Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 14:21

Avec un bon repas organisé pour 7  personnes au Château Sansonnet, quelques vins servis à l’aveugle pour certains.

Etiquettes vues :

En attendant,  Sansonnet  2010, mise en bouteilles ces jours ci, très beau, tient très largement ses promesses. Ce vin sera un des tops de l’appellation Saint Emilion Grand Cru. Et sur l’entrée, Valandraud Blanc  2010.


A l’aveugle, 2 bouteilles, et j’ai été plutôt bon pour les situer et même trouver les millésimes et appellation. Il ne manquait que le nom !

A droite, un vin style moderne, actuel, grand vin du monde, bon à boire, proche du style Bordeaux, j’ai un peu tatonné mais finit par trouver 1996  Priorat, j’ai dit Erasmus et c’était Ermita 1996  de l’ami Alvaro Palacios. Grenache et Cabernet Sauvignon, l’un de mes vins préférés avec, bien sûr, Pingus !

A gauche, style ancien, mais j’étais en forme et en chance, millésime 1990 et Ribera del Duero,avec bine entendu Vega Sicilia, les récents sont plus à mon goût, mais néanmoins, ce style, ce goût, ce travail d’œnologue  à l’époque très particulier, font de ce vin un vin culte encore et toujours.


Etiquettes visibles :

Fleur Cardinale 2009, grand vin, tannins très fins et équilibre phénoménal, quelle belle évolution durant l’élevage qui a magnifié ce vin. Fleur Cardinale 2005, grand sans aucun doute mais qui a pâti de la comparaison avec le 2009.


A l’aveugle/semi aveugle

Sansonnet 2008  qui se goûte de mieux en mieux. Hélas, il n’y en a plus à la vente à la propriété.

Valandraud 2008, non décanté, gaz, je l’ai aéré dans mon verre. Se goûtait mal à l’ouverture, mais au bout de 40  minutes, c’était bon. Comme quoi, le carafage doit toujours être appliqué à ce 2008 devenu capricieux !

Le repas était bon, l’ambiance agréable et positive, et je n’ai pas vu le temps passer

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

laurentg 13/07/2012 15:49


Beaucoup de mal pour ma part avec Unico 1990 (bu en décembre 2007), chahuté (beaucoup de volatile, boisé, acide, séchant).


L'ami qui proposait le vin, échaudé par le cas du 61 qui avait connu une résurrection le lendemain quelques années plus tôt, l'a mis de côté pour le regoûter.


lendemain midi : mieux


lendemain soir : pas mal du tout, enfin (16,5/20)


 


Même note pour moi sur une autre bouteille d'Unico 1990 bu en décembre 2004, sans barrage désagréable. Très bon mais pas grand