Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 15:03

Dégustation par un critique célèbre (accompagné de ses collaborateurs) des 2009 faits par nous ou sélectionnés en exclusivité par mon entreprise, ainsi que ceux où je suis concerné en tant que consultant.


Il a pu ainsi goûter tranquillement à l’aveugle :Bellevue de Tayac, 3 de Valandraud, Clos Badon Thunevin, Virginie de Valandraud, Valandraud, Clos du Beau Père, Domaine des Sabines, Domaine Virginie Thunevin, Blanc de Valandraud N°1 et N°2, Clos Romanile et Galaxies 2 Romanile, Fleur Carrère, Claud la Chapelle, Haut mazeris, Haut Castenet, La Guilbonnerie, Bad Girl, Bad Boy, Baby Bad Boy, Carles, Haut Carles, Fleur Cardinale et Secret de Cardinale, Sansonnet,  Franc Maillet Jean Baptiste et Clos des Moiselles.

 

La dégustation s’est déroulée de 18 à 19 h30, nous avons nous aussi pu goûter avant de passer à table et pour 12 personnes (propriétaires de crus ainsi qu’un négociant américain connu), il a été servi :

Omelette aux truffes (superbes truffes)

Rôti de bœuf, lamelles de truffes et purée de pomme de terre

Fromage (Comté)

Saint Honoré au rhum


A l’apéritif un magnum de Champagne Bollinger brut,  Sansonnet  2010  et Fleur Cardinale 2005. Ensuite à l’aveugle, servi par 2  carafes dans nos verres Riedel :

Ornellaia 2008, Valandraud 2008, 2  beaux vins. Personne n’a imaginé le Super Toscan au début , sauf James Suckling qui le reconnait quasiment directement à l’aveugle ! Mes amis de Saint Emilion avaient reconnu et aimé Valandraud 2008, ensuite Valandraud 2003  et Lafite Rothschild 2003, c’est facile pour moi de faire goûter à l’aveugle mon vin face à Lafite : si Lafite est meilleur, c’est normal vu sa notoriété et son prix du au marché chinois ; vous voyez ce qu’est que d’être un 1er cru, ça n’a pas que des avantages… car si mon vin se goûte mieux, et bien ? Et bien il faudra regoûter la prochaine fois car sans doute la bouteille de Lafite n’avait pas été ouverte au bon moment

Blague à part, j’ai droit moi aussi à des dégustations à l’aveugle où Valandraud sert de faire-valoir. La dégustation à l’aveugle est rarement favorable à un cru cher et connu, et comme ces vins sont de plus en plus chers et connus, c’est de plus en plus difficile. Et quels que soient les résultats, ils  sont de toute façon, étiquette vue, reconsidérés. C’est la force de la marque et ce n’est pas pour rien que l’univers du luxe paye si cher les châteaux (Valandraud a été préféré par 11 personnes sur 12), et puisqu’on parle de luxe, nous avions encore soif et j’ai refait la terrible dégustation à l’aveugle d’un magnum servi dans 2  carafes différentes, et encore une fois,  le haut du magnum servi à droite à été préféré au fond du magnum servi à gauche. Un seul invité a pensé au magnum, tous les autres ont cherché des différences de millésime, de rive droite-rive gauche, de style.  Il s’agissait d’un magnum de Petrus 2001, le millésime 2000 avait été avancé par la majorité, ils goûtent pas mal !

 

2011-0138.JPG

 

 

 

Repas terminé à 22 h 30.


Le matin nous avions eu un audit pour notre certification ISO 9001 et 14001 : nous sommes bons, sachant que quand on choisit d’être « normalisé », ce n’est jamais fini !

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans Dégustation
commenter cet article
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 16:27

Visite  hier à 11 heures d’un groupe de 16  japonais, toujours aussi heureux de visiter  le garage de « Cinderella Wine » et dégustation de Virginie de Valandraud 2006  et Valandraud 2006 qui se goûte de mieux en mieux.

 

Après, vite à la maison pour l’ arrivée d’ un autre groupe mais pour manger. 7 personnes en tout et nous avons bu à table:

Compassant 2004 ( a été sélectionné pour être servi à table pour un mariage)

Domaine Virginie Thunevin 2006

3 De Valandraud 2009  (tout en douceur)

Domaine Fayat-Thunevin 2007 Lalande de Pomerol

Clos Badon Thunevin 2006

Château Bellevue de Tayac 2004

Et Bad Boy 2009

Le menu du jour était : soupe de pot au feu, lapin aux échalotes et pommes de terre sautées, macaron et riz au lait.

A l’Essentiel, passage d’un journaliste et dégustation du Clos du beau Père 2009 plus que bon, quel millésime ! Ensuite Virginie de Valandraud 2010 et Valandraud 2010, tous les 2 encore en élevage en barrique : la puissance pas encore domptée.

 

A lire, ce commentaire sur le prix de  Lafite qui chute de 45 % en partie suite au trop grand nombre de bouteilles fausses.

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans C'est dans l'air...
commenter cet article
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 15:56

Repas avec Pierre Le Hong et Eric Bernardin qui travaillent à l’écriture d’un livre sur Saint Emilion, similaire à celui (déjà un beau succès) sur les crus classés du Médoc ( plus de 3000 exemplaires vendus)

 

liv0488.jpg

 

Comme souvent,  des questions et des réponses au bureau et après, direction la maison pour avoir l’occasion à table de passer aux travaux pratiques :

Virginie de Valandraud 1997, vin à boire, ouvert et vraiment pas mal pour le millésime, surtout que nous sommes à la période de transition entre un 2ème vin et un «Alter Ego », très joli nom trouvé par le Château Palmer pour leur « second » vin. Ensuite, Valandraud 1994, vin toujours aussi surprenant par ses qualités et par le fait qu’il est probablement l’un des vins du millésime, dans ce millésime classique, définition à Bordeaux des millésimes moins ensoleillés donnant des raisins moins mûrs.


De toute façon, il  ne faut pas oublier que le danger à Bordeaux, c’est la surmaturité, et comme nous sommes dans un pays et un climat raisonnable, il n’y a pas beaucoup d’exemples de vins étant atteints de cette surmaturité -  notre monstre du Loch Ness -  méritant tous les signes de croix pour écarter les Rolland-Parker-Bettane et autres, preuve s’il en était nécessaire que toutes les prières  contre ces maudits vins en surmaturité, tous ces exorcismes fonctionnent 

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans C'est dans l'air...
commenter cet article
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 15:54

Comment dirais-je ? Enfin !

Enfin Jean-Ro et ses amis, invités il y a plus de 2 ans, sont venus participer à ce déjeuner ce lundi 16  à midi à la maison. Avec 4 amis de notre âge à l’appétit bien présent et pour faire plaisir plus particulièrement à ces invités prestigieux, certains d’origine pied-noir d’Algérie, du Maroc (et un bon prétexte pour moi), Murielle a cuisiné un tajine d’agneau avec les épices apportées par Daniel, installé au Maroc.

Sur les toasts aux truffes noires du Périgord, le Pomerol Fayat-Thunevin 2006 et sur le tajine un Calvet-Thunevin Hugo 2008 (91 points Wine Advocate) qui, s’il avait été noté par Robert Parker lui-même aurait eu 95 points au moins.

 

hugo-2008.jpg

 

 

Vin d’une douceur incroyable, limite Maury, mais très digeste grâce à son Ph autour de 3.5 et le service du vin à 17 degrés, assez frais pour, quand même, ne pas faire ressortir l’alcool de ce vin à très grande proportion de grenache ( 60%) et ses 30 % de Syrah et 10 % de carignan aux raisins ramassés mûrs. Les épices du tajine étaient enveloppées par la suavité de ce vin, digne remplaçant des meilleurs vins de côteaux de Mascara des années 1950/1960. Tajine préparé pour faire 2 repas,  nos amis et moi avons néanmoins décidé de tout finir, ça n’a fait que 3  assiettes chacun !


Et pour quand même faire plaisir à nos amateurs de Bordeaux : Valandraud 2003 juste avant la galette des rois, il y a mieux comme accord.

A L’Essentiel, il sont eu envie de goûter à la Fine Bordeaux et ils ont bien fait, avec ce froid c’était une bonne idée, quand je vous dit que nos amis avaient la forme, entraînés qu’ils sont à faire des repas jusqu’à tard le soir, et aidés par de belles constitutions.

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans Dégustation
commenter cet article
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 16:42

Bu à table à la maison ou au restaurant ce weekend,  un côte de  Castillon au terroir reconnu : Clos Puy Arnaud 2000, délicieux, finesse, puissance, équilibre, longueur.


A Lard et Bouchon : Monbousquet blanc 2007, opulent, gras, style très différent de Fombrauge ou Valandraud plus tranchants et vifs. Les blancs réalisés à  Saint Emilion ont du succès, même s’ils sont déclassés en AOC Bordeaux puisqu’il n’existe pas (encore) de Saint Emilion  AOC blanc. Ensuite, Châteauneuf du Pape Ferraton Père et Fils 2006 Le Parvis, tout en finesse.


Le soir à la maison, Taluos 2008 Cabardès, de l’ami Eric Soulat, très bon vin de cette belle région située non loin de Carcassonne et qui utilise les cépages bordelais et sudistes. Un Clos des Fées 2005 à suivre, là on est dans un vin culte : ce vin est superbe et l’aptitude au vieillissement , obsession des amateurs de Bordeaux, est largement prouvée, le vin évolue tout doucement,  avec complexité. 

 

Après, pour motiver nos amis, un Dentelles 2008 Thunevin-Calvet, là aussi un bien bon vin, noté 92  par David Schildknecht  pour le Wine Advocate, mais absent de la Revue du Vin de France.

tcden08_det_1.jpg

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans Dégustation
commenter cet article
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 19:05

Avec beaucoup d’humour, BU, le bar à vin ami à Bordeaux, souhaite ses voeux à Murielle en écrivant « que cette année te permette de conserver ton AAA : vAlAndrAud.


Il n’a pas tort quand je vous dirais que nous avons, comme beaucoup de propriétaires de Châteaux à Bordeaux, un problème de dépôt de marque en Chine.

En effet, un petit malin à déposé notre marque en Chine et nous devons faire un procès ou une transaction pour pourvoir récupérer notre marque Valandraud que tout le monde, y compris le Chinois indélicat, sait bien qu’elle nous appartient. Ceci est sans doute dû au Guide de Claude Lada sur tous les vins de Bordeaux et traduit en Chinois.

Un Chinois aurait déposé un maximum de marques, tant il trouvait le travail facile. J’ai demandé au CIVB s’ils pouvaient nous aider par une action collective auprès de notre ministre des affaires étrangères, Alain Juppé et il m’a été répondu que ce n’était pas son boulot et ils m’ont conseillé  de m’adresser à la Sopexa de Hong Kong qui, hélas, n’est pas plus utile.


Nos élus, ministres, représentants, ne sont pas habilités à défendre nos intérêts privés, nos problèmes de marque, même si le vin est le meilleur produit à l’export dans notre balance commerciale et créateur d’emplois directs ou indirects plus qu’important. Mais non..... il s’agit de problèmes privés, sauf que moult châteaux à Bordeaux sont obligés de payer un ou des avocats pour chercher les failles judiciaires de ces dépôts de marque, assimilables à du vol et  de la contre façon, mais circulez, chacun doit se débrouiller mais  tout le monde sera content de dire que le commerce du vin va bien en Chine grâce à eux !

Il me semble qu’un coup de fil du secrétaire de notre ministre au secrétaire du ministre chinois concerné pourrait amener ce dernier  à dire stop  à ces commerçants indélicats et ce serait vite résolu.


Est-ce que Valandraud gardera son triple A en Chine ? Peut être, sachant que dans notre démarche, nous demandons en parallèle à un ami importateur chinois  de faire opposition de son côté. Cette histoire, si rien n’est fait de manière collective, durera pour nous 3 à  5  ans ?


Bu hier à table, justement avec une chinoise responsable d’un château acheté récemment par un grand groupe chinois,  notre consultant bancaire Daniel et Michael : Compassant 2004 toujours aussi bon, Valandraud 2007 qui commence à être expressif et notre Maury Thunevin-Calvet 2007.

 

Et à Pomerol, j’ai goûté plein de lots de nos vins 2011, 2010 et même 2009.

Tout d’abord 2011 m’a paru plus plein et concentré qu’aux écoulages, le vin gagne à l’élevage même si les prises de bois sont trop apparentes actuellement.

Le 2010  est le meilleur réalisé dans cette propriété et nous situera dans les 20  premiers vins de Pomerol, c’est ambitieux mais c’est largement possible si ce que j’ai goûté conserve ses qualités : goût, harmonie ;  pour dire , je le compare aux plaisirs donnés par le millésime 2009 que je juge pour l’instant comme étant le meilleur millésime de tous les temps à Bordeaux, mais c’est que nous ne savons pas si ce sera vrai dans 20 ou 30  ans !

Le 2009 est ici encore celui de la recherche d’un style pour cette propriété achetée en 2006, je trouve que si le 2010  correspond à ce que je désirais, et bien ça aura été rapide. Notre propriété de Margaux achetée en 2004  a réussi un vin qui me plait en 2010, ça a été plus long !

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans C'est dans l'air...
commenter cet article
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 16:22

 

François Des Ligneris m’avait demandé si j’avais lu le livre de Jacques Dupont édité chez Grasset " Le Guide des Vins de Bordeaux"; et je lui avais répondu que non, que ce livre ne me m’intéressait pas et que je n’étais pas trop en phase avec Jacques Dupont, même si je lui reconnaissais du talent, celui-ci  n’était pas un partisan de Valandraud et du mouvement garagiste.


Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.


L’autre jour, à la librairie de Saint Emilion, à l’occasion de la dédicace du livre sur Saint Emilion (éditions Féret) de Philippe Dufresnoy, le livre de Jacques Dupont est là, sur l’étagère.... alors je l’ouvre et je lis ce qui me concerne et je suis plus que surpris- agréablement- par le portrait qu’il fait de moi et de Valandraud, plein d’humour, malin, moqueur, et aussi sérieusement informé et presque élogieux sur notre histoire, Murielle et mes amis. Le seul problème, c’est qu’il n’aime pas les « garagistes », les vins concentrés, les vins ennuyeux. Peut être ne sommes nous pas si éloignés que ça  car, comme moi, il aime les gens, les histoires. 

 

Bon, voilà… Mille excuses Monsieur Jacques Dupont, j’avais pris pour argent comptant les propos de l’un de  vos amis et  j’ai moi aussi les miens, d’amis qui, des fois, disent des conneries

Pour me faire pardonner, ou essayer, je vais lui remettre mes vins à noter. Voilà, tant pis pour lui !


Dans son guide, chaque cru a sa petite présentation et les notes déjà données aux vins dans le journal Le Point. L’intérêt des portraits se rapproche un peu de ce que faisait Bernard Ginestet et ses livres sur Bordeaux.

Petit extrait de sa conclusion sur Valandraud :

« Faudra-t-il, lors d’un prochain classement, si cela existe encore, lui offrir une place parmi les crus classés ? Bien sûr que oui. Les grands vins sont nés d’histoires similaires. Au XIXème siècle, s’emparant d’un morceau de Figeac tombé bien bas et dont personne ne voulait, un Ducasse, mais il aurait pu s’appeler Thunevin, en fit Cheval-Blanc. »

 

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans Vins de garage
commenter cet article
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 19:53

Bon début d’année pour Valandraud Blanc N°1 2009 avec un très beau commentaire et une belle note sur le site internet du Wine Spectator. Pour info, si  le N°1 de Valandraud est un peu cher, le Blanc N°2 (ou Virginie blanc, depuis 2010) est également très bon et plus « abordable ». Tous les 2  obtiennent un bon succès dès lors qu’ils sont présentés à la restauration, on peut trouver ces vins dans beaucoup de restaurants amis, ici à Saint Emilion, à Bordeaux et aussi à Paris.


Déjà 2 déplacements au compteur, un à Nice (par Air France) avec Serguei, on aura très rapidement des retombées commerciales. En tout cas, l’arrivée à Nice en avion avec la neige sur les Alpes c’est joli à voir, quand en plus il y a du soleil. Nous avons eu le temps d’aller voir notre rendez vous à Monaco, de manger sur les hauteurs de Nice et puis retour Nice-Paris-Bordeaux. La route Nice-Monaco a été faite en taxi avec un chauffeur plus qu’aimable et d’origine pied-noir, la diaspora pied-noir est importante dans cette région 


Le lendemain, un déplacement en TGV pour aller à Paris dans une école privée de gastronomie très célèbre, surtout à l’étranger : Le Cordon Bleu. Elle a surtout une vocation de formation pour la cuisine mais depuis  peu a été créé un programme sur les métiers du vin. J’ai pu voir des professeurs heureux de travailler et des étudiants tout aussi heureux. Ils ont  plutôt intérêt quand on sait le prix de ces formations prestigieuses. J’ai été heureux de ce moment passé avec ces 20 personnes d’origine  si cosmopolite. J’ai goûté avec eux Bad Boy 2009, Virginie de Valandraud 2007 et Valandraud 2004.


Dimanche, bu avec beaucoup de plaisir un Pomerol Fayat-Thunevin 2006 qui fait bien plus jeune que son âge et c’est plus que bon signe. Et j’ai lu avec beaucoup d’intérêt les commentaires de Jean Marc Quarin,  surtout sa dégustation du millésime 2000 et ses pensées sur les goûts de bouchon trop présents ( 17% !)

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans Dégustation
commenter cet article
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 17:33

 

Bon, je suis passé à côté de cette info, écrite par François Mauss au sujet de la dégustation de la cuvée de Reignac avec des 1ers crus.

Je cite :  sur la moyenne de 7  millésimes bordelais dégustés par le Grand Jury Européen, arrivent en tête Ausone, Pavie et Valandraud » :  pas si mal pour Valandraud et surtout très bon pour Saint Emilion  qui montre là son niveau, et nous pourrions rajouter encore quelques crus qui sont au top de Bordeaux comme Angélus, etc…

 

 

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans Divers
commenter cet article
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 16:34

J’ai reçu plein de textos, moyen de communication facile pour qui sait manier ces téléphones et pour certains, les envois groupés  !


Ayant perdu à New York mon précédent téléphone et ayant bien sûr oublié de sauvegarder mon fichier, je me trouve à recevoir des vœux signés Jean Pierre, Annie… dont bien sûr je n’ai pas le nom de famille ou  mieux certains étant devenus sans indication suite à la perte de mon portable, j’ai donc droit à des vœux anonymes, et au moins l’un d’entre eux tient à le rester avec ce commentaire : qu’à cela ne tienne.  L’anonymat ne peut que renforcer la sincérité de ces vœux : qu’ils restent donc anonymes, bien à vous ! Pour les autres, merci de m’avoir éclairé et permis de réactualiser mon répertoire téléphonique 

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin
commenter cet article