Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 15:26

La semaine dernière, ayant ouvert ce vin pour Andrew Jefford le mardi , le reste de la bouteille, refermée avec un bouchon Pulltex, a été finie jeudi soir et était tout simplement très très bon, parfaitement buvable comme le demanderait le consommateur actuel, lassé qu’il serait des vins puissants et body buildés !


J’aime les vins puissants, je les ai aimé et les aimerais toujours mais, pour autant, je peux avoir envie de vins différents, comme ceux que nous produisons à Lalande de Pomerol et à Pomerol.


Lors de la dégustation de mardi dernier, l’étonnant était d’avoir un Valandraud 2010, le meilleur vin réalisé par nous depuis le 1er millésime, avec  puissance,  fraîcheur, équilibre acide et sucrosité bien perceptible (aurait du avoir 100 points) et les saveurs salines du Clos du beau Père, sans que celui-ci soit élaboré sur des terroirs calcaires, aptes à faire ressortir cette sensation saline !

Partager cet article

Published by Jean Luc Thunevin - dans Dégustation
commenter cet article
3 février 2014 1 03 /02 /février /2014 15:05

Notre petite entreprise a choisi volontairement d’être « normalisée », paradoxe - s’il  était besoin de le surligner pour être obligé de préciser – volontairement et en plus on signe et on persiste avec  les normes 9001 et 14001, en attendant la prochaine norme ISO 22000.

Il faut accepter d’être contrôlé, et il est sûr que le fait d’être volontaire rend l’acte plus acceptable, positif pour le contrôleur et le contrôlé. Nous sommes donc normalisés !


Le bon bilan financier et comptable de l’entreprise pour 2013 est disponible pour nos banquiers, banquiers qui ne sont plus source de stress car ayant, suite à un audit, pris pleinement conscience de la valeur de mon entreprise, ce qui est loin d’être le cas de la Banque de France qui nous met une notation à destination de nos interlocuteurs financiers : F4, la lettre correspond à notre chiffre d’affaires (F = chiffre d’affaires entre  7.5 et 15  millions), l’année prochaine nous serons probablement E (entre 15  et 30 millions) et surtout le chiffre 4 qui veut dire, comme là l’école et au collège, acceptable.

J’avais sur mon bulletin de notes « peut mieux faire », je le prends comme tel et j’en ai même fait un cauchemar cette nuit : acceptable, vous avez dit acceptable ? Stromae pourrait en faire une chanson !

20 ans de bilans positifs, 20 ans de non distribution des dividendes car remontés au capital.... "Acceptable"  malgré la fourniture de notre audit à la Banque de France. Il est vrai que je n’ai pas payé pour l’étude analytique Géode.

Partager cet article

Published by Jean Luc Thunevin - dans Divers
commenter cet article
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 13:33

 David Schildknecht note pour le Wine Advocate de Robert Parker, près de 500 vins du Roussillon.

Notre cuvée Constance Thunevin-Calvet 2011 notée  91 et le 2012  90+, avec de beaux commentaires, seront grâce à cela plus facile à vendre à New York ou Berlin, le rapport qualité /note/prix étant ici très favorable ( 18 dollars aux USA).

 

2008-roussillon-constance--calvet---small.jpg

Les autres cuvées sans doute trop puissantes, ambitieuses et plus chères, sont notées  par David entre 90 et 93, si ces vins étaient notés en même temps que des Priorat ou des Californiens, je ne doute pas un seul instant que les  notes seraient entre 95 et 100 et les commentaires totalement différents.

Partager cet article

Published by Jean Luc Thunevin - dans Dégustation
commenter cet article
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 16:31

 C’est avec beaucoup de plaisir que nous avons passé quelques heures ce Mardi avec Andrew Jefford, écrivain-journaliste, pour répondre à ses questions sur le « terroir ».


Bien que résidant en France, du côté de Montpellier,il y avait quelques années que je ne l’avais pas reçu à Saint Emilion et c’est dommage car il fait partie  des critiques anglais qui, au début de Valandraud, furent favorables à notre histoire, ce qui n’était pas si courant  en Angleterre  où il était de bon ton de taper sur ce garagiste plaisant tant aux incultes américains. Les Anglais étaient encore il y a  20 ans les gardiens du temple du bon goût du vin de Bordeaux.


Repas et dégustation de vin, un Bourgogne rouge dont j’ai oublié le nom, Valandraud 2010, 3  Marie 2009  car le Roussillon, quand on parle de terroir, a quelque chose de grand à raconter,  Clos du Beau Père 2010 et Virginie de Valandraud blanc 2012.


Visite rapide des parcelles de vignes rouges et blanches à Valandraud avec dégustation de Valandraud 2011 en cuve,  il sera mis en bouteille par nous avec notre propre matériel la semaine prochaine.

Le temps a passé trop vite.

Partager cet article

Published by Jean Luc Thunevin - dans Dans les vignes
commenter cet article
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 17:10

Bis, car après un désir d’UGC Sud de France, mon implication pour la 1ère fois (me semble-t-il) dans un film de cinéma qui est sorti le 22 janvier en France « Le jeu de la vérité », où Valandraud 2009 se trouve être utile  au scénario, j’ai eu le plaisir de voir ce bon film avec des acteur épatants et je suis aujourd’hui tous les jours à regarder sur la page Facebook du film tout ce qui se dit, se fait et je lis et regarde tout le travail nécessaire d’après tournage : l’après vente réalisé par les 4 acteurs qui, c’est le moins que l’on puisse dire, mouillent leur chemises.

J’y fait un parallèle avec notre métier, c’est pas le tout d’accoucher d’un vin, puisse-t-il être Valandraud 1er, encore faut-il faire le service avant et après vente. Il n’est un secret pour personne dans le microcosme du vin, pour savoir cela, les réussites de Lynch Bages, Haut Marabuzet,  Figeac , Angélus et beaucoup de crus reconnus aujourd’hui doivent au travail de leurs responsables une grosse partie de leur notoriété, avec la qualité du vin bien entendu.


Donc, le sujet de l’influence. Est ce que j’ai via mon blog, twitter et autre Facebook,  influencé mes « amis » pour aller voir ce film en salle, sachant que dans quelques mois il sera diffusé sans doute sur Canal +, M6, voire TF1 ?

Combien sur les 5000/10000 personnes touchées par mes commentaires et « tweets » sont Français et combien ont déjà vu le film ? A ce jour j’ai seulement 3  amis qui m’ont écrit ou parlé, de manière très très positive du film. Alors voilà, 3  personne ? Dure réalité !

Combien de médias, télévisions, radios, presse, internet, blogs ont ou vont encore parler du film ? ça fait des millions de Français concernés par une information, combien de spectateurs feront le déplacement et comment faire le point de l’impact de ces médias par rapport au bon « bouche à oreille », le top du top pour ce qui est de l’influence.

Partager cet article

Published by Jean Luc Thunevin - dans C'est dans l'air...
commenter cet article
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 16:48

C’est la question  que je me pose souvent ces derniers temps. Qui a de l’influence ? Qui peut faire bouger les choses, à part Closer, Médiapart ou twitter ? Ces temps ci les médias, journaux, blogs et Facebook me semblent en perte d’influence si j’en juge, par exemple, de l’idée que l’on se fait du Bordeaux ( snob), des millésimes 2011, 2012, 2013 (moyens) ou les a priori sur les vins du Languedoc et du Roussillon (alcool et petits vins).

Nos, mes amis bordelais ayant investi temps, argent et compétences dans le Sud, malgré l’énergie consacrée à ces belles propriétés seront sans doute encore longtemps des « estrangers » et pourtant, ayant sans doute eu le même qualificatif utilisé à Bordeaux lorsqu’ils sont devenus Bordelais, sont aujourd’hui très intégrés, les ex zinzins, ex Ariégeois, ex banquiers, ex Pieds Noirs, tous sont à Bordeaux et… Terriblement bordelais pour nos étrangers.

Il faut donc parier qu’il en sera ainsi dans le Sud dans quelques années : pour preuve, l’idée de nous partageons tous du nécessaire outil de communication, vecteur d’influence que serait une «  U.G.C. Sud de France » au service de la promotion des grands vins du Languedoc et  du Roussillon, car qui peut ignorer ce qu’a réalisé l’Union des Grands Crus de Bordeaux, capable de déplacer les foules dans le monde entier, capable d’établir un évènement aussi remarquable que les primeurs à l’impact aussi fort que même cette année, annoncée difficile, il ya aura beaucoup de monde en Gironde pour participer en tant que journaliste, professionnel, aux dégustations et  évènements réalisés pour l’occasion par le négoce, la propriété.


Alors, il y aura-t-il un jour prochain une organisation similaire dans le Sud ? une sorte d’U.G.C., voire de  Saint Vincent Tournante Bourguignonne, comme Limoux qui le fait déjà pour son clocher, capable d’attirer dans un ou plusieurs lieux tout ce que les autres vignobles ont déjà su réaliser. 

Pourquoi pas 50 , 100, 150  crus du Sud ne  mettraient pas quelques moyens en commun, surtout si l’on tient compte d’une politique ambitieuse déjà en place pour le Sud de la France qui pourrait abonder  les sommes nécessaires pour organiser cela ?

Voilà, c’est dit.  Si cela se met en place, les « bordelais » seront sans doute heureux d’y avoir une toute petite place.

Partager cet article

Published by Jean Luc Thunevin
commenter cet article
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 16:56

Un de mes collaborateurs me demande aujourd'hui une offre pour plusieurs caisses de Harlan Estate, l’un des vins cultes californiens ayant comme consultant Michel Rolland depuis son 1er millésime, 1991…comme Valandraud.


Succès pour ce vin ouvert à l’aveugle à la maison  - car j’avais eu le privilège de distribuer quelques années durant ce vin et d’en boire pas mal. Ce cru n’a jamais été source de polémique, ce grand vin pouvant se comparer à un grand Bordeaux moderne et son prix de 500 euro la bouteille le met dans la catégorie des 1ers crus de Bordeaux.

 dee23cfa.jpg

Partager cet article

Published by Jean Luc Thunevin - dans Divers
commenter cet article
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 13:55

Présent dans beaucoup, beaucoup d’émissions à la télévision française, reportages, quelques  télés étrangères mais pas d’apparition au cinéma, sauf dans le célèbre et polémique film Mondovino, sélectionné au Festival de Cannes et film engagé, voire enragé, critique de la mondialisation du vin, anti Rolland-Parker où, paradoxalement dans les rôles de méchants Valandraud et moi ne nous en sortons pas si mal, et, en tout cas, un film qui a beaucoup fait parler de lui et du vin. Ce qui est bien.


Sur les écrans français dès le 22 janvier, le film « Le Jeu de la Vérité » avec des acteurs talentueux et célèbres

( Philippe Lellouche, Christian Vadim, David Brécourt et Vanessa Demouy) a comme cadre la cuisine/salle à manger  d’un des personnages et comme prétexte un repas d’amis qui font toutes les semaines ce qu’aiment faire les Français : boire, manger et parler. Parler d’amour, d’amitié en buvant du champagne Taittinger et du Château Valandraud 2009, car, en effet les personnages (et les acteurs) sont de vrais amateurs de vin. Merci aux amis qui ont eu l’idée d’inviter mon vin dans cette belle histoire. 

En tout cas Murielle et moi ayant vu le film à l’avant – première à Paris, nous avons, comme toute la salle, fait une standing ovation aux acteurs et à toute l’équipe du film.

Partager cet article

Published by Jean Luc Thunevin - dans C'est dans l'air...
commenter cet article
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 16:23

Le Château Valandraud accompagne la sortie du film "Le Jeu de la vérité", adaptation de la pièce à succès

 

affiche.jpg
"Le jeu de la vérité" qui sortira en salles le 22 janvier 2014, mettra à l'honneur la prestigieuse cuvée 2009 du château Valandraud.

 

images-copie-1.jpg

Partager cet article

Published by Jean Luc Thunevin - dans C'est dans l'air...
commenter cet article
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 10:34

Jeudi midi, repas à la maison avec comme prétexte, la dégustation de nos blancs 2012 par un journaliste : Valandraud 2012, Virginie de Valandraud 2012  et notre Bad Boy  Chardonnay 2012.


Le millésime 2012  est plutôt une bonne surprise, en blanc comme en rouge. Hélas il n’y a plus de Valandraud ni de Bad Boy, il nous reste du Virginie de Valandraud, c’est vrai qu’il y a plus de bouteilles produites. Pour accompagner le repas, Bellevue de Tayac 2010 Cru Bourgeois de Margaux, et retour au boulot.

Partager cet article

Published by Jean Luc Thunevin - dans Dégustation
commenter cet article