Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 11:58

Le monde de grande restauration et celui de la nuit,  objectif : faire de Valandraud le vin préféré dans les clubs de nuit.

 

Dimanche soir, repas amical à l’hôtel de Ginza avec le négociant organisateur de ce déplacement à Tokyo, avec champagne Moët et Chandon brut, un vin de Sicile bio (pas très bon) et un vin de Toscane de la vallée d’Orcia plutôt bon. Repas  que mon estomac fragile a mal digéré. Heureusement les médicaments sont efficaces.

Lundi et mardi, réunion au bureau de notre client, puis dans le club très chic de celui-ci, mélange de boite de nuit, bar américain, fréquenté par une clientèle chic et riche venue là pour draguer, parler et surtout boire.

Ces lieux n’existent nulle part ailleurs, et surtout on y consomme  en plus des grands champagnes, des cognac et autres alcools, des grands vins blancs et rouges, comme Pétrus, Romanée Conti et déjà Valandraud. Nouveau créneau, pas touché par la crise, même plutôt en forme d’ailleurs, pour ce qui concerne les vins à statut social, comme Valandraud – heureusement !

Les sommeliers, plus d’une vingtaine ont eu droit a un show de ma part et leurs questions après celui-ci étaient intelligentes, meilleurs que beaucoup de celles posées ailleurs !

Les rendez vous avec les journalistes gastronomique, soit pour rédiger des publi-reportages, soit pour un article « normal » étaient très pro, comme toujours au Japon. Mr Tanaka de Wine Art était celui qui connaissait le mieux son sujet et Valandraud, ses terroirs, ses évolutions et mes contradictions !

 

Les journalistes « art de vivre », car en tout j’ai du faire 6  interviews, étaient tous intéressés par Valandraud que beaucoup connaissaient déjà. Leur plus grande préoccupation étant l’accord plats japonais et mes vins, blancs et rouges.

Les repas organisés dans 3  restaurants étoilés Michelin étaient de beaux et bons travaux pratiques… Quelle vie… Et dire que nous étions en train de travailler

 

Le repas le plus étonnant  a eu  lieu dans ce 2 étoiles où le chef arrivera à décrocher sans problème ses 3 étoiles, avec un cadre d’une beauté à convaincre un aveugle, un service rare où même un sommelier élégant vous parle en Français. Les plats tous aussi inspirés les uns que les autres, produits à peine transformés, gardant leur saveur initiale, difficile de parler accord met-vins tant nous étions absorbés, étonnées par la beauté de nos assiettes et de ce qu’elles contenaient :

1, Two kinds of clams and Mashed soybeans

2, Steamed abalone , Fried potato     

3, Two kinds of Crabs with Apple vinegar jelly

4, Clear soup with only skin grilled Snapper and Matsutake mushroom

5, RyuGin assorted Sashimi ( Red snapper, Tuna and Japanese lobster)  

6, Japanese fish foiegras

7, Grilled Sea Perch

8, IWATE Beef , Shitakes and Figs

9. Eel grilling on the rice , Miso soup and RyuGin style pickles

10, Orange and fragrant olive sorbet

11, Airy cake with 2kinds of tastes ( Soy bean flour and coconut )   

12, Baked chest nut cake with two kinds of cream ( chest nut and sweet potato with lemon) 

 

Salle intime pour 20 personnes, belle clientèle, hommes d’affaires,  3 couples d’amoureux dont une grande femme japonaise à l’élégance d’un mannequin de Kenzo.

 

Les soirées dans les clubs pour être présentés à ceux et celles qui comptent, on ne peut pénétrer ici qu’avec les clefs , il ne suffit pas de vouloir, mais aussi être accepté et désiré.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans Divers
commenter cet article

commentaires