Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 14:39

Avec l’équipe du Château Fleur Cardinale, Bob, Jean Philippe Fort, j’ai goûté 15  lots des cuves de Fleur Cardinale 2011, toutes homogènes en qualité, couleur noire brillante, intense, tanins doux et mûrs, bouche douce et soyeuse, aucune fatigue à goûter tous ces lots avec des merlots denses et des cabernets sauvignons d’une texture gourmande rarement rencontrée. Difficile même avant malolactique, de ne pas boire. C’est bon signe.

 

Valandraud 2011 : les derniers lots goûtés, carmenères, cabernet sauvignon et cabernet franc, tous très noirs et très denses mais il faut attendre les malolactiques qui, chez nous sont toujours tardives. La fin des écoulages était mercredi.

 

Et à l'approche du weekend, il est intéressant de se connecter au site de l'office du tourisme de Saint Emilion : il y pas mal d'idées de ballades, de découvertes et des bons plans : visites gratuites, réduction, etc....

Partager cet article

Repost0
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 17:04

Pour les abonnés de erobertparker.com, Neal Martin a posté ses notes de dégustation suite à la dégustation de janvier  2011 organisée de manière très sérieuse depuis de longues années  par des négociants anglais. Ils dégustent à l’aveugle des vins de Bordeaux qu’ils commercialisent.

Virginie de Valandraud 2007  a eu un très beau commentaire et la note de 89. Valandraud n’a pas été noté car trop en sur maturiét, il faut bien pesner qu’on a en principe fait meiux pour le 1er vin que pour le second, mais sûr que  la surmaturité en 2007, c’était pas facile !

 

2007 Virginie de Valandraud 89
Tasted blind at the 2007 Bordeaux horizontal in Southwold. The Virginie 2007 has a very fine bouquet with fresh blueberry, cassis and macerated dark cherries with well integrated vanillary oak. The palate is medium-bodied with fine tannins, good structure with hints of liquorice and black olive. Very poised on the finish. Classy. Tasted January 2011.

 

2007 Chateau Valandraud ?
Tasted blind at the 2007 Bordeaux horizontal in Southwold. A strange showing of Valandraud, coming across as extraordinarily ripe on the nose, very exotic with signs of sur-maturité towards the finish. This sample does not seem to correlate to wine I tasted at primeur so I will seek to re-taste this. Tasted January 2011.

Partager cet article

Repost0
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 17:19

Je ne l’ai pas lu, mais des amis m’ont dit que Le Figaro cite le 28/10 Clément Pichon 2009 parmi les bons vins. Sûr que c’est un bon vin au rapport qualité-prix plus que concurrentiel.

Merci à Isabelle Bunisset, sauf que je ne suis plus le gérant des Vignobles Fayat depuis 2  ans et même si la talentueuse équipe qui a fait les 2006- 2007 – 2008  sous ma gérance est toujours là et même si j’ai le plaisir d’être associé avec eux sur une propriété de Pomerol et de Lalande de Pomerol, et d’être consulté de temps en temps, il y a maintenant un cadre responsable qui n’est pas moi, mais Yannick Evenou.

Partager cet article

Repost0
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 16:04

Il faudra compter avec cette propriété cette année. J’ai goûté 5 lots déjà écoulés en barriques neuves et avant malolactique, et c’est déjà très très bon. Le terroir est celui d’un 1er cru et le moyens humains et techniques ne sont pas en reste. Il suffira de goûter au mois de mars pour vérifier ce que j’avance ?

Bu à table avec un ami, un vin étonnant découvert grâce à Hervé Bizeul et François Mauss au Carrousel du Louvre de Bettane et Desseauve : Mariasole Lacrima di Morro d’Alba 2007  des Domaines Lucchetti. Avec ses 16°5, ce n’est pas un vin à mettre dans tous les gosiers. La puissance fruitée s’ouvre au bout de quelques minutes dans le verre et fait ressortir ces odeurs de vieille rose rouge noire entêtante, épicée, cela m’avait donné envie d’en reboire, merci François, et même d’en cultiver ici mais ce cépage ne  fait pas partie des cépages autorisés , et mes pépiniéristes n’ont pas été capables d’en trouver.

La vinification de ce vin a l’air également particulière, longue macération et élevage court, si j’en crois internet le prix de cette bouteille a l’air d’être peu cher.


Bu à table, en famille, un Griffe de Cap d’Or 1998 fait par nous, dans ce très beau terroir de la petite appellation Saint Georges  Saint Emilion, coteaux Sud, argilo-calcaire, un rêve de terroir. Mon beau-père nous aidait encore à vendanger à cette époque et ce vin 100% merlot a très bien évolué. Grand vin typé Pomerol, truffe, épices, raisins murs. Ce vin était très bon à l’époque , 1998  étant un très grand millésime rive droite, noté 89 par Parker et les autres millésimes 87/88, notations équivalentes par le Wine Spectator, ce vin avait été classé 1er lors de la Coupe des Crus Satellites  organisée  en 1998-1999-2000 . J’ai encore la jolie carafe gagnée à l’étonnement de tous. Comme quoi, il n’ y a pas de « mauvais terroir », il y a des terroirs sous-exploités. C’est aujourd’hui toujours d’actualité.

Toujours d’actualité aussi de ne s’intéresser qu’aux appellations nobles en oubliant juste, rive droite,  les Fronsacs, les Lussac et les Montagne Saint Emilion,  les Puisseguin Saint Emilion  et la cuvée de leur cave coopérative, voire les Côtes de Francs et Castillon, Bourg, Blaye et même certains Bordeaux….

Partager cet article

Repost0
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 15:24

Jörgen Lindström a organisé en Suède une dégustation de Bordeaux 2008  avec quelques 7  dégustateurs,  les résultats : Virginie de Valandraud 2008 , avec 92/100 ,Valandraud avec 95/100, Clos du beau Père avec 90/100, La Dominique 93/100, sont à comparer avec les quelques grands vins également goûtés et me confirme que notre nouvelle approche plus « douce » mise en place avec mes collaborateurs et Murielle en charge des vinifications et du vignoble, plaît à nos clients.


Les dégustations faites ces jours ci avec un ami de passage à la maison confirment que les 2009  et 2010 de Valandraud sont de bien belles bouteilles, et la première bouteille de Virginie de Valandraud 2009  goûtée hier avec Rémi, Christophe, Jean Philippe et Murielle était le meilleur Virginie  jamais fait par nous, hélas les millésimes du siècle sont rares… Une à 2 fois tous les 10 ans …   Blague à part, il me tarde de voir les 1ers commentaires sur ces 2009 lors des prochaines dégustations des critiques et journalistes qui vont se régaler.  A ce propos, Izak Litwar a raison  d’écrire que le 2008 Valandraud est à 100% dû au talent de Murielle : je n’étais pas là pendant les vendanges, tout comme en 2009 et 2010 d’ailleurs.


De plus, et j’en avais déjà parlé, Fourcas Hosten est un cru à suivre de près. N’attendez pas que tout le monde en dise du bien 

Partager cet article

Repost0
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 14:00

Pourquoi n’y a-t-il pas à Saint Emilion d’autre lieux similaires au Château Fombrauge pour recevoir des artistes en résidence ?

Monsieur Bernard Magrez, avec son institut culturel à l’Hôtel Labottière à Bordeaux et ses déclinaisons aux Châteaux Pape Clément et La Tour Carnet, donne un bel exemple de mécénat.


Pourquoi n’y a-t-il pas encore à Saint Emilion une fondation qui permettrait de réaliser de belles choses et qui offrirait des possibilités de défiscalisation incitative ?

La ville de Saint Emilion est une ville merveilleuse mais elle n’a pas les moyens financiers pour entretenir et faire fructifier son héritage. Il serait judicieux de pourvoir garder nos bijoux de famille. Y a-t-il des moyens pour y parvenir ?


Il faudrait d’autres Bernard Magrez pour palier au moins de 200 personnes qui habitent  Saint Emilion intra-muros.

 

Partager cet article

Repost0
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 15:38

Grosse charge de travail pour notre chai de Saint Magne de Castillon :  les primeurs 2009 à faire rentrer des propriétés ou des fournisseurs collègues négociants et à préparer avant livraison, sachant que les châteaux libèrent leurs vins depuis mars de cette année à mars/avril de l’année prochain. Ça fait du boulot, sachant qu’un grand millésime permet de vendre plus de vin, plus de références.

 

Avec cette charge de travail, les petits Bordeaux, les vins plus abordables se vendent aussi très bien, ce millésime 2009  étant vraiment bon et porteur, ces vins vendus par nous entre 3 et 15  euros au tarif professionnel sont très appréciés.

 

Après 2  années plutôt moyennes en chiffre d’affaire (11 millions), le prochain sera sans problème entre 15  et 17  millions pour retomber sans doute dans 2  ans à 11/13 millions.

L’avantage des ventes primeurs, c’est que j’ai une vision assez précise de ce qui va se passer dans le 18/24  mois à venir, après ce ne sont vraiment que des hypothèses.

 

En attendant, les beaux terroirs de Bordeaux trouvent toujours des acheteurs, le remarquable terroir du château Guillot à Pomerol serait vendu selon la RVF. L’acheteur sait tout le potentiel de cette jolie propriété, Michel Bettane avait déjà remarqué tout ce qui pouvait se passer dans cette propriété, comme pour La Violette d’ailleurs et La Providence n’étant pas la moindre des propriétés révélées par un nouveau propriétaire .

Partager cet article

Repost0
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 16:12

Citation de Francis Picabia.

 

En effet, « mettre de l’eau dans son vin » est une expression qui veut dire limiter ses prétentions.

Et bien, cette année 2011, notre récolte sera de qualité et prétendra être au niveau d’un bon millésime, la récompense d’un travail attentif et réactif dans les vignes.

Merci à notre Paul-Marie Morillon,  à Christophe Lardière, à Xavier Lacoste et à tous les collaborateurs travaillant dans les vignes qui, cette année, ont du subir des climats extrêmes : sècheresse au printemps, coup de chaleur, grosses pluies d’été et heureusement un temps idéal pour les vendanges.


A l’arrivée, du bon vin, surtout rive droite et particulièrement  à Saint Emilion, avec des degrés compris entre 13 et 14.5, des couleurs superbes, des tanins mûrs et des densités sui seront, avec l’élevage, plutôt bonnes. Nous finissons d’écouler les dernières cuves cette semaine et ce sera peut être fini la semaine prochaine. Les employés des chais n’ont pas arrêté mais le résultat tant en qualité qu’en quantité étant là, ça donne le sourire, même si ce lundi permettra de faire un  joli pont de 4 jours, ça ne suffira pas à récupérer des fatigues  rarement vues chez nous. Merci les beaux rendements.

Partager cet article

Repost0
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 16:35

L’AFP informe du lancement du futur classement des vins de Saint Emilion 2012. J’y apprends que Qualisud est chargé de l’organisation de la dégustation et Qualité France du reste  du dossier (assiette foncière, notoriété, etc…)

Surtout il y aurait 96  dossiers de candidatures, 28  en 1er grand cru classé et 68 en grand cru classé, à comparer avec le classement actuel avec ses 15 classés 1er grand cru et 61  crus classés, on peut voir qu’il n’y a pas d’explosion des candidatures et, pour moi, l’augmentation des postulants correspond  simplement à l’évolution naturelle due aux progrès faits ici, à Saint Emilion, dans beaucoup de propriétés, belles endormies.

 En effet, comment ne pas considérer justes les demandes des crus qui mettent les moyens ou qui, ayant changé de propriétaire, se retrouvent avec un propriétaire ambitieux ?!

Partager cet article

Repost0
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 17:47

USA

 

Déplacement d’une semaine aux USA, avion Bordeaux-Paris-New York-Cleveland où notre distributeur m’attendait pour des visites de clients, repas avec son fils James pour interprète, revenu  exprès de Washington.

L’un des points forts  fut l’organisation au célèbre restaurant Lola d’un repas avec 12  millésimes de Valandraud, de 1994 à 2005 . Une seule bouteille bouchonnée, merci Gabriel, fournisseur du 2007 .

Je dirai à chaque fois, quand je le sais, le nom du fournisseur de bouchon quand j’ouvre une bouteille bouchonnée. Ça soulage….

 

Le 2005 se goûtait très différent, remarquable concentré de fruits rouges, presque pas du vin à ce stade de la dégustation, presque un jus de raisin, sirop de mûre et vanille, pas très typique de Bordeaux . La bouteille de 2000 était remarquable, le bouchon d’Amorim parfait, ce qui n’est pas toujours le cas, hélas. Valandraud 1999  incroyable ces temps ci, l’un des vins préférés par les participants avec le 1995 et l’énorme surprise du 1994  qui est sans doute le meilleur vin de Bordeaux dans ce millésime, avec encore un potentiel de vieillissement d’au moins 10  ans ? Ce doit être dur pour certains critiques de l’époque de reprendre leurs notes et commentaires très négatifs sur le vieillissement harmonieux de mes vins….

 

2 nuits à Cleveland et départ pour Boston, où notre distributeur, grosse entreprise, avait organisé un maximum de rendez-vous dont un à la boutique Brix où 30  clients ont eu droit à notre numéro, moi en Français et Christian Dalbavie à la traduction. Belle dégustation de mes vins avec un public amoureux du vin, plutôt francophile, et si tout ce monde rencontré vient à Saint Emilion, ça va faire du monde ! Egalement un passage à Harvest, restaurant – ami, un repas organisé dans un très beau palace de Lenox, le  Wheatleigh avec là encore des Français comme supporters et une dégustation de mes vins à table, où le  blanc a eu un succès formidable avec  le Bel Air Ouy 2000, dont une bouteille bouchonnée (Amorim). Hotel et cadre merveilleux, clientèle très très chic et le risque important de rencontrer des cervidés sur les routes, incroyable ! Le stress de l’accident la  nuit est bien réel.

 

Direction New York en voiture et visites de clients avec l’un de nos distributeurs (3 de Valandraud, etc), cavistes, restaurants, métro, taxis… ça bosse à New York et il y aune énergie toujours aussi forte dans cette ville.

New-York1

 

Le lendemain, présentation  de notre gamme à la force  commerciale de notre  plus important distributeur sur New York,la plus grosse gamme avec Valandraud et le Blanc, plus de 10  vins ! Repas dans un restaurant à la capacité incroyable de 3000 couverts/jour ! Et j’ai perdu mon téléphone pendant ces trajets, zut et rezut !

 

3 jours aussi au Wine Experience au Marriott Marquis , organisation parfaite, la crème des propriétés viticoles et beaucoup de professionnels présents aux dégustations, ainsi que des amateurs fortunés et courageux : près de 280  vins à goûter, c’est pas rien, surtout sachant que rien n’est à jeter, des 1ers, des crus mythiques , etc…

Repas de gala organisé pour 1300 personnes, la remise des prix des meilleurs restaurants et caves  selon le Wine Spectator et Christian Moueix récompensé pour ses propriétés bordelaises et américaines : La Fleur Pétrus 2005, délicieux et Dominus 2001, encore un grand vin. Ambiance remarquable et j’ai eu la chance d’être à une table où tout le monde parlait français.

 

Retour par Air France avec une partie de mes collègues bordelais et Xavier, et au boulot. Après tout il y a du pain sur la planche si j’en crois tous les cavistes, boutiques qui doivent commander en quantité tous nos vins, Bellevue de Tayac, 3 de Valandraud, Blanc de Valandraud, Virginie et Valandraud, les vins de ma fille Domaine Virginie Thunevin, Domaine Thunevin-Calvet dans le Roussillon, Bellevue La Randée, Compassant, Bel Air Ouy, Prieuré Lescours, Sabines, l’occasion de parler de Fleur Cardinale, Carles, Sansonnet…

Partager cet article

Repost0