Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 12:03

Clos Badon 1999  en magnum, tout simplement énorme, de fruit, de jeunesse. Je vais vérifier si c’est ce magnum ou si les 2 qui restent sont aussi comme ça ! 


 Bad Girl (2008) qui  a déjà presque dépassé la fatigue de la mise de la liqueur d’expédition. Cela s’annonce bien pour la Saint Valentin !

 

Valandraud 1997  en magnum : il garde son côté « classique » bordelais qui n’est pas ma tasse de thé mais pas mal de mes amis aiment ça, heureusement.

 

Valandraud blanc 2005 : phase ingrate ou fin de vie, les grands millésimes en rouge sont rarement de grands millésimes en blanc mais je me rappelle des Plantiers Haut Brion 1974 oubliés et qui, plus de 10/15 ans plus tard étaient excellents, comme quoi….

 

Valandraud 2000, dommage je n’ai plus de magnums.... Drôlement bon même si pas assez concentré, très élégant, équilibré. A boire maintenant.

 

Egalement :

Sassicaïa 2007 , un peu « léger »

Pingus 2005 énorme, un grand, très grand vin

Valandraud 2005 carafé, ça tient la route, mix de tradition et de modernité

Valandraud  blanc 2007, toujours aussi bon

Ruinart blanc de blanc, jamais déçu

Trois Marie 2004 servi un peu frais, capable de réveiller un mort, un vin d’une énergie remarquable

Et Fine Bordeaux de Valandraud pour ne pas repartir fatigué…

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans Dégustation
commenter cet article

commentaires

laurentg 04/02/2011 12:14



Jean-Luc,


Je vous ai déjà raconté que Valandraud 97 m'est apparu comme l'un des meilleurs vins du millésime.


C'est probablement ce que vous appelez son clacissisme qui me l'a fait aimer !


Saint-Emilion Grand Cru – Château de Valandraud 1997 :


 10/12/2005 (repas à la maison - cr par Pascal Perez)


PP17 – LG16,5/17


-          Beau bouquet un peu
évolué de jus de viande, feuilles mortes, humus discret


avec en sus du cassis (feuilles de cassis aussi), de l’encens, de la rafle et une
nette


 trame minérale (graphite).


-          Corps de bonne
constitution (sève, élégance, longueur) arborant


beaucoup de fraîcheur et de minéralité, un trait végétal et un fruit présent
(cerise,


cassis). Cette complexion particulière le fait lorgner vers la rive gauche, tout
comme


 le 94 bu chez en septembre 2004. Très beaux tannins suaves.