Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 15:59

Vendredi dernier réveil à 4 h 30  et départ à 5 heures du matin de Saint Emilion pour l’aéroport de Bordeaux Mérignac où l’avion pour Paris était prévu à 6 h 55.
Rendez vous avec Daniel , l’ami qui a déjà des affaires en Ukraine,  et à Paris nous avons retrouvé Héléna, notre guide interprète ukrainienne. Départ de Paris pour Kiev avec près de 2 heures de retard, et j’ai eu la surprise à l’arrivée de ne pas avoir de valise. Elle est arrivée en bon état, le lendemain.

Départ de Kiev où il faisait froid (2/3 degrés) pour Simferopol en Crimée, sur la Mer Noire, où la température était du style été méditerranéen (20/25 degré et beau soleil). Repas le soir avec les amis de Daniel et nuit à l’hôtel.

Le lendemain, visite de l’entreprise créée  par Daniel et visite du marché de Yalta avec ses amis ukrainiens : des épices , des légumes conservés au vinaigre, des grenades grosses comme des melons, des raisins muscats, des kakis, du miel de toutes les couleurs…envie de tout goûter, mais vite, vite visite des célèbres caves de Massandra dont le vin, destiné à la table des tsars de Russie, était tout aussi célèbre que nos premiers crus classés en 1855.

La visite des caves, hélas pas assez technique à mon goût, superbes caves où sont entreposées des quantités incroyables de bouteilles (si j’ai bien compris, plus de 20 millions de bouteilles) et surtout des stocks de vieux, très vieux millésimes 1800/1900 : il n’ya que ça dans une travée souterraine. Ensuite, dégustation de 9 vins de la gamme actuelle qui vont su style Xérès au style Cahors sucré, Muscat liquoreux dont au moins 3 ou 4 sont bons. A la fin de la visite, nos hôtes nous ont offert, à Daniel et à moi, nés tous deux en 1951, une bouteille de Muscat de Massandra  1951, sans doute le seul 1951  buvable, voire très bon. Je le saurai en la buvant avec nostalgie en 2011, pour mes 60 ans, avec le souvenir de mes amis ukrainiens, prévenants et attentionnés, plein de cet esprit slave fait de gaieté et de tristesse.

Le soir, départ pour Kiev où ma valise m’attendait (complète, avec les bouteilles échantillons), repas sympa organisé par un de nos clients reçu récemment à Saint Emilion  et nuit à l’hôtel confortable Natsionalny.

Forte présence des vins de l’un de mes collègues bordelais dans les avions et supermarchés. A nous de nous faire une petite place dans ce pays.

Dimanche, nous étions invités à manger à midi à 40 km de Kiev, dans la maison de campagne en construction de l’un de ces amis amateur de vin : maison de 1200m² avec plein de petits bâtiments annexes, maison d’amis, garages et maison du gardien, tout ceci sur 40 hectares avec vue sur la campagne. Gravure romantique de la campagne, arbres  de toutes les couleurs de l’automne et vue sur le fleuve. Le repas traditionnel commencé vers 13 h s’est terminé vers 18 h avec pas mal de bouteilles de vins, vodka, cognac… Ici, il faut être solide pour résister à toutes les « santé »…

Lundi, travail sérieux avec l’un des importateurs qu’il faut avoir pour la distribution de ses vins, le meilleurs sans aucun doute : une boutique bien plus professionnelle que beaucoup de cavistes  renommés  dans le monde. C’est presque une énorme surprise de voir déjà ici plein de vins de mes amis garagistes : La Gomerie , Magrez Fombrauge, et aussi Valandraud 2002, tous vendus par un bon et célèbre négociant bordelais. Dégustation de Bad Boy 2006 , Clos Badon 2001 et Valandraud 1999.

Egalement, rencontre avec un propriétaire de restaurant italien qui a pour ami commun Andrea Franchetti de Tenuta di Trinoro. Dernier repas dans un bon restaurant chinois, un avant-goût de mon voyage à Hong Kong, et déjà le départ, encore levé tôt à 4 h, c’est le moins agréable dans mes déplacements. Dans la valise cette bouteille de 1951 Massandra et une jolie et belle boite de caviar russe du meilleur choix. C’est fou les attentions reçues ici par tous les gens que nous avons rencontrés et leurs amis.  2 beaux projets de vente de vin à conclure rapidement, que demander de plus ? Revenir ?

Le cauchemar que je faisais cette nuit avant d’être reveillé par le téléphone, était terrible : on n’arrivait pas à avoir des vendangeurs, comme quoi les rêves sont bizarres.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans Divers
commenter cet article

commentaires