Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 14:43

Récemment, il y a eu la présentation du 2009 aux négociants distributeurs du Château Talbot. Connétable de Talbot, Caillou Blanc et Sénéjac, étaient également présentés et les 2008  avant mise en bouteille ainsi que les 2007  et 2006.

 

Pour être clair, le 2009  et tout simplement incroyable de maturité. Les cabernets sauvignons sont admirables, fruits exotiques et pas du tout classique, ancien style bordelais mais bon Dieu que c’est bon. Fruits mûrs donc, pureté de style, j’aurai  aimé faire ce vin !

Le 2008 sera sans doute un bon et grand Talbot, mais vraiment ce 2009 signe un changement évident, les moyens humains plus une évolutions technique et voilà ce cru, qui était déjà l’un des crus préférés du négoce bordelais ( et donc des clients),  qui sera sans doute un coup de cœur des critiques (Wine Spectator : 92-95).

L’évolution de Sénéjac vers une certification bio prouve là aussi que la réflexion,  les moyens, l’aide des amis, portent leurs fruits. Comme dirait un critique célèbre : Bravo !

L’ambiance plus que chaleureuse ressentie dans ce cru, mes collègues heureux, ici pas de langue de bois, pas de « pression ». Le cru - et ses dirigeants – est sûr de lui, les relations sont amicales avec les clients. Nous  ne sommes pas dans ces relations de force souvent vécues par ailleurs.

Le repas qui a suivi, servi rapidement, très bon comme d’habitude, avec une cerise sur le gâteau (clin d’œil, générosité) : Talbot 1945  servi en magnum à tout le monde, d’une jeunesse époustouflante, servi frais – à température de la cave -  pour sans doute montrer la filiation évidente du 2009 avec ces cabernets sauvignons mûrs et exotiques ramassés en 1945  (quand est-ce que je boirai un Mouton 1945 Réserve du Château avec en comparaison un Mouton 1945 d’une cave privée bordelaise ?).

 

Le soir, nous avons reçu des amis à la maison : une collègue de Murielle de l’époque où elle travaillait à l’hôpital de Libourne, Chantal Rigal qui est la joie de vivre, le sourire et une gouaille « titi bordelaise » (elle pourrait faire du théâtre), l’occasion de bien rire, de manger des produits de qualité et de bien boire : entre autres notre Fayat-Thunevin Pomerol 2006.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans Primeur
commenter cet article

commentaires