Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 11:00

Les vendanges à Pomerol ont bien avancé, pas mal de stars habituées aux 100 points Parker et autres notes sont en train de faire encore, sans aucun doute pour eux, un grand millésime.

Saint Emilion, un peu plus tardif, commence avec les terroirs proches de la Dordogne plus précoces, le plateau va suivre en fin de semaine et semaine prochaine.

Nous n’avons encore rien démarré nulle part en raisins rouges. Début probable le 4 octobre et sans doute après ce sera la course comme d’habitude entre les Bordeaux, Fronsac, Margaux, Pomerol et Saint Emilion.

Est-ce que nous avons raison  d’attendre ?

Je relis Emile Peynaud et je repense à Michel Rolland, et je me dis qu’il est certainement plus facile d’y aller que d’attendre et que, de toute façon, je n’ai jamais fait un vin en surmaturité.

Trop concentré, c’est possible, trop de bois neuf pour certains palais allergiques au bois, oui, mais jamais trop mûrs et même certains vins de Valandraud ont ce goût classique de Bordeaux sauvignon limite comme le 1997 qui est pourtant un des meilleurs vins du millésime.

 

En attendant, je goûte les raisins de Prieurs de la Commanderie et de Fayat à Pomerol, qui sont en train d’être cueillis et à La Dominique, les premières parcelles sont plus que prometteuses.

Le secteur de Cheval Blanc, La Conseillante, L’Evangile, et donc La Dominique est encore une fois béni des dieux.

Un ami parisien m’a fait visiter la petite propriété qu’il vient d’acheter à Pomerol, ça m’a rappelé nos débuts. Il n’imagine pas dans quel engrenage il a mis les doigts. Il faut en effet, s’i on veut être bon, investir des sous et de l’énergie tous les ans, mais je sais qu’il saura faire face. C’est fou le nombre d’investisseurs, petits ou grands qui, amoureux du vin, veulent passer de notre côté, se retrouver à faire eux-mêmes ce qui les fait rêver.

 

Le journal Sud Ouest et ses titres à la Marianne, suite…

Suite aux divers commentaires déclenchés  par l’article du Sud Ouest sur Michel Rolland, François Camper m’envoie un message pour me dire qu’il regrette la teneur des propos qu’il a écrit, qu’il s’est excusé auprès de Michel Rolland et me demande de bien vouloir supprimer toute référence à son article sur mon blog. Le lien vers Terre de Vins ne permet plus de lire son article mais je laisse les commentaires du faux François, sans adresse ni nom, pour l’historique de mon blog.

Non, blague à part, je laisse ce qui a été écrit jusque là car il y a plusieurs  François : celui qui a écrit le 23/09/2010 à 17 h, la réponse très belle de Marie Rolland, le commentaire N°9 d’un François (le bon ?) posté l 23/09/2010 à 22 h 22 et le commentaire de François Mauss qui sait bien que je ne suis pas du genre à m’écrire en cachant mon adresse (puisque ce n’est pas moi qui tape les textes, j’en suis encore au stylo…), et puis ce serait dommage de supprimer aussi le texte de Jean Noël Hervé, de Patrick Essa et ceux écrits le lendemain par Michel Bettane ou Jacques Perrin.

De toute façon, à partir d’aujourd’hui, Cécile va activer la modération des commentaires, car comme pour beaucoup d’autres blogs,  cela devient nécessaire : les messages anonymes devenant pour certains non plus rigolos mais blasphématoires et méchants. C’est dommage, mais ce n’est pas si mal que de n’avoir pas supprimé un seul message depuis le début (me semble-t-il ou 1 ou  2 seulement)

 

Rien à voir, mais en réponse à Mr Blaquière Jacques : Gérard Colin fait du vin en Chine depuis longtemps, d’abord à Grace Vineyard dans le Shanxi, son adresse doit pouvoir être obtenue soit par François Mauss, soit par Hervé Bizeul, ou peut être par les propriétaires du restaurant La Cadène à Saint Emilion. J’ai eu des nouvelles il y a quelques temps et il mettait en route, après voir découvert une jolie région pour faire du vin, des partenariats d’investisseurs en Chine.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans Divers
commenter cet article

commentaires

patrick essa 07/10/2010 15:36



Dans le choix des épithètes réside souvent la mesure du raisonnement, plus encore sa pertinence. Il faut savoir raison garder sans
placer vos déductions trop proches du bonnet de l'humeur, M.Bizeul. Le fait de donner un point de vue sur une production et d'évoquer les meilleurs crus d'une région n'est  pas
"interdit" par la bienséance. Je ne faisais que relater une expérience vécue en donnant un avis qui n'est pas né hier, ce, dans le cadre d'un débat qui appelait une argumentation. Quelle est
la vôtre ici?


  J'apprécie de nombreux vins sudistes - et vous en trouverez de très nombreux décrits sur mon site par le menu - et suis une
voie personnelle étroitement liée à la maturité du fruit, mais il me semble simplement que tous les excès nuisent et que si une région marque logiquement un cru, elle ne peut se résumer à en
exacerber les excès possibles.  De ce point de vue Jérôme Bressy -puisque vous le citez - a su me convaincre que ses choix - ne serait-ce que le retour aux foudres - sont
dictés par un souci d'harmonie. Vacqueyras est le cru le plus "chaud" climatiquement du Rhône, il en tire un vin rouge extrêmement fin et raffiné  après avoir été "pourtant"
encensé pour des crus largement plus bodybuildés. Voilà qui m'interpelle à une époque où tout le monde semble se replier derrière le réchauffement climatique pour justifier des sucres abondants
et des textures sirupeuses. Il a"osé" là où on ne l'attendait pas car il se pose les questions des gens qui se fichent pas mal de ce que pensent les autres à leur endroit quand leur raisonnement
leur apparaît fondé. Combien il a raison!


 



Hervé Bizeul 07/10/2010 13:10



Cher Laurent,


Certes, l'unanimité de goût n'existe pas. Heureusement d'ailleurs. Pour autant, pourquoi faut il, en louant un style, s'empresser d'en dénigrer un autre ? Ou oser tenter d'obliger un vigneron à
passer sous des "fourches caudines" pour avoir "une étoile" de plus. Ou est le terroir, de plus, dans tout ça ?


On est pas des chiens, on court pas après des croquettes. On fait les vins représentatifs de nos terroirs, nos cépages, nos climats et on les aime, nos clients aussi, heureusement. Oser écrire,
sur moi, sur Calvet-Thunevin, sur bien d'autres ou surtout sur Jérôme Bressy : changez tout (au nom d'un soi disant nouveau "goût du public") et vous aurez une "étoile" de plus – étoile qui au
passage n'a aucun impact sur rien et ne déclenche pas un coup de fil desdit "acheteurs", c'est faire preuve d'une arrogance assez hallucinante. Ce n'est peut-être pas au vigneron à se remettre en
question le premier.


D'autant quand, au même moment, on étale les louanges au tracto pelle sur des Bordeaux 2009 qui fond passer Roussillon et Rhône pour des vins frais et légers... Mais là, il y a 100 pages de pub à
la clé, alors, c'est plus facile de taper là où on risque rien, en employant ailleurs une notation "relative" où "tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil".


Tout cela n'est que marketing rédactionnel, guerre d'égo, jalousie, caprices de personnes insécures, commerce, et ne fait aucun bien au vin français.



laurentg 07/10/2010 10:23



Hervé,


Pas goûté les derniers millésimes de Bressy, notamment 2007 (mais j'ai qq repères sur certains châteauneufs - parfois torrides - et sur Trévallon).


La confrontation entre amateurs montre bien que l'unanimité de goût n'existe pas. Pour des vins que je connais bien, je pense par ex à Bel Air Marquis d'Aligre, à Lenoir, à Grillet, à Dagueneau,
...


Je connais même des passionnés qui me revendent leurs Rayas !


 



Hervé Bizeul 06/10/2010 19:54



Gourt de Mautens 2007 est un des plus grands vins du monde, tant par sa qualité que par son originalité et Jérôme Bressy un vigneron extraordinaire. Ne pas le voir, c'est perdre à mes yeux toute
crédibilité. 


Sur le reste, je plains sincèrement Monsieur Essa de posséder un tempérament aussi jaloux et vindicatif, balançant sur ses confrères par derrière, sauf bien sur quand c'est son intérêt. Continu à
cirer les pompes de Jean-Luc, tu sera ré-invité.



laurentg 30/09/2010 18:35



Merci pour ces analyses qui ne tournent pas autour du pot, Patrick !


C'est vrai que Muntada 2006 (sur la venaisons mais sans suspicion ... le carignan majoritaire) m'a parue très bonne et bâtie pour la garde.


Bu en revanche hier soir une VV rouge 2007 étrange, proche en esprit d'un vin de Gramenon, mieux de Barral (avec une volatile prononcée).


Je manque clairement de recul sur ces cuvées sudistes.


Je pense savoir que Calvet-Thunevin évolue tout de même sciemment vers plus de "buvabilité".


Et puis, par exemple, les Rangen de Zind ne sont pas tous réussis (ex le 2000, qui me semble mal vieillir). Et en grands blancs, je suis plus habitué à la grandeurs de certains Chablis
et de Grillet.


Pour moi, les grands vins du Roussillon sont les (meilleurs) vins mutés.