très favorable à Robert Parker, malgré ce titre à la Marianne.

Je cite, entre autres, les quelques lignes qui m’intéressent et que j’ai pu lire dans le TGV qui nous emmenait à Paris pour fêter l’anniversaire de Michel Rolland :

« …Le succès des vins de garage ….. Même s’ils pouvaient exhiber en dégustation 10, 20 ou 50 millésimes de haut niveau, les grands châteaux bordelais se faisaient battre par d’illustres inconnus dans les dégustations à l’aveugle. L’aiguillon des vins de garage de Saint Emilion, toutes petites propriétés qui élaboraient artisanalement des vins de très haut niveau, allait modifier profondément la donne. Aujourd’hui, quoi qu’ils s’en défendent, cet aiguillon a permis aux plus illustres châteaux d’intégrer les méthodes modernes et de recoller au peloton de tête, puis de les dépasser, avec une conséquence sur les prix, qui crèvent tous les plafonds. »

 

Partager cet article

Repost0
7 décembre 2007 5 07 /12 /décembre /2007 12:17

Pure Merlot Blend pour 3 américains, Lionel, Carlos et nous 2.

Bad Boy 2005 (pur Merlot)

Fleur Mongiron 2001 (pur Merlot) vendu à  80 % aux USA

Croix de Labrie 2000 ( pur Merlot) notre Viagra local  100 % merlot

Valandraud 99 (70 % merlot 30 % cabernet franc)

 

Cette équipe de jeunes américains  réalise un film documentaire façon Mondovino (j’espère que la caméra ne tremblera pas… D’ailleurs ils ont un pied, eux !) dont le titre (si j’ai bien compris) serait « Merlove ».

Ce qui est sûr c’est qu’il y a là 2 professionnels du vin, amoureux du merlot, du grenache, des blends et donc ce film ne sera pas sectaire. Ils ont aimé l’ambiance, et nos  fournisseurs de pain, de fromage, de jambon, de viande, de légumes et de pâtisserie… ainsi que le talent de Murielle.

Sur la Passion du Vin, il y a la reprise d’un article de Broadbent  paru sur Decanter, où ce vieux monsieur s’accroche à ces certitudes, fustige, à la manière d’un Nossiter, les vins « trop », « pas assez »… J’avais eu un plaisir rare lors d’un événement organisé par Mr Raymond Blanc, grand chef étoilé au Manoir des 4 Saisons d’Oxford : celui d’avoir Mr Broadbent comme interprète (je ne parle pas l’Anglais). Vous imaginez ce pauvre grand monsieur obligé de traduire toutes mes conneries qui ont du être le pire de ce que ce monsieur a du traduire dans sa vie, et tout ça pour faire plaisir à l’organisateur.

 L’avantage, en tout cas pour moi, c’est qu’il a pu se rendre compte de près  que je n’avais pas les pieds fourchus et que je ne sentais pas le soufre. Je dois dire que malgré sa totale opposition  à ce que je représente, sa bonne éducation (et la mienne) a fait passer ce moment sans trop de difficultés (de mon point de vue).

En tout cas, même en vieillissant, il ne change pas d’avis, et ce n’est pas demain que je serais du sien !

Partager cet article

Repost0
28 novembre 2007 3 28 /11 /novembre /2007 11:05
 Est ce que Panos Kakaviatos va pouvoir écrire le contraire de ce qu’a affirmé Steven Spurrier le 19 avril 2007 ?

 

Hier, dégustation organisée pour Panos Kakaviatos à notre boutique l’Essentie : il doit écrire un article pour Decanter sur (si j’ai bien compris) les catégories à Bordeaux : modernes/classiques.

En tout cas, on a pu goûter :

Gracia 2004

Croix de Labrie 2003, 2005

Petit Labrie 2005

Petite Chapelle 2005

Fleur Cardinale 2000, 2003, 2004, 2005

Balthus 2003

Bon Pasteur 2001

Et Valandraud 1992 et 1995

 

En présence de Jeffrey Davies, Dominique Decoster, Michel Gracia, Ghislaine et Michel Puzio, et de notre collègue Emmanuel Emonot du restaurant – bar à vins « Lard et Bouchon ».
Qu’a pensé Panos Kakaviatos des vins goûtés ? Nous le verrons dans l’article à paraître. Ce dont je suis sûr, c’est qu’il a pu constater la passion des producteurs présents, la grande différence gustative de tous les vins présentés, que cela soit à cause du millésime, des terroirs ou du style voulu par le propriétaire, et ce, malgré le fait que le même œnologue (Jean Philippe Fort du laboratoire Michel Rolland) s’occupe de Valandraud, Fleur Cardinale,  Croix de Labrie et Gracia.

 

Alors, en réponse à toutes ces âneries que l’on écrit ici ou là  concernant tous ces vins qui se ressemblent, je suis sûr que Panos, bien que classique dans ses goûts, saura faire état de son expérience. L’autre éclairage à apporter sera celui sur le vieillissement prématuré de mes vins.
La présence de Jeffrey Davies m’a donné l’occasion d’ouvrir (ce que je ne fais pas assez souvent) une bouteille de Valandraud 1995, et surtout une, chargée d’histoire, de Valandraud 1992.
En tout cas, ces bouteilles, servies dans de bonnes conditions, pouvaient rivaliser à l’aveugle avec tous ces crus des propriétaires qui prédisaient à mon vin une vie courte :10 ans leur paraissaient impensable;  c’est  assez rare de lire encore de genre de bêtises sur mes vins, sauf bien entendu si une bouteille a été mal conservée et/ou avec des bouchons défectueux (n’oubliez pas cette maxime de Jean Marc Quarin : il n’y a pas de grands vins, il n’y a que de grandes bouteilles)

Partager cet article

Repost0
30 juillet 2007 1 30 /07 /juillet /2007 09:28

Sur le forum de Mark Squire, le sujet « garagiste blog »  a eu 44381 connections et 945 interventions écrites.

Tous les 15 jours environ, un article paraît dans la presse écrite mondiale pour parler de ces vins de garage… en bien ou en mal. Pourquoi en parler autant si cet effet de mode n’existe plus ?

Dit-on encore que la typicité du cabernet c’est d’être végétal ? Ce sont pourtant souvent les mêmes qui ont défendu cette typicité qui tapent sur le  petit garagiste que l’on  accuse de ramasser ses raisins trop mûrs, trop… trop…

Est ce que les grands vins ne doivent être  qu’élégants, fins ? N’y a t-il pas de grands vins extravagants, extravertis, trop tout ?

Chaque fois que j’ai eu la chance de goûter Cheval Blanc 47, je pense qu’heureusement qu’il y avait vraiment tout en trop ! Je n’ai eu qu’une fois la chance de boire Mouton 45, mais j’ai l’intime conviction que ce vin a toujours été « trop » bon. De là à dire qu’un vin de garage américain, espagnol ou français procurera ces émotions… attendons de voir. Mais pourquoi pas ? Il suffit d’attendre encore 40 à 60 ans !

 

 

Elections à Saint Emilion : l’équipe en place se trouve confortée, carton plein et aucune opposition représentée ! Est-ce  bon pour la démocratie locale ?....sans doute que oui puisque le suffrage universel en a décidé ainsi. Moi, à chaque élection locale, j’ai voté comme on en  a le droit dans une petite commune, en panachant. Ce coup-ci, j’avais encore des amis dans chacune des 3 listes, mais il faut croire que c’est trop dur de choisir.

En fait, en France on ne doit pas parler politique ni religion….Je suis catholique, mais j’aime bien l’idée de la réincarnation (ce qui  expliquerait pas mal de choses !).

Partager cet article

Repost0
7 juin 2007 4 07 /06 /juin /2007 09:48

J’aime encore les remises en question, et demain vendredi toute mon équipe va plancher sur : pourquoi Valandraud  n’a-t-il pas la première place, ni de meilleures notes en primeur ?

Est – ce que le style du vin avec les nouveaux terroirs a vraiment changé, ou est-ce que nous sommes devenus si pleins de certitude que nous ne voyons plus notre décalage ? Est ce du à nous, à l’usure, au style, uniquement à Parker, doit-on faire des vins pour la garde, nos ph trop beaux, pourquoi pas la surmaturité, labourer, enherber, barriques, nous ???

 

 

En attendant, et par rapport aux notations, voici le résultat des calculs de Bertrand Le Guern :

2006          31ème

2005          24ème

2004          14ème

2003          28ème

Avant, nous étions dans les 20 premiers presque tous les ans !

Partager cet article

Repost0
20 avril 2007 5 20 /04 /avril /2007 10:13

Sur les sites de  Decanter ou  Mark Squires, encore des discussions sur les vins de garages trop concentrés, trop noirs, et surtout les commentaires d’un Anglais  (que je ne pense avoir jamais croisé dans mes vignes) qui affirme que Valandraud 1995  est bien fatigué.

Même si je pense que chacun a le droit d’avoir un avis différent des autres, le mensonge, l’incompétence est toujours pour moi aussi désagréable.

A comparer la qualité des commentaires faits par des amateurs et des critiques qui eux sont célèbres car fiables, je peux même rajouter qu’aujourd’hui de Parker en passant par Jancis, Bettane, Burtschy, Tanzer, Tanaka, Dupont, Quarin, Gabriel et 90 % de tous les critiques  au goûts si différents, personne, même les professionnels de la place de Bordeaux, personne ne dis plus de sottises sur mon vin.

Mais il faut bien exister, surtout par rapport à Parker ou Jancis.

Le plus navrant serait de prendre ses désirs pour des réalités. Les vins de garage existent et existeront sous une forme ou une autre, et certainement  ceux dont le métier de commerçant consiste juste à proposer de grands marques sans faire de réel acte de vente, dans ce cas il vous vaudra mieux passer votre chemin. Les vins de garage ne sont pas toujours faciles à vendre, mais cela c’est un autre débat qui n’a rien à voir avec la qualité et tout le blabla « des jaloux malfaisants », comme dirait François Mauss.

Je remarque quand même que le sujet des vins de garage devient la spécialité de Panos Kakaviatos, alors que je croyais que c’était celle de Jeffrey Davies …

  

Sinon hier, avec l’équipe commerciale d’un grand négociant bordelais, dégustation de tous les millésimes de Commanderie de Mazeyres et ensuite, justement, dégustation à la maison et petit historique des vins de garage . Dégustation de Croix de Labrie 2001, Valandraud 2001,  Rol Valentin 1998 et surtout d’une formidable bouteille de Pingus 1998 qui n’a laissé aucun des ces professionnels indifférents.

Ce midi, grand repas avec beaucoup de négociants et de courtiers bordelais chez Bernard Magrez à Fombrauge. Quand je vous dis que la vie est difficile !

 

 Toujours des notes…. Petite compilation de celles qui sont déjà parues concernant mes vins et ceux dont je m’occupe

JANCIS ROBINSON

   

JLT 2006 Bordeaux Blanc 17 Drink 2008-11

Made by Murielle Thunevin with a Greek oenologist apparently.

  Quite exotic with strong grapefruit flavours. Fine and mineral – very good! Finer and more subtle than the Monbousquet Blanc tasted immediately before it that seemed a bit New World. More mineral nose than most wines in 2006. Long and fresh on the mid palate but not angular.

 

 

 

Clos Badon 2006 Saint-Émilion Grand Cru 17 Drink 2012-18

 Bright crimson with a pale rim. Bloody and rich and sumptuous but with very good freshness. Real lift and briskness. Slightly dry end with some ink though more energy than most. Lots of sweetness – with sandy tannins.

 

 

 

Ch La Dominique 2006 Saint-Émilion Grand Cru 15.5 Drink 2012-17

 Very dark brownish purple. Lifted nose – very appetising. Sweet, very slightly inky palate. Inky finish. Rather dried fruit in the middle – a lack of fruity flesh. Hole in the middle.

 

            Ch Valandraud 2006 Saint-Émilion Grand Cru 17 Drink 20

  Bright crimson. Thick and fresh and a bit angular and not really married – hollow and awkward. Needs a bit of weight and fruit expression in the middle. No kosher cuvée was made this year ‘because I still have four years’ stock to sell’, said Jean-Luc Thunevin. Kosher-keepers, haste ye.

 

Virginie de Valandraud 2006 Saint-Émilion 16.5 Drink 2012-18

 Dark crimson, round and sumptuous – difficult to believe this is a second wine. Very rich and round but with a tarry, rather Pavie note on the finish. Drying tannins. Very very good up to the finish. If you have guests who have no attention span – give them this – they won’t notice its delayed imperfections.

 

Ch La Commanderie de Mazeyres 2006 Pomerol 17 Drink 2012-20

  Black hearted with purple crimson rim. Very dark black fruit, intense but not yet fragrant. Dense, full and well balanced. Fine firm tannins. Tightly reined in at the moment. Wonderfully fresh right through to the end with plenty of ripe fruit on the mid palate. (JH)

  

Ch Closerie Mazeyres 2006 Pomerol 15 Drink 2012-18

  Strange soapy nose. Thick and sweet and not very refreshing. Dry tannins on the finish. Hard work!

 

 

JEAN MARC QUARIN

   

LA DOMINIQUE St-Emilion Grand Cru 15,5 - 15,75
Ce vin m'apparaît beaucoup mieux équilibré que par le passé. Jean-Luc Thunevin s'y est personnellement investi pour améliorer sa matière et son style.
En 2006, sa douceur générale, son moelleux, son aspect mûr le rapprochent plus d'un Pomerol que d'un Saint-Emilion. Très, très agréable à avaler, il s'achève sur des tannins distingués et aromatiques.

 

 VALANDRAUD St-Emilion Grand Cru 16,75
75% merlot, 15 % cabernet franc plus 10 % malbec et cabernet sauvignon. Sélection : 10000 bouteilles au lieu de 15000
Très beau rouge sombre, reflets noirs, un peu vive sur la frange. Nez fin, intense, fruité. Touches crémeuses et cacaotées. Très belle entrée en bouche, finement pulpeuse et le vin se développe savoureux, très fruité sur un toucher de bouche caressant et fondant. Velouté et dynamique, il occupe bien le milieu de bouche. Tannicité raffinée et pleine de douceur. Du beau travail nuancé. Un succès.

 

VIRGINIE de Valandraud St-Emilion Grand Cru Second vin 15,5
Beau rouge, vif. Bonne intensité. Nez fruité, mûr. Touches finement truffées. Bouche délicate, séveuse, aromatique, se développant sur un toucher fin. La corpulence est normale et la séduction forte.

  

FRANC MAILLET Cuvée Jean-Baptiste Pomerol 15
Très beau rouge sombre, pourpre, belle. Nez aromatique, fruité. Notes de zeste d'orange superposées à de la liqueur de prune. En bouche, le vin est un petit peu mou et je m'attendais à un peu plus d'éclat aromatique. La structure tannique est irréprochable et le corps finement moelleux. Longueur normale et très légèrement boisée comme de coutume à cet âge.

  

LA COMMANDERIE DE MAZEYRES Pomerol 14,75
Très beau rouge, pourpre, bonne intensité. Nez fruité, mûr, frais. Notes de cerise. Bouche caressante, se développant longiforme sur une corpulence normale et une tannicité veloutée et aromatique. Longueur normale. Bon vin.

  

PRIEURS DE LA COMMANDERIE Pomerol 14,75
Enfin, devrais-je dire. Pendant de nombreuses années ce vin m'a dérangé pour son boisé excessif et son manque se précision. Aujourd'hui il renaît sous la responsabilité de Jean-Luc Thunevin appelé à l'aide par Clément Fayat, propriétaire.
Très beau rouge, sombre, intense. Nez fruité, pur. Il sent la liqueur de fruit. Jolie bouche, savoureuse, pulpeuse, se développant sur une consistance normale et des tannins gras et veloutés. Finale à la tannicité parfaitement équilibrée. Du plaisir.

  

  

DECANTER

 

Château Valandraud 2006    4 stars

A different style to Valandraud this year. Minerally, upright, long and linear. Less density and concentration but still a good volume of pure, ripe fruit. Tannins firm and long. One for the cellar.
2016-25.

 Château Fleur Cardinale 2006    3 stars

Warm, ripe, modern style. Dark hue.
Spicy, jammy fruit. Plenty of flesh. Powerful tannic frame. 2013-20.
 

  Château La Dominique 2006   3 stars
Here's a change of style. Riper, fuller with smooth, velvety texture and tannins. Just misses that extra vigour and length on the finish.
2013-2025

 Domaine Fayat-Thunevin 2006  3 stars
Formerly Vieux Château Bourgneuf now a joint venture between Clément Fayat and Jean-Luc Thunevin. Very ripe raspberry compote aroma and flavour. Warm, rich and perhaps a little heavy. Tight tannic frame. 2011-18.

 Château La Commanderie de Mazeyres 2006    3 stars
A distinct change of style here. Dark hue.
Ripe to overripe with rich, jammy, mouth filling fruit and smooth texture. Broad and fleshy. 2011-2018

  Domaine des Sabines 2006  3 stars
First vintage of this new Thunevin venture. Ripe, rich and modern in style. Exotic notes. Layered fruit with a light tannic frame. 2010-14.

  Haut Carles 2006    4 stars

Lovely, intense fruit concentration. Tannins smooth and elegant. Ripe flavours but long clean finish. Modern but measured in style.
2010-18.

 Château Haut-Mazeris 2006  3 stars
Fine, clean, linear in style. Less intensity than 2005 but attractive fruit. Digest. 2010-16.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2007 3 10 /01 /janvier /2007 10:08

A propos d’élevage long pour Valandraud 2004 et en réponse aux propos de  Vincent Lucien, Bertrand Le Guern, Pinard et Mauss :

En effet, affiner sans sécher, c’est toute la difficulté. Bien sûr j’aurai pu penser dès la vinification à lever le pied dans les extractions, mais trop tard… Donc il s’agit de rechercher, par un élevage  doux et patient, la polymérisation de tannins un peu féroces au départ. Michel Rolland m’avait préconisé cet élevage assez long déjà pour le 1994 et je m’en étais bien porté puisque Valandraud 1994 a été plutôt réussi dans le contexte de ce millésime.

2004 est bien sûr un millésime de bien meilleure qualité, et pour répondre à  Vincent Lucien, je ne saurai que j’ai réussi mon vin par mes choix qu’au moment où mes clients feront les premières dégustations de mon vin en bouteille .

Dans les propos de Mr Pinard, qui a eu la gentillesse de dire du bien de l’Interdit de Valandraud 2000 et qui a surtout eu l’idée de carafer ce vin en l’ouvrant avec l’idée de ne pas passer à côté de ses potentialités…. Et bien on retombe sur cette affirmation de Mr Jean Marc Quarin (que je prends comme argent comptant) : chaque bouteille est différente et tout est important, le moment, le lieu, la compagnie, les verres, la température, l’aération et notre état d’esprit.

 Bien sûr, pour ce qui est du prix de mes vins, chacun peut se rendre compte sans être trop informé, qu’ils sont plutôt dans la catégorie des produits de luxe, et ce, depuis déjà plus de 15 ans !

Partager cet article

Repost0