Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 15:23

Que du bon, et pourvu que ça dure ! Bettane & Desseauve sortent leurs notes de commentaires avec:

15/16 pour Croix Figeac, Franc Maillet, 3  de Valandraud etc..  16 pour Clos du Beau Père, Haut Carles, Sansonnet, Bad Boy, Sabines, Fourcas Hosten, Croix de Labrie, Tour Carnet, Le Gay et Manoir de Gayn Le Prieuré, etc…

16/16.5 pour Fombrauge, Marquis de Terme, Le Moulin, etc…

16.5/17 Virginie de Valandraud, Clos Badon, Fleur Cardinale, Gracia, Rol Valentin, Vray Croix de Gay, Fleur de Gay, Petit Gravet Ainé, Clos Saint Julien, Pressac, etc…


Les notes des meilleurs vins viennent d’être publiées aujourd’hui  et Valandraud est parmi les bons élèves avec 18-19  et ce commentaire : « Brillant et onctueux, longueur et ampleur gourmande, beau fruit racé, allonge profonde. Un grand, avec l’un des plus beaux grains de tanins du millésime. »

 

Et au Québec, dans le Journal du Devoir, rubrique vin de la semaine de Jean Aubry intitulée "L’émotion" pour un beau commentaire sur Thunevin Calvet Constance 2008. Merci à nos cousins canadiens qui aiment nos vins!

Et toujours la cuvée Constance  à l'honneur, avec une médaille d'argent au Challenge Prix Plaisir.

Partager cet article

Repost0
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 15:38

La campagne des primeurs a commencé. Nous n’avons hélas pas d’allocations de Château Lafite Rothschild mais de crus qui fonctionnent bien chez nous comme Mont Perat, La Mauriane, vins que nous vendons maintenant depuis quelques années et qui sont en rupture de  stock chez eux et chez nous de manière régulière, ce qui est l’une des bonnes raisons pour acheter  ces vins en primeur même s’il n’y a pas ou peu de revalorisation voire de spéculation.


Depuis le début de cette campagne on parle plus de la baisse des prix, moins 10, moins 20, moins 30 et Lafite Rothschild qui est sorti à 350 cette année au lieu de 500  l’année dernière, confirme en partie cette baisse. Mais cela concerne combien de pourcentage de  la production et quel prix pour la 2ème, 3ème, 4ème tranche  et les autres vins de la gamme ?


Il est question également de la sortie de Château Latour du système des primeurs et de la place, et qu’il me soit ici permis de défendre mes collègues négociants bordelais qui ne sont pas ceux qui spéculent et font monter les prix car comme tout le monde le sait, c’est le client qui fait monter les prix.

S’il n’achète pas, c’est terminé, les producteurs et les intermédiaires retrouvent la raison : il n’y a qu’à voir aujourd’hui les prix se calmer sauf sur les 100 points Parker ou Wine Spectator !

Partager cet article

Repost0
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 16:25

Decanter :

4 étoiles pour Fleur Cardinale, Sansonnet, Virginie de Valandraud, Valandraud (17.5)

3 étoiles pour le Clos du Beau Père, ce qui le situe dans les 20/25 premiers  de Pomerol, objectif atteint. Il nous faut viser une meilleure note. Egalement 3  étoiles : Clos Badon Thunevin, Haut Carles, Domaine des Sabines (également dans les 20  premiers),  Fourcas Hosten.

Il manque nos blancs et Bellevue de Tayac, nous verrons dans l’édition papier ?


Izak Litwar a également publié ses notes le 13  avril sur les Bordeaux  2011 et sur le forum de Mark Squire :

Valandraud 95-96, Valandraud Blanc 92, Virginie de Valandraud 91, Virginie de Valandraud blanc 90, Clos Romanile 88, Bellevue de Tayac 90,  Clos Badon Thunevin 90-91, Clos du Beau Père  92, Domaine des Sabines 89, Domaine Virginie Thunevin 87, etc… Fleur Cardinale 90-91, Sansonnet 87 ?, Haut Carles 90, Marquis de Terme 91


Et vive Jean Marc Quarin qui fait exploser le standard de Rémi Dalmasso pour son Clos Romanile, et il faut préciser qu’avec 1500 bouteilles produites, tout le monde ne pourra pas goûter avant d’acheter !

Partager cet article

Repost0
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 13:44

Offre de notre 2ème achat : le Château Fourcas Hosten 2011, Listrac, dont le prix de vente primeur aux particuliers est de 9.60 euro hors taxes en France !

Cette propriété est l’une des étoiles montantes du Médoc, encore à des prix sages.

Qui dit que les Bordeaux sont chers ? Le premier vin offert étant toujours pour la France le Château Croix Cardinale, Saint Emilion Grand Cru avec un prix de vente aux particuliers de 16.80 euro hors taxes. Rajoutez la TVA à 19.60%  plus les frais de port et ça fait de bonnes bouteilles pour pas trop cher 

Partager cet article

Repost0
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 14:13

D’abord la bonne nouvelle : 92-95,  soit la 2ème meilleure note du millésime derrière Cheval Blanc qui a 93-96 ! Et notre vin a de plus été goûté à l’aveugle et non à la propriété.

Hier jeudi, pas mal de monde encore, une belle fréquentation, surtout à 12 h30. C’est vrai que Serge et ses aides font des miracles !

DSCN1615.JPG

 

Tout est frais et bon et les bouteilles offertes par quelques amis exposants rendent le moment plus que convivial, même s’il y a toujours quelques copains qui ne comprennent pas  l’esprit du lieu où il faut un peu se lever, se servir et laisser se servir tout le monde. Tant qu’on peut rester comme ça, ça va – sachant que si c’est gratuit pour tous ceux  qui sont présents, ce sont les exposants qui payent.


J’ai passé toute la matinée avec une télévision hollandaise et un collègue  hollandais et viticulteur possédant un vignoble à Saint Romain La Virvée : La Tulipe de la Garde. Le sujet : vin de garage et grand cru de Saint Emilion, c’était vraiment très sympa et mon collègue a un charisme et une gueule pas négociable et pose des questions avec un esprit très "français".

md_372017_8486854d5bb2a1b3c0553a053e6c3b02-copie-1.jpg

 

 


Le soir, quelques journalistes et aucun repas, couché comme les poules en pleine forme ce matin pour apprendre par Christophe que les meilleures notes du Wine Spectator sont sur le site ... et James Molesworth me semble avoir bien vu les qualités du millésime sans considérer les prix et l’ambiance économique (Vieux Certan, Cheval Blanc, Clinet par exemple).  Valandraud sort en général plus que bien chez  la plupart des critiques déjà publiés, c’est souvent le cas  dans les millésimes compliqués.

Chez James Suckling 93-94, chez Jean Marc Quarin  92/100, Desseauve a cité Valandraud parmi les grands vins et a particulièrement aimé Clos Saint Julien, Haut-Carles, Pressac et Faugères  ( vive Terre de Lisse !)

Partager cet article

Repost0
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 10:30

Moins de monde le matin, l'après-midi un peu mieux et le soir peut être un peu trop difficile de gérer les allées et venues de nos amis visiteurs. On commence à fatiguer, encore un jour et après c'est juste des rendez-vous personnalisés.

Encore des sommeliers, des Suisses, des Allemands, des Américains, des blogueurs, Vitisphère et une interview par Emilie Porcher et son amie.  Thierry Desseauve, qui a goûté plein de vins et m'a parlé de nouveaux projets dont un évènement à faire à Londres, du Grand Jury Européen, du livre sur Michel Rolland "le gourou du vin", des collègues négociants avec leurs clients et quelques banquiers, ainsi que des avocats !

Le soir, repas russe, ambiance  chansons et boissons !

Buisson Charles 1er cru Goutte d'Or 2007  et Valandraud Blanc 2007 : ils ont trouvé. Ensuite, plus difficile, une série de 3 Marie Thunevin-Calvet 2008-2006-2005-2004; la grenache vieillit plus que bien, le 2005 poivre noir sera une référence. Après, comme j'avais été scotché par le talent du sommelier, Anton (le meilleur sommelier russe), je lui ai concocté le vin impossible à deviner, le plus rare du monde et le mieux noté Parker pusique 370 points au moins !

Assemblage de 4 millésimes de Valandraud (2204, 2006, 2007 et 2009). Le 2009 emporte le tout et ce vin de table assemblé 4 heures avant le repas avait l'avantage d'être très très bon et ils ont tous trouvé rive droite eet Saint Emilion !

Après, sur le chocolat et avec les desserts, notre Maury 2004 et pour finir notre Fine Bordeaux.

Partager cet article

Repost0
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 08:50

Parution des premières notes de James Suckling et de belles notes pour mes vins et ceux de mes amis.

1er jour avant UGC,  tous nos exposants sont en forme  à par Jean Michel Deiss bloqué par une maladie de gourmand, je connais ça moi aussi, la goutte !

Nos vins se gouttent plutôt très bien, nous avons eu pas mal de monde, quelques journalistes dont  José Penin, toujours aussi curieux et heureux, Georg Drescher, des blogueurs et blogueuses –Facebook family dont la grande Hélène Worldwine.com, anthocyanes.fr, des amis restaurateurs belges, français, voire bordelais comme notre Kinette Gauthier adorée, des acheteurs , encore des gros et grands distributeurs japonais, tawainais, ukrainiens, américains et le staff du plus grand distributeur français, une chaine de magasins et même des cavistes de Saint Emilion.

A midi, j’ai eu le plaisir de goûter un verre d’un magnum de Croix de Labrie 2008  tout à fait délectable et un verre de Lynsolence de l’ami Denis Barraud.


A table le soir, après une série de Meursault Buisson Charles tout à fait à mon goût, Valandraud blanc 2010. Ensuite, à l’aveugle et l’on s’est bien amusé : Smith Haut Lafitte 2009  et Valandraud 2009, 2 styles très différents, 2 bébés pleins de promesses , quel millésime !

Après, j’ai refait le coup du magnum servi dans 2  carafes. Ce coup-ci Valandraud 2003 qui a été découvert dans 2  verres , bravo, ça va être dur de recommencer ce petit jeu avant longtemps.... Le 2003 était  remarquable, le magnum c’est vraiment le top pour le vin.

Après, à la demande de Didier, 3 vins, et là ce fut impossible  de découvrir, sauf Gilles pour L’Interdit de Valandraud 2000 comparé à la très bonne bouteille de Léoville Las Cases 2000 et le vrai « incroyable » rapport qualité-prix « Thunevin » Compassant 2004 !  Sur le dessert, à l’aveugle, Yquem 2005, une gourmandise.

Le repas : Pata Negra, omelette aux truffes ( très bonne truffe), gigot haricots verts plats, brie aux truffes, remarquable là aussi et fraises et framboises.

La nuit fut courte mais bercée par les bonnes notes de James Suckling.

Partager cet article

Repost0
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 08:40

Nous avons déjà vu Antoine Gerbelle, le 1er à goûter nos vins qui ont déjà été dégustés par Robert Parker et actuellement par James Molesworth.

Ensuite, Michael Schüster jeudi, Izak Litwar et Niko Dukan  vendredi, et samedi c’était le vrai commencement des dégustations primeurs avec déjà des clients grands et moins grands et des journalistes dont Eric Riewer, louis Havaux, Jean Marc Quarin, James Lawther et James Suckling, et des collègues et amis propriétaires non moins célèbres !


Déjeuner samedi midi à la maison, vraiment très joyeux, preuve que le millésime n’est pas si mal, voire même bon puisque ce jour là l’un des grands journalistes préférait 2011 à 2008 et 2001 !

 

 

photo--2-.JPG


Le repas préparé par Serge et Murielle :

Jambon PataNegra Bellota de belle qualité, huile d’olive d’ Andrea Franchetti

Coquille Saint Jacques, poireaux et truffe

Rôti de Bœuf et purée de pomme de terre

Gâteau basque de Monsieur Lopez

Les vins, tous servis à l’aveugle, non pas pour piéger (car les notes acquises étaient assez similaires chez les critiques présents mais pour les différences de style) , les vins servis appartenaient à des vins issus d’ allocations de mon négoce :

Pape Clément blanc 2006 , Valandraud blanc 2006 : vraiement 2  mondes, Pape Clément le moderne et nous le classique, comme quoi !

Beauséjour Duffau Lagarrosse 2005, Valandraud 2005 : les 2005 se goûtent pas au mieux actuellement. Le Beauséjour était fermé à double tour  et devra être attendu plus de  10 ans encore ?

Mouton Rothschild 1998 et Valandraud 1998 : Valandraud la bouteille était très agréable à boire mais déjà trop évoluée. Les bouteilles anciennes de Valandraud ayant toutes été rachetées dans le commerce et certaines ont peut être fait le tout du monde t ça fait évoluer les vins.Mouton était d’une jeunesse incroyable mais avait hélas un problème très léger de bouchon.

Ensuite, Cheval Blanc 1995 et Valandraud 1995 : Valandraud tout en puissance et très jeune et Cheval Blanc tout en délicatesse, 2 très bons vins.

L’après midi,  c'était René Gabriel et ses amis (ils ont déjà goûté peut être 250  vins déjà)

Pour nous, le soir de l’eau et une soupe !


Dimanche c'était au tour de l’un des plus grands clients et des blogueuses Miss Vicky, Marylin et l’arrivée dans nos maisons des invités  russes, ukrainiens et des amis exposants bourguignons, roussillonnais.

Pas de poisson d’avril cette année ?!

Partager cet article

Repost0
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 13:55

 

Dégustation de quelques bouteilles de 2011 apportées à mon bureau pour avis : je plains de tout mon cœur les critiques qui vont être obligés de tout goûter, les pauvres !

Les lèvres, les gencives et les dents vont en prendre un coup. C’est sûr qu’on sera pour certains vins, à la limite du détartrage intégral, tant certains vins présentés sont acides, comme si les malolactiques n’avaient pas encore été faites.  C’est dommage car même dans ces vins, le fruit et la maturité semblent là ?

Pour quelques autres, c’est une régal, niveau 2010, ça va être dur de comprendre que nous sommes dans un millésime particulier, et d’ailleurs il n’y a entendre les premiers commentaires où il est question de comparer ce millésime 2008, 2001, 2007, 2002, 2004, j’aurais rajouté 2006  tant qu’à faire….


 A Haut Carles, nous avons goûté les 3  millésimes de cette propriété amie dans les 2 versions Haut Carles et Château de Carles. Les vins sont bons bien sûr, les 2009 e t  2010  sont d’un bon niveau déjà largement reconnu par les critiques, journalistes et amateurs.

Mais ce cru sera sans doute l’un des rares à avoir réalisé un 2011 en Haut Carles supérieur à tous les millésimes faits jusque là. Changement de vinification puisque vinifié à 60 % en barriques. Technique  dite vinification intégrale, moi qui suis  pourtant circonspect sur cette méthode, je  dois dire que le vin a gagné en finesse de grain, en douceur et en harmonie, sans perdre le bon côté « frais » du millésime. Une vraie révélation que ce Fronsac 2011.

 

Partager cet article

Repost0
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 17:18

Je n’ai pas goûté tous les vins présentés par cette belle organisation mais, dans les 50  vins goûtés, de belles réussites : Pape Clément, Smith Haut Lafitte, Fieuzal, Balestard La Tonnelle, Canon La Gaffelière, Dassault (très bon), Clos Fourtet, La Tour Figeac, Soutard, Troplong Mondot (très bon), Villemaurine, Clinet (très bon), La Conseillante, Lascombes (très bon), Marquis de Terme, Gloria, Léoville Poyferré (très bon), Lynch Bages, etc ….

 

 

 

images.jpg

Beaucoup de monde, ambiance plutôt bonne, pragmatique, des avis plutôt positifs sur les vins présentés avec, bien sûr, les remarques sur les vins trop extraits, trop boisés, un peu secs, mais rien de bien grave . Pour ce qui est des prix, pas trop d’avis quant à la référence, moins 10 %, moins 15 %, moins 50 % ? Personne à ce jour ne se risque à des pronostics, mais le sentiment général, c’est que Bordeaux en a vue d’autres et qu’il n’ya a pas de raison que la prochaine mise en marché se passe mal. Chacun ayant intérêt à ne pas aller dans le mur, sauf bien sûr pour ce qui concerne son propre vin qui est une exception, etc…

Suite à la dégustation du matin, réservée aux boss des grands négoces et courtages, l’après midi était consacré aux « petits » metteurs en marché, négoce, courtage, avec les commerciaux, directeurs export, etc…


Mes collaborateurs ont eux aussi pu se faire un avis sur ce millésime 2011, cela  permettra à tous le monde d’avoir une vision de ce qui attend nos clients dès le 3/4/5 avril et pour nous dès le 29 mars pour les journalistes déjà présents à Bordeaux.


Au repas de midi, dommage qu’il ne soit pas plus ambitieux, mais je ne sais pas le prix payé par l’U.G.C., mais comme de dit mon ami Alain « à cheval donné, on ne regarde pas la bride ». Donc, au repas de midi, où l’on peut se mettre à table avec ses collègues ou les propriétaires ou responsables des propriétés, nos  collègues ont pu mettre sur la table 2  formidables  vins qui étaient pour le coup hyper sexy, too much, trop bon, patati, patata…. Les vins offerts par les membres de l’UGC étaient des 2009 ! Petit Village 2009, bu quasiment à la régalade, bon Dieu que c’était bon et noté seulement 91  par Robert Parker, pour ce qui est du plaisir ressenti ça valait bien un 95  points (pour info, je n’ai pas de stock ni dans ma cave, ni dans mon négoce ), et après, bien sûr il y avait des collègues de rive gauche, dont un vin à moitié rive gauche puisqu’il appartient au même propriétaire que Clos Fourtet, et je l’ai rarement goûté aussi bien : Poujeaux 2009. Vraiment, quel millésime … Noté 92 points, plus que d’accord avec ça !

Ensuite, et c’est moi qui ai pensé à amener sur la table pour le dessert, un remarquable Château de Fargues 2009 ( 95-97).

Vive les Sauternes quand on côtoie les étoiles !

Partager cet article

Repost0