Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 15:17

Dégustation Les 5 -  qui en sont plus que 4 – au château Smith Haut Lafitte qui, lui aussi, utilise des chevaux pour labourer les vignes. C’est beau à voir, ça crée des emplois et en plus, ça porte un langage écolo. J’attends de revoir les attelages de bœufs dans les terroirs argileux et il n’y aura plus qu’à recréer les dortoirs pour faire s’entremêler (avant mariage) les vendangeurs et vendangeuses 


3 millésimes à goûter côte à côte, on comprend le style initial à chaque millésime, l’austérité (relative) des 2008  sauf pour Smith et Canon La Gaffelière, l’opulence des 2009 et la complexité des 2010  aux tanins certains et à l’acidité bien présente, heureusement  équilibrée chez les meilleurs  par une belle sucrosité due à la maturité.

 

Encore une fois me revint à l’oreille ces propos imbéciles de « tous les vins se ressemblent », la mondialisation du vin, Parker, Rolland, le Wine Spectator, la RVF, Decanter, Bettane ou Burtschy,  Desseauve, Quarin et même James Suckling ne sont pas encore au chômage tant tous ces vins se ressemblent de moins en moins entre eux et tant les millésimes à Bordeaux sont différents.

L’augmentation des techniques de tri, de sélection, font ressortir de plus en plus les styles des vins, des terroirs et des propriétaires . La preuve encore ce dimanche avec 3 grands vins de Saint Emilion 2003  si différents et chacun si bons dans leur style malgré les belles polémiques de l’époque, ou la différence éclatante entre ces 3  crus dans des millésimes si différents que 2005, 2008 et 2007 et qui pourtant auraient sur le papier tout pour se ressembler : même consultant de chez Michel Rolland et à priori des terroirs argilo-calcaires (déjà si différents si l’on y regarde de plus près et même sans être un technicien)

 

Aussi, ce coup de blues - heureux, quand j’ai goûté avec ce critique américain très célèbre le haut niveau de qualité des Bordeaux 2010 : sur le fruit, avec des jus d’une précision rarement atteinte à Bordeaux ; coup de blues ressenti à cause du stress accumulé, du rhume des foins, de la fatigue, à l’idée que ces vins soient toujours aussi difficiles à vendre et aussi  à l’idée que je n’aimerais pas être critique pour commenter des vins vendus à 1200/1400 euro les 900  litres et qui possèdent ces qualités-là !

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans Dégustation
commenter cet article

commentaires

mauss 29/03/2011 06:26



Jean-Luc : il est évident que dire une généralité imbécile comme "tous les vins se ressemblent" alors même qu'on a une vaste collection de si belles choses comme jamais on en a eu, cela est,
(dans certains contextes de vins vinifiés avec la même philosophie d'assemblage merloté et de maturité max), une impossibilité de distinguer un rive gauche d'un rive droite. On aura beaucoup
moins ce problème, sinon pas du tout, à identifier un côte de beaune d'un côte de nuits, section "premier" ou "grand cru" et même "village".