Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 09:32

Le 1er texte posté sur mon blog le 10 mai 2005  avait pour titre « Tristes primeurs », le 8  juin 2005 c’était la fin de la campagne primeur. Il s’agissait de la campagne de mise en vente des 2004.

En conclusion, je disais déjà : « et pour autant, je reste persuadé qu’il n’y a jamais eu autant de bons vins à Bordeaux et que tout ce malaise, toute cette crise ne vient que de notre non-aptitude à répondre aux attentes de nos clients. »

Je rajoutais ce jour là « y’en a marre : et pourtant  c’est le plus beau métier du monde… »

Je n’avais pas écrit alors, cela aurait été un lapsus -  quoique -  et pourtant c’est le plus vieux métier du monde … Je n’étais pas prêt à faire de l’humour.

 

Pour la campagne primeur actuelle, vente des 2009 de Bordeaux, c’est une toute autre histoire. Stress maximum, les sommes demandées (et souvent obtenues), les engagements financiers importants, les relations avec nos clients, les crus qui fonctionnent tout de suite, ceux un peu plus contestés, les ratages, les volumes mis en marché, les 2ème,  3ème , 4ème  tranches attendues, tout ça oblige à rester calme et zen. Comme le dit si bien un de mes amis, c’est sûr cette année mon vin ne sera pas bu mais spéculé et mis dans les fonds d’investissement. Et je rajouterai, peut-il en être autrement à ce niveau de prix ?

Cela me rappelle ce dessin humoristique belge en 2000 (déjà) dont le titre était « les prix des Bordeaux flambent » : le client va dans une boutique de vin, avec vigile devant la porte et caméra au plafond, il demande au caviste : juste une goutte s’il vous plait, c’est pour mettre derrière mon oreille, comme pour un parfum rare, ça suffira !

 

Bon, en attendant, les 1ers crus commencent à être mis en marché, les super seconds ne vont pas tarder et ce sera l’heure pour moi de vendre Valandraud, en admirant les réussites de Pontet Canet, Léoville Poyferré, Trotanoy, Duhart Milon Rothschild, Carruades de Lafite qui, comme le dit si bien François Mauss, si les arbres ne montent pas jusqu’au ciel, ils atteignent de bien belles hauteurs !

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans Primeur
commenter cet article

commentaires

Bruno Gueuning 22/06/2010 15:59



Je lis avec beaucoup d'intérêt tes commentaires sur la campagne 2009. Franchement vous ne savez plus qu'inventer pour justifier ces prix de fous qui n'intéressent plus que les derniers
spéculateurs un peu naifs comme dans tout jeu de l'avion. ça me rappelle un peu les subprimes. C'est pas loin pourtant !!


Heureusement pour l'économie mondiale que les volumes que vous traitez sont nettement moins importants que les volumes des crédits hypothécaires.


 


Juste pour info La Mission 2000. (100 pts parker) moins cher sur le marché que Mission 2009 ....


Tu parles aussi des fonds d'investissement. Je propose que les lecteurs de ton blog aillent lire (http://www.decanter.com/news/299073.html)sur Decanter.


Je profite de ce petit message pour féliciter ton ami Bernard Magrez qui avait promis et juré ne pas vendre ses 2009 plus cher que 2005 et à 2-3% prêt il a tenu ses engagements. Chapeau ! il
n'a  pas succombé au sirènes de la spéculation.



Stéphane 22/06/2010 12:15



Soyons prudents à vouloir atteindre le ciel, il se pourrait qu'il nous tombe sur la tête.


75cl d'un premier cru classé de 1855 pour le prix d'un tonneau de Bordeaux, l'orage pourrait gronder sans prévenir!!!