Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 15:44

C’était hier au tour de l’Office du Tourisme de Saint Emilion de tenir son assemblée générale et de fêter se 80  ans. Beaucoup de monde : sous-préfet, député, syndicat viticole, maires et adhérents, sans doute pour participer à ce temps fort qu’est une AG, mais – et c’est un avis personnel – surtout à cause d’un problème porté à notre connaissance : le dépôt de (des) marque « Saint Emilion » par l’Office de Tourisme !?


J’aurai pensé que le plus légitime et le plus concerné par ce que cela représente comme enjeux humains et financiers, c’était naturellement et même juridiquement, notre syndicat viticole en concertation avec l’INAO, la mairie et l’office de tourisme étant pour le coup informés, intégrés et partenaires.


L’Office de Tourisme, qui représente un C.A. de moins de 1 500 000 euros et un bénéfice de 15 000 euros, ne pourra pas supporter financièrement les frais d’une telle tâche. Appelé par ailleurs syndicat d’initiative, il fonctionne bien, jour parfaitement son rôle car Saint Emilion reçoit beaucoup de touristes mais, si je peux me permettre, attention – la marque Saint Emilion, l’AOC,  représente des millions de bouteilles, des milliers d’emplois, des millions de C.A., et il faut protéger notre marque commune. Pas sûr que cette mission soit du ressort de l’Office de Tourisme, aussi concerné soit-il.


Il m’a semblé également, suite à l’intervention de François D., que l’on puisse comprendre que l’Office de Tourisme fasse du commerce pour vendre des souvenirs, cartes postales, tabliers, sel… je ne vais pas tout vous citer, donc que l’office de tourisme vende pour faire des profits. Cela fait plaisir aux touristes qui achètent et aux fabricants qui vendent. Mais là aussi, attention à ne pas être un concurrent  déloyal du commerce local si celui-ci propose les mêmes produits ! Le commerce local aura du mal à être concurrentiel avec un organisme bénéficiant de subventions, de privilèges et là aussi, a priori à notre service.

L’office de Tourisme doit continuer à être une aide au commerce local car, sinon, c’est aller contre ses adhérents, ses missions, car où s’arrêter ? Doit-il aussi monter un bar à vins, une brasserie, un restaurant, un hôtel ? Pas sûr que Josette, la trésorière, soit d’accord ! Il est difficile d’être actif, entreprenant et utile sans prendre des précautions quand on a le statut d’un office du tourisme dont l’AG attire le sous préfet, le député et tous ces représentants des diverses collectivités.

Sinon, bravo pour le travail de promotion des châteaux, des sites classés, des commerces locaux, des restaurants,  des hébergements et de la Juridiction de Saint Emilion dont il faudra là aussi fixer les limites territoriales. Mais c’est encore un autre sujet.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans C'est dans l'air...
commenter cet article

commentaires

Philippe MARGOT 09/03/2012 17:12


Voilà un sujet qui touche de très près l'œnotourisme, la Juridiction de St-Emilion ayant été dès 1999 le 2ème bien à caractère essentiellement viticole à faire partie du patrimoine mondial de
l'UNESCO. Aujourd'hui, sur les 936 biens dans le monde que compte ce patrimoine exceptionnel, il n'y en a que 9 pour lesquels la viticulture est l'élément principal. C'est donc "un club très
fermé" auquel je m'intéresse beaucoup, habitant dans l'un de ceux-ci, le vignoble de Lavaux sur les rives du lac Léman, entre Lausanne et Vevey, entré au même patrimoine en 2007.


Pour ceux qui s'intéressent à la Juridiction de St-Emilion avec un pdf de 11 pages, comme aux 8 autres biens, je vous communique l'étude en ligne sur ces vignobles d'exception au lien :


http://www.cepdivin.org/articles/phmargot017.html


Je suis très confiant pour la candidature des Climats de Bourgogne qui pourrait nous rejoindre à début juillet 2012 !


Merci pour toutes les informations contenues dans votre blog.