Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 15:22

Merci à Decanter d’avoir mis en avant dans son numéro de Novembre, ces vins de Bordeaux pas chers.

 

Et merci pour les 3 ½ étoiles accordées au Château Subilaux 2009 de la famille de notre chef de culture Christophe Lardière -  tout est déjà vendu et il faut passer au 2010 -  et merci pour les 3 étoiles  du Domaine Virginie Thunevin 2009, la propriété de ma fille, surtout si l’on voit dans la même catégorie quelques stars bordelaises (il nous reste des 2006  et des 2009 !)

 

Bel article sur le chai de Cheval Blanc et belle dégustation des millésimes mythiques comme les célèbres 1947 -1948 – 1961 etc…   C’est dommage que James Lawther ait oublié de me prendre pour ouvrir les bouteilles !

Partager cet article

Repost0
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 15:05

Nous serons présents au Grand Tasting du Carousel du Louvre à Paris organisé les 2  et 3 décembre 2011 par Bettane & Desseauve.


Y seront présentés sous le label TERRE DE LISSE

Château de Pressac 2007- 2008- 2009

Château Rol Valentin, Château de Laussac et Clos Vieux Taillefer 2009

Château Faugères –Cap de Faugères  et Péby Faugères 2009

Château Fleur Cardinale 2008

Château Valandraud rouge et blanc 2009

Bad Boy 2009

Et Château Sansonnet 2008  que j’ai inclus dans notre groupe.

Et  nous prendrons des commandes car David et Didier seront avec nous pour faire du commerce en plus de la promotion.

 

Partager cet article

Repost0
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 16:24

Château Villemaurine, dernière belle histoire belge de Saint Emilion

 

Acheté par la famille de Monsieur Justin Onclin en 2007, cette très jolie propriété située dans Saint Emilion a fait un bond fantastique en qualité  et  notoriété. Il est vrai que les moyens tant humains que financiers  n’ont pas été économisés pour faire le meilleur vin possible sur ce grand terroir.  


Le 2ème vin, Les Angelots de Villemaurine 2009 : un goût suave de raisin mûr, noix de coco, vanille  et surtout Villemaurine 2009  qui est l’un des tout grand vin de Saint Emilion en fait un très crédible représentant des nouveaux postulants au classement de Saint Emilion 2012.

Si en plus vous avez le temps, les caves souterraines peuvent se visiter(12 euros) et valent le détour.

Partager cet article

Repost0
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 16:05

1ère dégustation pour moi des lots ramassés il y a 3 semaines : jeunes vignes, fermage, malbec de Bel Air et nos lots de merlot, cabernet et petit verdot de Bellevue de Tayac à Margaux, et c’est la bonne, très bonne surprise pour moi : c’est bon !

 Douceur et maturité d’un grand millésime, couleur et parfum très purs, framboise, raisin noir, seule la structure est celle d’un millésime moyen dans le style des 2007. A ce jour, un mix de 2007 et de 2009, rien à voir donc avec le 2004 !

Il est rare que je fasse ce genre de commentaire si tôt, tant il est vrai que le vin n’a pas fait sa malolactique et que nous n’avons pas encore rentré les merlots de la côte nord de Valandraud, ni, bien entendu, les cabernets francs et sauvignons de Clos Badon. Mais si je suis optimiste aujourd’hui, c’est que je sais par expérience que ce genre de vin plaira aux clients et que même si ce n’est pas encore le millésime du siècle, ça pourrait être le millésime du client  et pour nous le millésime des extrêmes.

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 16:07

Vendanges des rouges : on attaque les vignes âgées de 20  ans dans la plaine, les nouvelles machines de tri des baies de raisin sont cette année plus que rentables, une même  grappe ayant la capacité de nous donner des graines mûres, des graines sèches, des graines pourries et des graines vertes. Vive le tribaie, cette machine à trier par densité.


Monsieur Fakorellis, Athanase de son prénom, était de passage pour goûter les lots de nos blancs pour pré assemblage et il y a un portrait sur lui en train d’être fait par Marilyn Johnson-Widocq, notre photographe-chroniqueuse-reporter de I love Saint Emilion.


Repas à la maison avec quelques cèpes ramassés par Virginie et une belle omelette, Malartic Lagravière blanc 2002 fait par Athanase, couleur jaune pâle dorée, bouche grasse et complexe, vin surprenant et bon.

Valandraud 2009, 2ème bouteille bue après la mise, le vin tout en fruit, pas de sensation de boisé, concentré parce que je le sais, mais ça ne se sent pas. Une friandise de fruits rouges, noirs et raisins, sans aucun doute on est dans le grand vin, tellement accessible que pardi les pervers vont encore dire que "c’est trop bon", et patati et patata…

 

Partager cet article

Repost0
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 16:52

Le  Guide Hachette 2012  est paru, et on y retrouve :

Domaine des Sabines 2008  1 étoile

Clos Badon 2008  2 étoiles – il frôle le coup de cœur !

Valandraud 2008  1 étoile

Et Thunevin- Calvet Dentelles 2007  qui est cité en Côtes du Roussillon  Villages

 

Dans le Guide des Meilleurs Vins de France, Valandraud a 2 étoiles avec un commentaire remarquable. Et entrée du Clos du Beau Père dans ce guide (en attendant l’arrivée de Bellevue de Tayac et de Clos Badon)

 

 

Terre de vins organise une dégustation au CIVB le 20 septembre 2011, suite à l’article consacré aux meilleurs Saint Emilion et au classement à venir.

J’y serai pour faire goûter CLOS BADON, arrivé 2ème des 2008. Il y aura aussi Faugères, Pressac (vive Terre de Lisse !), Ferrand, Quinault L’Enclos, Gracia et Daugay.

Il est possible d’y participer en contactant : reservation@terredevins.com

 

 

Partager cet article

Repost0
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 14:47

 

Gros coup de cœur dans le dernier Bettane & Desseauve 2012  pour ….

La petite Sibérie  2008, de l’ami Hervé Bizeul, classé dans les meilleurs vins de l’année à côté,  enfin, de grands noms comme Château margaux 2009 ou La Landonne 2007  de Guigal.


Et  un beau, très beau encouragement, dans les meilleurs blancs secs à Bordeaux pour Valandraud blanc 2009 aux côtés de Haut brion, Pape Clément, Domaine de Chevalier, Mission Haut Brion et Smith Haut Lafitte.  A noter aussi, 2  Thunevin-Calvet dans le Roussillon et 2 « BD » (Bettane et Desseauve ) sur 5.

Partager cet article

Repost0
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 16:56

J'ai oublié de remercier la RVF pour avoir mis  sur 2 pages  comme image de fond sur l'article "Saint Emilion, les coulisses d'un classement à haut risque", la photo d'un présentoir de la boutique L'Essentiel, et je ne peux qu'y voir un message subliminal, un signe. La photo, floue à la Hamilton, cache la beauté de nos bouteilles, laissant entrevoir tous les dessous, les non-dits de l'article - ou du classement ?

 

A noter, l'absence dans le cahier intérieur de mes vins 2009  et 2008 parmi ceux goûté par Antoine Gerbelle. Nous n'avions peut être pas porté le 2008, et le 2009  n'étant pas encore en bouteille, son absence est normale. Antoine Gerbelle, comme Olivier Poels étant, faut il le préciser, des amateurs de vins "normaux", pas ceux trop boisés, concentrés, raisins très, trop, mûrs. Les notes et commentaires étant d'ailleurs quelques fois peu en harmonie :  il faut lire le commentaire sur le Château Fonroque 2009, avec 15/20, par rapport au commentaire de Chateau L'Arroséé, également 15/20, pour comprendre

 

Heureusement pour moi que ce ne sont pas eux qui font le classement, quoique je vais leur demander où est la place qu'ils imaginent pour Valandraud.... si place il y a ?

Partager cet article

Repost0
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 16:22

Melon et chiffonnade de jambon espagnol, escargots petits gris à la bordelaise façon Mumu (ramassés par moi lors des orages du mois d’Août) et figues de Fongaban à la vanille de Tahiti.

Vin pour se faire la bouche sur ce plat épicé : Aalto PS 2006 Ribera del Duero (94RP), très jeune, tanins encore très présents mais beau vin, concentré, net, étiquette visible.


Ensuite,  à l’aveugle, le vin de droite, un délice, une gourmandise, presque trop bon, certains ici à Bordeaux, obsédés  par le sexe des anges, diraient « putassier ». On peut comprendre les commentaires du style « trop bon, trop sexy maintenant, et demain alors ? ». Un vin rive gauche qui ressemble à un vin rive droite, un grand Pomerol, et bien non… C’est ce Lascombes 2005  qui a fini 1er dans une dégustation à l’aveugle du Grand Jury Européen. Comme quoi, même les professionnels qui composent ce grand jury peuvent être enchantés par un vin séduisant. Il ne faut pas désespérer des dégustateurs, pas toujours obsédés par l’intellect d’un vin, son histoire, son avenir, mais capables de prendre du plaisir avec un bon, très bon Margaux. J’en ai eu en stock, acheté suite à ce ramdam de sa 1ère place et noté 95  Robert Parker, vendu en magasin autour de 100  euros.


A gauche, heureusement préféré par mes invités plutôt professionnels de la dégustation, Valandraud 2005 dont je pensais qu’il serait largement battu par Lascombes.

Comme quoi, je peux faire goûter chez moi des vins  face au mien sans automatiquement chercher à le  faire ressortir devant la « compétition ». D’ailleurs, le dernier journaliste qui est venu manger  à la maison  avec Murielle alors que je n’étais pas là a pu prendre dans ma cave un Pingus  qui n’a plus rien à prouver et surtout un 1er cru classé 1855 du Médoc, millésime 1995 qui a pris, d’après les autres convives, une branlée style  « c’est même pas un 2ème vin », mais ça c’est les dégustations comparatives . Pavie 2003 par exemple dépasse  très largement  Valandraud, qui lui-même dépasse très largement quelques premiers crus, et c’est comme ça.

Ici, La Mondotte, Angélus sont de sacrés vins qui, à l’aveugle, font des 1ères places. Bien entendu, je parle de dégustateurs qui ont mon goût pour le style de vin que j’aime : mûr, concentré, à la Rolland 

 

Partager cet article

Repost0
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 19:03

Voici ce qui a été écrit  dans le Wine Advocate N° 195 par David Schildknecht, sur notre cuvée Constance, dont les millésimes 2008, 2009  et 2010 sont des  Côtes du Roussillon Villages, grâce à l’encépagement de la propriété qui comprend des Syrah et des Mourvèdres.

 

 

Thunevin-Calvet Constance 2010      90-91+       Review by David Schildknecht

As for the 2010s, knock wood (since, to be sure, it's early days for these), but if the 2010 Cotes du Roussillon Villages Constance that I tasted from tank is any indication, then Thunevin and Calvet might well achieve this year a sense of levity, fresh fruit juiciness, and interactive complexity that surpasses previous vintages at this address. That's not to suggest that the fruit - abundant black raspberry and blackberry - isn't sweetly ripe; in fact it's nearly liqueur-like. But here, my animal appetite as well as my intellectual curiosity (not just professional duty) sends me in search of a second sip. Scrubby suggestions of juniper and arbor vitae; resinous mint and marjoram; and saliva-inducing salinity that seems linked to a more intriguing sense of mineral impingement vie for attention and contribute to a sense of vibrancy which let's hope (but I am pretty confident) will be preserved in bottle, from which this ought then to be worth revisiting for at least 3-4 years. The 2008 offered a welcome sense of dynamic, but this 2010 outdoes it in that department; and as for sheer sense of schist-typical expression of stone and smoke, this surpasses the 2007 Constance in that respect. In a sign of the times, incidentally, this year the share of Carignan exceeds that of Grenache.

To settle a trademark dispute, the former Domaine Calvet-Thunevin is now "Thunevin-Calvet," but there were no corresponding changes in company structure or team members. Where there has been change - and for more about how Jean-Roger Calvet and Jean-Luc Thunevin entered into this collaboration and its evolution consult my report in issue 183 - is in the line-up of wines and their elevage. New wood, like ultra-ripe fruit, is still prominent, but barriques have increasingly given way to demi-muids and foudres, while the talk is of enhancing freshness and minerality, an aim reflected not only in the rigorous exclusion via table de trie of any overripe berries and in the approach to fermentation and elevage, but also in a decision to plant additional Carignan which, like Mourvedre, Calvet sees as having a more important role in the domaine's future. Most of the wines I tasted on this occasion were in the 15-15.5% alcohol range but seldom did I apprehend any significant heat. (Changes in the individual cuvee make-ups are detailed in my tasting notes.) The 2008 vintage was noteworthy for the length of its ripening period, notes Calvet, with his harvest not having concluded until the end of the first week in October. The 2009 harvest was finished two weeks sooner and even then required stringent sorting to remove overripe berries in Grenache as well as Syrah.

Importers include M. S. Walker, Somerville, MA; tel. (617) 776-6700 and Monsieur Touton Selection, New York, NY; tel. (212) 255-0674

 

Partager cet article

Repost0