Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 09:12

Avec un client ami chinois,  j’ai récemment goûté Valandraud 2006, qu’il trouve capricieux quand il le déguste chez lui en Chine : hyper accessible à Hong Kong mais fermé à double tour chez lui à côté de Shanghai !


Cette bouteille, servie directement dans nos grands verres Riedel était démonstrative : le nez bien présent, encore trop jeune, et il lui  faudra 5 à 10 ans pour se révéler au mieux, boisé pas encore fondu, tanins relativement austères, millésime froid, rien à voir avec le 2007  plus « sucré », plus doux. Ça   c’est paradoxalement  l’avantage des Bordeaux, si différents selon les millésimes à cause du climat si changeant et imprévisible, la preuve encore cette année.

 

Le soir avec  Murielle le vin était bien plus agréable, plus « doux », il supporte très bien l’oxydation et ça tombe bien, c’est le vin que je présente au New York Wine Experience du Wine Spectator cette semaine.

Je préfère commencer ma participation à cet évènement en faisant goûter un vin" difficile", l’année prochaine le 2007 va les séduire !  Hélas, l’année d’après il n’y aura pas le 2008 (plus de stock) mais le 2009 et là, on va avoir intérêt à amener des bouteilles !


Bu également avec cet ami chinois un vin d’Australie, culte, de Clarendon Hills : Astralis 2002, syrah, quel beau vin encore si jeune et si frais, à revoir dans 10  ans….

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans Dégustation
commenter cet article

commentaires