Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 16:40

La semaine dernière a été très occupée entre repas et rendez-vous professionnels : 9 repas professionnels et seulement 5 avec seulement Murielle et moi.

L’occasion  de pouvoir parler librement de tout à table,  et avec le sourire même s’il s’agit souvent de sujets sérieux : le commerce à Tahiti, le vente en Chine et en Inde, notre groupe de propriétaires sur la commune de Saint Etienne de Lisse, un livre sur Bordeaux (encore un…), des amis suisses qui cherchent à acheter une propriété à fort potentiel à Saint Emilion et ce n’est pas simple, denrée rare et hélas chère, d’autre amis gâtés par la série des belles propriétés possédées à Pomerol et Saint Emilion mais dont la notoriété et les vins sont en deça  de leurs incroyables potentiels. Affaire à suivre donc, même si je réduis mon travail de consultant pour m’occuper de mon entreprise, je peux librement faire une espèce d’audit et indiquer quelques chemins.

Dans les vins bus cette semaine : 3 Bordeaux à 3 francs 6 sous, mis en bouteille à la propriété par mon entreprise à Blaye, Bourg et Lussac, un La Violette 2007  superbe (il était fermé à double tour l’année dernière), un Cheval Blanc 2004  tout en élégance face à un Valandraud 2004 encore mastoc, maousse costaud. Le blanc de Valandraud N°2 millésime 2007  qui va s’appeler Virginie de Valandraud blanc à partir du 2009 ou  du 2010, le N°1 sera remplacé par Valandraud blanc, tout simplement.

 

Les blancs continuent d’être ramassés cette semaine, les rouges devraient attendre la semaine prochaine.

2010, année à très gros potentiel (encore, diront les Cassandre), juste quelques difficultés comme d’habitude, peut-être un plus que d’habitude. Attendre la maturité des pépins et de la peau, il y a un décalage évident (pour moi). Trier ces foutues graines millerandées, dues à la coulure sur les vieux pieds de merlot.

Trier encore et éliminer ces graines, ces grappes brûlées, ces raisins flétris soit par le soleil, soit plus probablement selon les secteurs par des carences, effet collatéral du manque d’eau très visible sur les jeunes vignes avec de vrais problèmes selon les secteurs, il y aura des seconds vins cette année encore.

Chez nous, quel que soit le terroir, des rendements sous doute très bas (on est habitués) : cela devrait donner du 25 hectos/hectare sur les grands terroirs et pour les 1ers vins, 35 hl/ha pour les 2nds vins.

Encore faut-il attendre de rentrer ces raisins pour vraiment savoir.


Notre bilan comptable s’arrêt au 30/08, légère baisse du chiffre d’affaire essentiellement due à la livraison des vins du millésime 2007, moins d’affaires qu’avec le 2006 et bien sûr le 2005 !

Le prochain bilan devrait être meilleur au vu de notre « carnet de commandes ». Le problème récurrent dans une entreprise n’étant pas le chiffre d’affaires, les bénéfices, mais plutôt les stocks, la trésorerie et les impôts (En France, nos entreprises de petites taille payent 33 % sur les bénéfices, les grands groupes riches payent au pire entre 8 et 20 %. C’est l’égalité fiscale à la française. Ce point est d’ailleurs en train d’être analysé par l’Etat pour aider à trouver une compétitivité à nos entreprises, comme en Allemagne)

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans Divers
commenter cet article

commentaires