Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2009 1 12 /10 /octobre /2009 15:54

Parker n’aurait que 55 000  abonnés.
Mais combien de clients, professionnels, amateurs, producteurs et vendeurs de vins lisent ces commentaires et combien de fois ses notes sont-elles reproduites ?
Des millions, sans doute.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans Divers
commenter cet article

commentaires

mauss 13/10/2009 11:38


Monsieur Guening :

Ne désespérez pas ainsi : avec les forums et les blogs qui se comptent par centaines, rien qu'en France, Belgique, Suisse, Luxembourg, n'importe quel amateur peut exprimer en lon g et en large son
point de vue.
La question qui demeure : est-ce pertinent ou non ?


Bruno Gueuning 13/10/2009 09:29



Au sujet des 55000 abonnés de Robert Parker.
C'est 55000 abonnés de trop. Bien que je n'ai rien contre Robert Parker qui, au dire de certains amis propriétaires,  est effectivement un grand professionnel de la dégustation.
Le problème vient du manque de discernement des gens, "des amateurs", et de la peur du consommateur d'oser affirmer ses goûts et d'oser  se démarquer par rapport au Goût unique. Cette
tendance à suivre les notes de Robert Parker participe énormément à la flambée des prix de 50 ou 60 crus et laisse des centaines d'autres dans la marge. En d'autre mots, à chaque fois qu'on
achète des vins "Parkerisés" on accentue l'inflation sur les vins, qui de toute façon sont déjà bien connus.
Lorsque que la société acceptera qu'un amateur puisse exprimer ses propres sensations, avec ses propres mots, pour évoqué des goûts et des arômes, on aura fait un grand pas vers la diversité dans
les caves et juguler   l'inflation des crus très reconnus



mauss 13/10/2009 07:45


Certes, il reste le plus grand prescripteur pour les grands vins de Bordeaux, du Rhône, de Napa. Quasi nul pour les autres régions, en particulier Bourgogne et Champagne ou Alsace. Mais, autant que
je sache, le Wine Spec se vend, lui, à plus de 750.000 ex et à Las Vegas, auprès des sommeliers, c'est lui "la" bible.