Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 13:43

Vendredi soir, repas à la maison pour la première fois avec un couple que nous rêvions d’avoir à la maison, propriétaires d’un très célèbre cru de Saint Emilion. Ce repas, mille fois remis à plus tard, nous a fait regretter de ne l’avoir fait mille fois plus tôt ; c’est ainsi, les choses les plus simples sont quelquefois les plus compliquées. C’est étrange…

Dans les recommandations du Docteur Servan-Schreiber pour lutter contre toutes les maladies, il préconise la vitamine D et les relations humaines autour d’un bon repas et un bon verre de vin rouge : nous on pratique, des fois un peu trop de vin, mais jamais assez des belles occasions de parler, d’échanger, de dire des bêtises et même des choses sérieuses, on se soigne à l’amour et à l’amitié.

Samedi soir, rebelotte, invités dans l’Entre Deux Mers, notre ami ayant décidé de faire du vin depuis 2007, a bien choisi son moment , il ne pourra rien affronter de pire, et ses 2008  et 2009 ont déjà séduit Jean Marc Quarin et font partie de ces Bordeaux qui ne grèvent pas les budgets. 

 

Dimanche à 11 h 30, le club Porsche de la région Atlantique pour visiter le garage Valandraud, et dégustation de Valandraud 2009, Bad Boy 2007 et Valandraud 1999. Toutes les voitures, plus belles les unes que les autres ont pu se garer sur le parking du Garage Simon, acheté par nous il y a peu de temps. Ca a du bon d’être garagiste.

Ils avaient visité un 1er cru avant, avec son histoire, son terroir, ses vins, notre histoire était différente mais plus de circonstance pour ce club Porsche. Valandraud, la puissance d’une Carrera ?

 

2008-gt2-porsche-997-turbo

 

 

 


Ils étaient très nombreux, plus de 40 personnes, très sympas et amateurs de vin, l’un d’eux même amateur fan de Valandraud et Virginie de Valandraud (qu’il achète à son magasin Leclerc en Charente). Le garage aura servi pour la première fois, en attendant les dégustations primeurs du 29 mars au 2  avril.

 

« Terre de Vins » de Mars : une très belle revue ce mois ci, je dirai que l’on voit ce que donnera ce média dans les prochains mois : beaux papiers, belles photos et quelques articles de fond, la concurrence profite aux 2 médias RVF et Terre de Vins :  les deux, me semble-t-il, offrent un travail plus soigné !

Dans ce Terre de Vins, un beau reportage sur Bernard Magrez et sa famille, signé Seguin, journaliste talentueux au grand frère, le journal Sud Ouest.

Egalement, quelques pages sur Saint Emilion en secret et sur 1 page, un beau commentaire sur Murielle pour son blanc de Valandraud et ses autres activités  avec une bien belle photo prise dans notre cuisine avec nos bouteilles vides de Pingus et Pétrus, ça veut dire qu’il faut en ouvrir d’autres ?

 

Vinisud du 22 au 24  février, Marie et Jean Roger Calvet vous attendent sur notre stand H11E18

Partager cet article

Repost0
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 14:54

Parution du numéro 200 de la célèbre revue Challenges, revue à forte connotation économique libérale, et le titre de la semaine est : Les 200 qui font la France !

 

Page 51, à la rubrique Aquitaine, je suis cité  parmi les 10 de la région, avec ces 2 titres : Jean Luc Thunevin viticulteur-négociant et l’agitateur de Saint Emilion. L’article parle de mon aventure, de mon rôle de consultant pour lesVignobles Clément Fayat et de Bad Boy.

 

Ca tombe bien, j’aime bien cette revue que j’achète régulièrement, et c’est sans aucun doute dans ces médias hors spécialistes du vin que la communication est la plus utile aujourd’hui. IL n’empêche que la RVF est incontournable… c’est à elle d’explorer de nouveaux axes d’articles, d’un peu d’imagination. J’ai bien aimé l’édito de Denis Saverot intitulé Corbières Amor.

Le repas d’hier soir, sympa, amical, m’a rappelé ce mot d’un ami à moi, célèbre Baron belge qui, reçu à la maison un samedi et à qui j’avait ouvert une de mes meilleurs bouteilles de Champagne Salon 1988, je crois, s’était exclamé : « Mais les Thunevin, qu’est ce que vous pouvez boire le Dimanche !? »

Donc, ce jeudi soir, dans notre coin, nos hôtes ont ouvert un Roederer brut, un Pommard de Château de Pommard 2002, difficile d’avoir un avis, peut être que ça doit ressembler à ça, un Pommard, la bouteille d’un verre fumé très très jolie, la classe.

Après des choses sérieuse, très sérieuses : pas de rive droite, juste de la rive gauche, le Médoc quoi - même ici on sait qu’il y a autre chose que Pomerol et Saint Emilion.

 

1er vin : Lynch Bages 2001, un tout jeune vin au début de sa longue carrière. J’aime ce vin, j’aime ce cru et ses propriétaires, et c’est l’un des vins les plus sûrs de Bordeaux, être  régulier n’empêche pas le plaisir.

 

2ème vin : impossible pour nous de trouver : on a dit Pomerol, grand Pomerol, on a cherché en Graves, à Margaux, mais quoi, cette maturité, ce côté exotique… : c’était Cos D’Estournel 2001. C’est la première fois que je goûte un Cos avec ce côté si sexy, facile et complexe, doux et puissant. Bref, la vraie surprise. Il faudra que je demande à visiter le nouveau chai. Mes collègues, propriétaires célèbres, étaient prêts à y aller de suite. C’est dire.

 

3ème vin : j’ai reconnu (ça m’arrive) Pauillac, et à Pauillac, Pichon Baron qui est dirigé par un responsable discret qui fait des miracles ; ce vin est pour moi là aussi une valeur sûre, je suis rarement déçu. Moins célèbre peut être que d’autres, mais toujours plein, ample, et ce côté tabac de Havane, une vraie bouteille chic du millésime 2000.

 

Ouf c’était le dernier vin, c’est pas le tout, après il faut et se lever le matin, un peu plus tard que d’habitude…

Partager cet article

Repost0
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 15:25

Nous le savions déjà.... mais nous ne pouvions pas communiquer avant réception des certificats d’approbation ISO 9001 et ISO 14001, datés du 28  janvier 2010 pour : Vignoble, vinification à Saint Emilion et négoce de vin.

 

Margaux bus à table  à la maison lundi avec des amis :

Marojallia 2000 à pleine puissance : vin complet, équilibré, le boisé commence à disparaitre et c’est vraiment un bon grand vin (94 RP)

Clos Margalaine 2000 bu en même temps, largement supérieur, pour un second vin, à beaucoup de crus connus de cette belle appellation, plus léger, moins concentré que Marojallia, ce qui est le but recherché.

Ces 2 vins bus sur la daube de bœuf étaient encore trop jeunes. Qui a dit que les vins de garage ne vieillissent pas longtemps ?

 

Et Valandraud 1998,  toujours au top.

 

Partager cet article

Repost0
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 15:58

  Vendredi 12  février au château La Couspaude, un ami fêtait les 35  ans de son entreprise de nettoyage avec ses clients et amis. Parti de rien, il peut être fier du chemin parcouru et son émotion, lors de son petit discours nous a montré toute la joie qu’il avait de voir réunis tout ce monde présent pour l’honorer.

Très bon repas préparé par l’ami Christophe : la poule au pot Henri IV était de compétition, le magicien (Grain de Folie à Artigues) nous a  ébloui par ses tours de magie réalisés à nos tables et les bons vins de la famille Aubert,  Jean de Gué 2004  Lalande de Pomerol et surtout La Couspaude 2004, très grand cru classé de Saint Emilion trop peu reconnu.

L’occasion pour moi de revoir de vieux copains. Notre table faisait très vintage 70 avec nos souvenirs du Tackouk au Pizou, la boîte de nuit où nous nous retrouvions tous à l’époque bénie de nos 20 ans !

La semaine dernière, j’ai reçu un groupe d’étudiants français (droit du vin), des Brésiliens, des Japonais, une Chinoise et des professionnels du vin, un architecte, un distributeur et même un spécialiste marketing. Cela me donne l’occasion de parler moi aussi avec un peu de retard du bon papier de Jacques Berthomeau en date du 12  février : Halte au feu des dégustations à répétition. A lire pour méditer (un peu).

 

Partager cet article

Repost0
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 11:32
Un nouveau venu avec un nom de site qui annonce la couleur : "love that Languedoc"
Des reportages en anglais et même des vidéos qui s'essayent au style mouvementé "mal de mer" du film Mondovino, pourtant sélectionné au festival de Cannes.
Merci Ryan O' Connell

Je viens de consulter les statistiques de fréquentation de mon blog (version française hébergé par Over-blog). Depuis la création du site, j'ai écrit plus de 1000 posts et les  520 092  visiteurs ont lu 1 747 185 pages !

Partager cet article

Repost0
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 14:54

Le sujet sur l’évènement organisé dans les salons de l’Assemblée Nationale par notre député a bien été diffusé à la télévision sur Canal+ ce jeudi soir et hélas, comme on pouvait s’y attendre, le reportage a plutôt  été centré sur Mr Soissons qui a plus fait pour aider les prohibitionnistes qu’une campagne de pub à la télé ! C’est ainsi. J’espère qu’il s’est revu !

 

En attendant, les 300  personnes présentes avaient l’air ravies et le succès de l’opération est indiscutable : ce n’est pas parce  qu’il y a un goût de bouchon qu’il n’y a pas de merveilles à boire.

Le dommage de notre société médiatique c’est qu’il est plus important de montrer un type en train de faire l’imbécile que de promouvoir ceux qui travaillent et vivent de leur métier avec amour.

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 17:08

Hier soir, réunion de notre groupe au Château de Pressac pour la première fois (10 personnes). Nous n’avons pas trouvé de nom pour cette association, malgré toutes celles proposées sur mon blog et nos échanges d’idées, mais on a un peu plus réfléchi et ce, grâce aussi à l’amical concours de Rodolphe Wartel, directeur délégué du média Terre de Vins (merci, merci).

 

A priori :

On oublie Saint Etienne de Lisse, Saint Emilion étant notre lien le plus fort.

On essaie d’utiliser donc Saint Emilion/ Grand Cru/ notre proximité géographique, la qualité et la beauté de nos terroirs vallonnés / nos différences/ la difficulté d’amener nos clients, médias dans ce secteur à l’est de Saint Emilion (8 km).

Le chiffre 5 qui peut être ramené à 4  ou augmenté à 6 ?

Etc…

Faire de nos différences un argument, faire de notre terroir un lien, la qualité de nos vins, etc…

Avec quels moyens  financiers ? un budget a déjà été envisagé (50 à 100 00 euros). Où l’utiliser ? Quand ? dans quels médias ? ceux du vin, de la gastronomie, art de vivre, people, internet / papier / télé /visio / salon/ agro tourisme .

Nous avons de quoi, il y a matière, mais comment mettre cela en forme ? (j’avais proposé Grand Cru & Cie)

 

En attendant, il y aura déjà une présentation de ce groupe chez moi à Saint Emilion pour la campagne primeurs, du 29 mars au 2 avril inclus.

 

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 15:48

L’un de nos partenaires commerciaux, la chaîne de magasins français Vin et Bière, avec qui nous avons de bonnes relations a organisé un déplacement pour  20 personnes du groupe, employés ou franchisés.

Arrivés à 10 h au magasin L’Essentiel, ils ont pu goûter quelques vins dont Sabines 2006 et Clos du Beau Père 2006. Vieille histoire entre ces crus et nous :  le patron de V&B  connaissait tout comme moi, cette propriété longtemps avant que Murielle et moi l’achetions en 2006.

 

Après, visite de Valandraud à Saint Etienne de Lisse et pour moi déjà l’occasion de communiquer sur  Fleur Cardinale, Rol Valentin, Pressac et Faugères.

Visite rapide du chai et du vignoble, et à table pour le couscous réalisé au château quand il s’agit de recevoir un groupe important, sinon bien sûr c’est Murielle qui fait la cuisine à Saint Emilion. Couscous remarquable me permettant égoïstement de me régaler  et de dire que je suis pied-noir (né en Algérie) comme je précise à chaque fois que ma naissance est d’être garagiste dans le monde du vin à Saint Emilion.

 

Dentelles 2004  va bien sûr très très bien  avec cette nourriture épicée, Clos Badon 2004  était en train de s’ouvrir et surtout Bad Boy 2007  était remarquable de douceur et c’était bien là l’occasion d’expliquer qu’après les Bad Boy 2005 et 2006 puissants et massifs, faits pour la garde, je me suis rendu compte que les clients buvaient ces vins de suite et que donc il fallait que j’adapte le goût du Bad Boy aux consommateurs pressés.

Donc, à partir du 2007, de la douceur, vin sexy en diable, tentateur, fait pour plaire. Et chez moi ce n’est pas un gros mot ; ça me rappelle l’émission de télé où l’écrivain à succès Marc Lévy (né en 1961 !) racontait, avec beaucoup d’humour, sa façon de voir la vie, son succès, les critiques de l’intelligentsia française (bobo de gauche surtout) et son désir de préférer être un auteur à succès aujourd’hui plutôt que d’attendre, comme lui disait sa maman, que les pigeons fassent caca sur sa statue.


Et Valandraud 1999  pour marquer le coup.

 

Après ce repas à Valandraud, direction le château La Dominique  Les travaux à Cheval Blanc, notre voisin du château La Dominique, commencent à se voir, et c’est quand même bien agréable d’avoir une telle proximité.

Visite de nos chais et dégustation de Commanderie de Mazeyres 2001 et 2007 et ensuite La Dominique 2007  et pour la première fois 2 échantillons de La Dominique 2009, l’un encore en cuve et l’autre déjà en barrique. Le 2009  est, comme je l’ai déjà écrit, incontestablement le meilleur vin de tous les temps réalisé au château et surpassera même le remarquable 1989. Même notre œnologue conseil le trouve admirable, c’est dire !

 

Après le départ de ce groupe très jeune et sympa, dégustation à la maison de Saint Emilion des Blancs de Valandraud : verticale de 2003 à 2009, déjà 7 millésimes réalisés et encore des questions. J’attends le compte rendu de Philippe pour développer.

Partager cet article

Repost0
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 11:39

Les anniversaires sont prétextes à réunir des amis et passer un moment convivial autour d 'un bon repas et de bons vins.

 

Avec un peu de retard, puisque c’était le 17 janvier, nous avons fêté l’anniversaire de Florence à la maison avec un repas préparé pour 6 par Murielle :

Lamelles de truffes en toast

Pata negra

Lapin cuit à la cocotte avec pommes de terre et échalottes

Vieux comté

Gâteau à la noix de coco maison

 

gateau d anniversaire zDE162

Pour les vins (nous sommes amateurs de vins jeunes) :

Bon Pasteur 2005, encore trop jeune pour ce millésime que l’on va comparer régulièrement avec le 2009 (et il n’y a pas de comparaison possible)

Haut Brion 2004, complet, aromatique, pourquoi ne peut-on pas en boire plus souvent ? Telle était la question.

Pavie 2003 : cette bouteille nous a tous emballé, c’est vrai que son côté grand grenache du Roussillon façon moderne pourrait surprendre les traditionalistes, mais pour nous c’était tout bon et je dois même dire que pour moi c’était la meilleure bouteille. L’ambiance, le moment et le vin, il n’y a que ça de vrai.

Après, Valandraud 2003 paraissait pour le coup bien trop frais, trop bordelais pour moi. Mes invités étant bien sûr enchanté par ce vin mais tous ces vins n’ayant pas été bus à l’aveugle, ce serait bien de refaire la même chose étiquette cachée

 

Pour finir, le toujours délicieux Maury 2004 de notre association dans le Roussillon : Calvet-Thunevin où nous avons la chance d’avoir un beau caveau que l’on en peut pas louper, c’est tout le commentaire que nous avons eu de la part du journaliste Jean-Emmanuel Simond dans la dernière Revue du Vin de France sur les 9 pages consacrées à la vallée de l’Agly dans le Roussillon. Dans le même registre, le reportage réalisé par Sophie de Salettes sur Cabardès n’a pu découvrir que 3 chais… La pauvre, elle a du faire ce reportage de nuit ?

C’est dommage de consacrer enfin des pages à ces 2 régions et d’être si peu didactique ou si sectaire ?

 

 

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 15:38

"Il ne faut pas être un original et il faut pourtant être original " (Edmond Goblot)

 

J’ai lu ce mot dans la thèse  de Pierre Marie C. ainsi que ceux ci qui ont aussi attiré mon attention :

Conspiration

Stratégie de l’enfant terrible

Légitimation

Eugénisme ( de la caste, faut quand même faire attention aux mots)

Situation confortable

Et d’autres que je n’ai pas compris même en me les faisant traduire par Google !

 

Je pense à ça car hier à midi, j’ai invité Lionel à manger à la maison, un copain qui aime mes vins, et qui a l’air d’avoir eu une vie un peu décalée pour un bourgeois : joueur professionnel de poker et d’autres jeux dans sa jeunesse et peut être encore aujourd’hui…

Il suffit d’être disponible pour rencontrer des gens étonnants et si différents. Le monde du vin peut permettre cela (à qui le souhaite)

Et sur Vitisphère, l'annonce d'un évènement à venir pour ces "dames de Castillon"

Partager cet article

Repost0