Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 13:59

Invité par la banque CCSO à la soirée des entrepreneurs organisée  par le Medef Gironde au Stade Vélodrome de Bordeaux. Moi qui n’ai pas exactement le profil que j’imaginais pour ce genre de soirée quelque peu politique – même si je suis très intéressée pour l’économie, il se trouve que les personnes que j’ai rencontré, celles que je connaissais et celles dont j’ai fait la connaissance ce soir là m’ont fait passer un bon moment de convivialité et je n’ai pas vu le temps passer. La preuve, je suis rentré à la maison à 1 h 30 du matin !


Bien entendu, en ce moment , c'est la sortie du bilan, les encours passés et à venir. Je parle beaucoup des banquiers ces temps ci, et j’en parlerai encore, en bien et en mal – de  ceux qui comprennent nos besoins, mon entreprise et de ceux qui ont à régler chez eux le problème de la directive européenne de Bâle 3, ceux qui comprennent qu’on ne peut pas inventer des flux lorsqu’il s’agit de rembourser des investissements (vignes ou autres) sur 10 ans, et ceux qui sont obligés d’avoir ces flux pour être eux-mêmes dans les clous. Tout ça le jour où, à la tribune de Bordeaux, je n’ai entendu parler que des entreprises à aider, à considérer, écho à ce qu’à dit à Paris le Président François Hollande.

Paroles, paroles...et pour nous, toujours le même problème : comment financer à bas taux par des crédits sans remboursement du capital - style obligation à remboursement in fine - nos stocks et nos investissements peu productifs ?


Repas de qualité, avec les vins offerts par Castel : Ferrande 2011 dans les Graves, agréable, N°1 de  Dourthe rouge et blanc, Montlabert 2009 Saint Emilion et un Médoc dont j’ai oublié le nom.

Dans les choses apprises hier soir : - 30 % c’est le différentiel de marge entre les entreprises allemandes et françaises, et c’est pas rien !

Notre table, sympa, dès qu’il y a des landais l’ambiance est plus détendue, l’occasion de parler longtemps à François de la Giroday, homme à la carrière plus que bien remplie .

Partager cet article
Repost0

commentaires