Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 11:26

Merci à Neal Martin’s Wine Journal qui donne  à Valandraud 2010, bu à l’aveugle en Angleterre, la note de 96 (ce qui est beaucoup chez lui) avec ce commentaire  :

« Tasted blind at the Southwold Bordeaux 2010 tasting. Jean-Luc Thunevin has hit the ball out of the park with the 2010 Valandraud. It has an alluring, beautifully defined bouquet with mineral rich black and red fruit,: great tension, poise and focus. The palate is well balanced and succulent in the mouth with extremely well judged acidity. Somehow understated at first, but complex and sophisticated, the Valandraud is beautifully focused with a long tender finish with perfect equilibrium between dryness and sweetness. Tasted January 2014. »


Ce qu’il faut mettre en parallèle avec la note ( 91-93)  et le commentaire très décevant qu’il avait publié au moment des primeurs en Avril 2011 :

« Whereas the Virginie has a classic style, the Grand Vin is far more decadent with super-ripe dark cherry fruits, creme de cassis, vanilla extract and macerated dark cherries. The palate is medium-bodied with a velvety-smooth entry, notes of black cherries, boysenberry jam, creme de cassis and vanilla, weighty on the finish with good persistency. You know, for the first time ever, I might prefer the Second wine to the Grand Vin...whatever swings your boat! Tasted April 2011. »

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans Dégustation
commenter cet article

commentaires

mauss 22/01/2015 19:07


On doit souligner ici l'honnêteté d'un journaliste du vin qui n'hésite pas à remettre en cause sa notation sur un vin dégusté plus tard à l'aveugle.


Cette histoire me rappelle notamment celle de Pavie lors du "conflit" Parker - Jancis Robinson.


Une chose sure à propos de Neal : il est vraiment indépendant, dans ses opinions, de son employeur : bravissimo !