Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 décembre 2009 2 29 /12 /décembre /2009 14:23

En Novembre 2009  les prix d’un grand cru se situent entre 200 000 et 3 millions d’euros l’hectare. Le bon terroir « normal » entre 300 000 et 500 000 euros à Saint Emilion.

Les jolies propriétés à beau potentiel ne tardent pas à se vendre à Saint Emilion, et même en cette période financière troublée, des sur enchères sont faites tant le produit rare est recherché par les locaux et pas seulement des riches français ou étrangers. Un de mes amis me parle d’une propriété, je la visite à toute vitesse et je lui dit OK, c’est bon , hélas le prix a été augmenté de beaucoup et de gros poissons se sont manifestés. Bien sûr, pas possible pour mon ami de lutter.

A côté de ça, j’entends dire que les Bordeaux génériques peuvent se vendre à moins de  10 000 euros l’hectare, alors qu’à Pomerol ou à Margaux les prix moyens sont autour du million. A ça, rajoutez 3  ans de trésorerie, des chais et la maison à refaire, ça fait cher le changement de mains, quelle que soit l’appellation.

 


Et un bonne idée pour les fêtes de fin d’année : Domaine Buisson Charles

 

On ne vend pas beaucoup de vins blancs dans mon entreprise, mais nous avons le privilège d’avoir une allocation de vins de Bourgogne du Domaine Buisson Charles et donc de pouvoir boire et vendre à nos clients toute la série de ces bons grands Bourgogne blancs qui, même après les bonnes notes reçues du Wine Advocate, restent dans des prix très corrects pour qui veut boire un bon Meursault.

Les dernières notes du millésime 2007  confirment leur place dans le gotha de Meursault et donnent envie à Murielle de pouvoir vinifier des  Chardonnay, même si nous n’aurons jamais les terroirs des Meursault Goutte d’Or ou Charmes...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Patrick Essa 29/12/2009 22:57


   1 ouvrée de Meursault-Charmes (1/24 d'ha)= environ 110.000 euros en ce moment pour une récolte "bon an mal an" de 180 cols, vendus 25 à 60 euros au domaine selon "sa"
politique tarifaire. Il faut trois vies pour en amortir l'achat! En 1890 les mêmes terres s'échangeaint contre des prés bien placés en plaine.
  


mauss 29/12/2009 20:50


Jean-Luc :

Peux u me citer une ou deux propriétés qui, en calcul constant (franc ou euro), n'on pas pris de valeur entre l'achat et la revente ?

Si tu as un moment de spleen doublé doublé d'une crise de doute, va simpleemnt goûter ton Valandraud 2009 : tu verras ! Effet immédiat.