Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 14:56

Les notes du Wine Advocate ne concernent pas que Bordeaux, le dernier numéro paru a pour sujet, entre autres, l’Espagne avec notre Peter Sisseck qui a encore de gros scores : Amelia 2009  96-99, Flor de Pingus 2009  95-98 et Pingus 2009 97-100 !


Et il est également question du Roussillon (et du Languedoc) avec de bons scores et commentaires de la part de David Schildknecht qui privilégie les vins pas trop chers et sur la fraîcheur, mais qui n’est pas, lui (comme la Revue du Vin de France et son journaliste), allergique à nos vins. Ce qui ne l’empêche d’ailleurs pas d’aimer des vins très différents : modernes, classiques, anciens et jeunes.

A noter un beau 97  pour La Muntada de Gauby, et pour nos vins Thunevin-Calvet :

 

Constance (le moins cher de notre gamme, vendu 17 dollars aux USA) 2008 est noté 90, le  2009 noté 89 et le 2010 à 90-91 !

Dentelles 2008 a eu 92 et le 2009 89-90+, etc… 

Partager cet article

Repost0
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 14:39

A lire sur la Passion du Vin, c’est en Français et plutôt très long, des conversations à propos d’une dégustation à l’aveugle où un vin autrichien aurait été meilleur que le mythique Romanée Conti.

Les commentaires d’Hervé Bizeul, pourtant souvent excessifs (et il se retient ), défendent la part du rêve;  et surtout à un moment  il dit la difficulté qu’il y a  pour un professionnel à boire un vin pour le plaisir plutôt que d’être toujours en train de goûter pour analyser les qualités et les défauts.

Sûr que je vois autour de moi des goûteurs qui goûtent, qui goûtent… et qui jamais ne se lâchent, tel le rongeur qui court constamment dans sa roue qui tourne à l’infini, sans autre but que de courir.

 

Accepter les vins mythiques ne veut pas dire ne plus avoir de sens critique, de jugement. Moi, de mon côté, je ne fais pas l’erreur de confondre vins mythiques et propriétés mythiques. Ce n’est pas la même chose.

Le Mouton Rothschild 1945 n’a rien à voir avec Mouton Rothschild 1978 par exemple, et Dieu sait si ce 1945  est l’un des rêves absolus. J’imagine que pour DRC, il en est de même, mais avec plus de difficulté quant à la force de la marque par rapport au millésime. Mais, bien sûr, je n’ai pas assez bu de DRC pour en parler en connaisseur sérieux.

D’où mes commentaires sur ces châteaux qui, bien que mythiques, références absolues, peuvent décevoir. Mais n’est-ce pas là aussi le cas pour les œuvres des artistes peintres, musiciens,  architectes et même cuisiniers ?

Le monde n’est pas parfait, ce n’est pas une raison pour ne pas croire aux rêves…

Partager cet article

Repost0
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 13:10

Bu à table, étiquettes et millésimes connus.

A l’apéritif, avec Jabugo et Soubressade, Bollinger, bon, vineux mais pas trop, l’équilibre.

Latour 2002  puissant, moderne, une réussite RP 96

Latour 2001 finesse, classe, là aussi une réussite  RP  95

Latour 2000 grand, très grand vin, moderne, puissant et suave, opulent, gras, la bouteille en appelait une autre… RP 98 et largement d’accord

Latour 1999 RP 94, dur de passer après les autres

Latour 1998  RP 90, mérite plus, même si la rive droite a été particulierement gâtée en 1998, ce Latour était plutôt bien.

Vive ce 2000 et c’est vrai qu’avec ces vins le temps n’aura pas trop de prise.


Sur et avec le dessert, harmonie complète de glace et gâteau à l’orange, Yquem 2002  et 1998, il y a pire comme repas. Surtout avec une ambiance sympa, et comme ça ne suffisait pas, en digestif Cognac Tesseron 29, un rhum énorme (Amérique du sud ?) et autres douceurs. Heureusement, je ne conduisais pas. Dommage que toutes ces bouteilles bues obligent à se passer d’un lave verre, c’est la vie de château, il faut choisir.

Partager cet article

Repost0
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 15:04

73 châteaux de l’appellation Saint Emilion et Satellites ont ouverts leurs portes samedi et dimanche. Si chez nous le samedi a été calme et les visites régulières, dimanche matin a été très calme et l’après- midi ça été la foule : à 3, nous avions du mal à satisfaire tous ces visiteurs, amis, voisins, curieux et autre amateurs, certains de Taiwan, d’autres du Japon, des Danois, enfin beaucoup de monde (et même un de mes banquiers , voire notre comptable !)

 

Je crois que nous avons bien fait notre boulot, nous avons fait goûter beaucoup de bouteilles et vendu quelques caisses de vin dans notre secteur, avec Valandraud, Pressac, Faugères, Mangot et Fombrauge, et à Saint Emilion à Clos Badon, il y avait moins de monde, les visiteurs se déplaçant en voiture avec un circuit prévu d’avance.

 

Nous avions Miss Vicky à la maison : une bouffée de fraîcheur et une pêche d’enfer, et toujours du beau temps et déjà les cerises qui sont mûres sur les arbres.

Partager cet article

Repost0
29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 14:08

En arrivant à notre rendez-vous, un beau brocard (jeune chevreuil mâle) nous attendait devant la porte, curieux et pas effrayé par le bruit de nos voitures. Belle vision pour ce jeudi soir, avant un repas chez des amis à côté de Fronsac.

 

BROCARD.jpg

 

 

 

8 personnes réunies pour le plaisir, pas de bizness.

Table de qualité : pata negra, gazpacho de tomate, rôti de bœuf dans le filet  d’une qualité rare, petit pois à la française, fromage et un dessert glacé de Lopez à Libourne (j’en ai repris 3 fois)

Champagne Ruinart Blanc de Blanc et après, tout à l’aveugle.

Monbousquet 2006, avis unanime : voilà un vin qu’on aime, plein, riche, a été reconnu par ses qualités.

Smith Haut Lafite 2008, j’ai l’idée que ce vin aurait dû être carafé 2 à 3  heures avant. Servi en l’état, bouche un peu dissociée mais un nez incroyable et déroutant de fraise, fraise des bois, surprenant à Bordeaux. C’est moi qui ait le plus vraiment apprécié ce vin.

Clinet 2007 pour moi la confirmation que ce cru n’est pas encore reconnu à a juste valeur, un équilibre parfait, on oublie 2007, un fruit, des tannins hyper fins, un boisé presque dans le style Moueix, c’était parfait – encore pour moi.

Clos Saint Martin 2002, le dernier coup de cœur de notre hôte qui lui trouve toutes les qualités avec un ratio prix rarement atteint, moi je l’ai trouvé fermé. Là encore la carafe aurait été plus qu’utile avec un service à température plus élevée.

Pour finir, le vin de la soirée pour tous (je rappelle que tout était servi à l’aveugle) : le grand, très grand Pape Clément 2002 qui doit être l’un des vins du millésime et quand, en plus, j’apprécie le propriétaire, ce n’est que du bonheur 

Partager cet article

Repost0
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 14:44

Pour avoir l’intégralité des notes et commentaires,  abonnez vous (surtout si vous êtes professionnels !)


Pour les blancs : Valandraud Blanc 2010   17  - Virginie de Valandraud blanc  15.5 / Domaine de Chevalier  17.5, Malartic Lagravière  16

Côté rouge : Carmes Haut Brion 16, Pape Clément 16.5, Bel Air Ouÿ 16, Cheval Blanc  18.5, La Couspaude 16, Croix de Labrie 15.5, La Dominique 17.5, Fleur Cardinale 17, Pressac 15.5, Le Prieuré 16.5, Prieuré Lescours 15.5, Figeac 16.5, Sansonnet 16, Valandraud 17, La Mauriane 16.5, Du Parc 17, Patris 15.5, Pavie 17,  La Mondotte 17

 

Les notes et commentaires de Robert Parker/ Wine Advocate sur les millésimes 2010 et 2008 seront publiées le 3 mai 2011…

Sur le site de Jacques Berthomeau, un grand et beau commentaire sur la Baronne G. et notre Bad Girl. Merci Jacques

 

Pendant la semaine des primeurs, nous avons ouvert quelques bouteilles dont Kate a fait la liste :

DIMANCHE   03.04
 

BAD GIRL
ECHEZEAUX 99 DOM LAURENT
GEVREY AUX  COMBOTTES 99 LIGNIER H
ECHEZEAUX 94 GILLES JAYER 
VOLNAY 07   DOMAINE FRANCOIS BLIGNY
VOLNAY 1ER CRU FREMIETS 07   PASCAL ET FRANCOIS CHARLES
MAURY 04

LUNDI    04 04
 
GRANGES DES PERES 06
BULGARIE ENIRA 06  ( 80% merlot 20 % syrah)
CHILI LAURENT DASSAULT 02
AFRIQUE DU SUD 02  PINOTAGE BONNE NOUVELLE M ROLLAND
CLOS L'EGLISE 01 POMEROL 

MUNTADA 01  
CLOS BADON 99 MAGNUM

ALSACE  07 DEISS    

 


MARDI 05.04:


MEURSAULT 1ER CRU CHARMES 06 BUISSON CHARLES
VALANDRAUD 07
PAPE CLEMENT 07
PAVIE 03
CHEVAL BLANC 01
PINGUS 07
MOULINE GUIGAL 04
ARMIA DIEL SCHLOSSGUT DIEL 03 RIESLING EISWEIN
YQUEM 02
PAUL TRIEBUMER 96 RUSTER AUSBRUCH OSTERREICH

MERCREDI 06.04:

ME
URSAULT 1ER CRU CRAS 07 BUISSON CHARLES
CLARENDON HILLS 01 SYRAH
LA PETITE SIBERIE   07
AUSONE 03
VALANDRAUD 07

JEUDI 07.04:

CLOS DU PARADIS AUXERROIS 09 CHATEAU PAUQUE  LUXEMBOURG PETILLANT
GRACIA 99
TENUTA DI TRINORO ROSSO DI TOSCANNA 98 ITALIE
VALANDRAUD 05
HUGO 06 THUNEVIN-CALVET
LES QUARTS DE JUCHEPIE EDDY MILENE OOSTERLINCK BRACKE



 

 

Partager cet article

Repost0
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 15:45

Goûté à l’aveugle à L’Essentiel avec Thomas, un 1994  usé et cuit, dur pour ce vin célèbre de Saint Emilion. Après, Clos l’Eglise 2001 et l’Eglise Clinet 2001, là encore 2 styles différents et dix ans après ces vins entament leurs phase de maturité, l’Eglise Clinet ayant hier plus de fraîcheur, d’éclat, question stylistique, terroir, vinificateur, date de vendanges...


J’ai moins bu d’Eglise Clinet 2001 (hélas) et sans doute plus de 24  bouteilles de Clos l’Eglise 2001, que Murielle et moi pensons être l’un des tout grand à Pomerol. Je n’oublie pas le voisin, Clinet qui, depuis quelques années, fait l’un des meilleurs rapports qualité prix des grand vins de Pomerol, avec Rouget de l’autre côté qui lui est tout simplement pas croyable dans ce rapport qualité prix, surtout si l’on pense que Pomerol est une appellation où le moindre rang de vigne dans les beaux secteurs se négocie à  environ 3 million l’hectare ; les prix des Bourgogne grands crus sont-ils à ce niveau ?

Et un article de Mitch Frank sur le commerce des vins de Bordeaux aux USA sur le Wine Spectator.

Partager cet article

Repost0
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 15:17

Dégustation Les 5 -  qui en sont plus que 4 – au château Smith Haut Lafitte qui, lui aussi, utilise des chevaux pour labourer les vignes. C’est beau à voir, ça crée des emplois et en plus, ça porte un langage écolo. J’attends de revoir les attelages de bœufs dans les terroirs argileux et il n’y aura plus qu’à recréer les dortoirs pour faire s’entremêler (avant mariage) les vendangeurs et vendangeuses 


3 millésimes à goûter côte à côte, on comprend le style initial à chaque millésime, l’austérité (relative) des 2008  sauf pour Smith et Canon La Gaffelière, l’opulence des 2009 et la complexité des 2010  aux tanins certains et à l’acidité bien présente, heureusement  équilibrée chez les meilleurs  par une belle sucrosité due à la maturité.

 

Encore une fois me revint à l’oreille ces propos imbéciles de « tous les vins se ressemblent », la mondialisation du vin, Parker, Rolland, le Wine Spectator, la RVF, Decanter, Bettane ou Burtschy,  Desseauve, Quarin et même James Suckling ne sont pas encore au chômage tant tous ces vins se ressemblent de moins en moins entre eux et tant les millésimes à Bordeaux sont différents.

L’augmentation des techniques de tri, de sélection, font ressortir de plus en plus les styles des vins, des terroirs et des propriétaires . La preuve encore ce dimanche avec 3 grands vins de Saint Emilion 2003  si différents et chacun si bons dans leur style malgré les belles polémiques de l’époque, ou la différence éclatante entre ces 3  crus dans des millésimes si différents que 2005, 2008 et 2007 et qui pourtant auraient sur le papier tout pour se ressembler : même consultant de chez Michel Rolland et à priori des terroirs argilo-calcaires (déjà si différents si l’on y regarde de plus près et même sans être un technicien)

 

Aussi, ce coup de blues - heureux, quand j’ai goûté avec ce critique américain très célèbre le haut niveau de qualité des Bordeaux 2010 : sur le fruit, avec des jus d’une précision rarement atteinte à Bordeaux ; coup de blues ressenti à cause du stress accumulé, du rhume des foins, de la fatigue, à l’idée que ces vins soient toujours aussi difficiles à vendre et aussi  à l’idée que je n’aimerais pas être critique pour commenter des vins vendus à 1200/1400 euro les 900  litres et qui possèdent ces qualités-là !

Partager cet article

Repost0
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 15:17

Tour des Termes (de Jean et Christophe Anney) : Marie Hélène, courtière en vin et le propriétaire de Château Tour des Termes, cru bourgeois de Saint Estèphe, présentaient quelques millésimes à une partie de l’équipe commerciale hier à table à midi : Tour des Termes 2010, 2009, 2008, 2005  et 2003.

Saint Estèphe et merlot ça peut faire un bon mariage. Le 2005 est un vrai régal aujourd’hui et ce vin ne cache pas son ambition de plaire à nos clients.

 

Le soir à Saint Emilion, Thomas Noël et son ami comédien Esteban avaient amené un Echezeaux 2007  Mongeard Mugneret, une vraie gourmandise moderne, tout à fait à notre goût. J’ai ouvert à l’aveugle un Echezeaux 2007 de Bruno de Saunay Bissey plus classique. 2 écoles différentes et 2 très bons vins.

Avant, Valandraud blanc 2009 qui,  à température de cave, devient moins tranchant, plus gras et m’a fait me souvenir de Domaine de Chevalier  blanc 2010  goûté à l’UGC, que j’ai trouvé très très à mon goût !

Pour finir, Chiroulet Vent d’hiver 2007, cépage petit manseng de la famille Fezas, un bon vin plaisir et le reste de la bouteille de Deiss 2005 bue la veille qui avait gagné en équilibre, puissance et goût, comme quoi ce vin doit pouvoir être gardé de longues années avant d’offrir tout son potentiel.

Partager cet article

Repost0
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 11:25

Sur le site de Robert Parker, sur le forum de Mark Squire, les notes et commentaires de Jeff Leve suite au récent déplacement du Cercle Rive Droite aux USA .

Encore que des bonnes notes pour les vins de mes amis :

Fleur Cardinale 92-95,  Fombrauge 89-91, La Dauphine 89-91, Clos des Jacobins 90-93, Bon Pasteur 91-94, Magrez Fombrauge 95-98, Le Moulin 90-92, Patris 87-89, Rol Valentin 91-93.


De mon côté, en attendant, stress habituel et  mal à la gorge, ça tombe mal pour goûter...

Hier à table avec 2 fous de vin : Deiss Altenberg 2005, du fruit, Gracia 2004 beau vin, Croix de Labrie 2004  dommage car légèrement  bouchonné, Mondotte 2007  sérieusement bouchonné,  Gomerie 2006 très fin et bon, Vieux Maillet 2006 n’aurait pas du être ouvert dans cette série, et, à l’aveugle Trotanoy 2005, l’un de nos vins préférés dans cette appellation bénie des dieux.

La truffe et les morilles avec Pomerol, il y a pire comme accord.

Partager cet article

Repost0