Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 14:41

1 / Lire le dernier commentaire de François Mauss avec ce titre « Un problème américain arrive en Chine ». C’est en effet à partir des problèmes évoqués que j’ai décidé de sortir Valandraud de la place, et je ne suis pas sûr encore aujourd’hui d’avoir bien fait, mais il est sûr qu’il y a un problème de marge pour les distributeurs !


2/ Qualifier un vin de « merde » relève de la liberté d’expression, selon la cour européenne des droits de l’homme de Strasbourg. Cela concerne un journaliste hongrois  qui n’aimait manifestement pas un vin local. Sur que ce qualificatif n’est pas gentil….François Mauss, si tu me lis….

 

3/ Le guide Hachette arrive en librairie le 31 août prochain, très utile pour les vins pas chers, maxi 6-7  euro. Il n’a hélas pas beaucoup d’influence sur les 300 grandes marques bordelaises (1er vin, 2nd vin, rouge, blanc). Au début de Valandraud, j avais et j’en étais heureux, des coups de cœur  et même une médaille au concours agricole de Paris.

 

4/ Y aura-t-il un étudiant en sociologie, en économie pour faire une thèse sur les bouleversements qui transforment les relations propriété, négoce, clients, journalistes depuis  ces 2 derniers millésimes primeurs à Bordeaux,  la propriété ne joue-t-elle pas un jeu dangereux en favorisant de fait les gros négociants ?

Partager cet article
Repost0

commentaires

mauss 20/07/2011 16:54



Les rapports entre négoces et propriétés ont toujours navigué sur le balancier classique. Disons qu'en ce moment, certains domaines sont sur un petit nuage, un peu roitelets arrogants du pétrole
alors que d'autres sont comme les bourgeois de Calais, à genoux devant des négoces puissants, peu intéressés à "travailler" des "petites" marques, mais au devenir potentiel. On a de tout à
Bordeaux, y compris des comme toi qui commencent à prendre leur bâton de pélerin pour rassurer des importateurs n'aimant pas, comme la bourse, les incertitudes inhérentes au système. Et cela se
complique par la venue d'internet et des ventes en marché gris. On est en pilotage à vue, c'est clair.


Journaliste hongrois : j'allais quand même pas demander un copyright pour la chose, mais quand même heureux que certains juges européens ont de bonnes lectures, en l'occurence l'arrêt de la Cour
de Cassation qui a donné raison à Lyon Mag et à bibi par là même.


Bonjour d'Italie où le soleil rayonne musicalement, culturellement, historiquement !


Abbraccio !