Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 18:54

Hervé, si tu me lis…

 

Lors de mon dernier repas à Paris, j’ai pu côtoyer des amateurs et des grands collectionneurs de vin et boire ou ne pas boire des vins très bons, bons, moyens, mauvais et très mauvais . La force des étiquettes, la notoriété des crus, les prix des bouteilles avaient, c’est sûr, un impact terrible sur les avis qui trouvaient même, en cas de vin à problèmes techniques graves (volatile, TCA, bouchons), des circonstances atténuantes, voire même des qualités là ou, évidemment, il n’y a que des défauts rendant les vins imbuvables.

 

Si un vin est bouchonné, il peut avoir été bon, noté  100 points Bettane ou Parker, il est bouchonné. Point !

 

Dans le cas de vins vieux, trop vieux, à l’apogée dépassée, là, c’est une autre histoire, certains aiment ça et c’est leur plaisir seul qui importe. Que moi, je trouve ce vin trop vieux, usé n’enlève rien au plaisir ressenti par un amateur de vin vieux ayant cette culture. Je pense à beaucoup de mes amis, même jeunes, qui sont amateurs, c’est d’ailleurs pour ça que je suis toujours ami avec François Audouze même si je ne suis pas d’accord avec lui sur beaucoup de vins qu’il aime.


Là où c’est plus dur et c’est là où je veux en venir pour mon ami Hervé Bizeul et pour tous les « jeunes » vignerons, créateurs de vins dans des lieux aussi étonnants que le Roussillon ou même Saint Emilion,  et mes bras ont failli tomber, c’est d’entendre un de ces grands collectionneurs belge qui se dit ami de tous les châteaux connus, de Parker, de Hardy Rodenstock etc…, et qui possède une des plus belles caves du monde avec Margaux et tous les premiers, avec Pétrus, Lafleur, Eglise Clinet etc…, me dire à propos de mon vin -  sans s’apercevoir de la dureté de ses mots , en tout cas tels que je les ai compris – « je n’ai pas acheté votre vin car je n’ai pas assez de recul pour acheter votre vin » (en clair, je n’ai pas confiance).

 

Cet homme riche qui passe aux yeux de tous pour l’un des principaux amateurs de vin, possesseur d’une  des plus belles caves, n’achète donc que des vins existants depuis 1855 ou 1900, bien notés par Parker quand même car « il (Parker) ne se trompe pas souvent » ( sic) et que ses achats sont de bons achats financièrement parlant, j’entends !

Capable de se plaindre de ne plus avoir accès aux 60 bouteilles de Pétrus chez son fournisseur belge qui lui laissait ses allocations tous les ans, capable aussi de trouver cher un Eglise Clinet 2009 à 300 euros, habitué qu’il est à le payer moins cher, n’acceptant  les changements de prix que chez les premiers, et encore !

Il est dommage qu’avec tout son argent, il n’ait pas envie d’acheter mon vin, voire de le goûter,  heureusement que d’autres grands amateurs et propriétaires belges m’achètent mon vin, heureusement que je ne suis pas que dans le Roussillon ou propriétaire d’un « simple » Bordeaux.


Comment être reconnu comme un grand amateur et n’avoir pas envie d’être un découvreur ?

Voilà ce qui m’a chagriné  et c’était d’autant plus étonnant qu’un autre collectionneur présent, amateur, était lui tout le contraire. Bien sûr, il avait lui aussi ses DRC, ses Hermitage, ses Cheval Blanc 47 ou Mouton 45, mais il avait aussi tout plein de crus inconnus ou connus par lui avant tout le monde. Et là, respect, admiration, chapeau bas !

 

Hervé, si tu me lis, la route est longue pour prétendre convaincre le premier : 100 ans, 200 ans ? mais oublie celui-ci et pense à l’autre, celui qui découvre, qui, bien qu’âgé, a encore le sourire pour parler d’un vigneron qui, de temps en temps rate ses vins ; curieux de tout avec sa femme et  qui partage encore ses découvertes. Sans doute as-tu dans ta clientèle,  et moi aussi, ce genre d’amateur .

Qu’ils en soient ici remerciés.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Chibani 10/02/2011 13:40



J'écris ce commentaire bien tard, j'ai des excuses, je travaillais !


Ce qui me gene aujourd'hui, ce sont de découvrir des jeunes amateurs qui sont en "adoration" devant ces collectionneurs de vins d'un autre age, alors qu'ils n'ont pas la curiosité de découvrir
les stars de demain



laurentg 05/01/2011 10:23



L'argent, c'est important, ne serait-ce que pour des raisons financières (Woody Allen).



laurent dupéré barrera 05/01/2011 10:17



Salut jean-luc,


en lisant ton post et celui d'hervé Bizeul, je me rend compte et y incluant moi-même que le problème ne vient pas de ces "conllectionneurs" de grandes étiquettes mais de notre besoin d'être
reconnu pour notre travail, notre passion etc... et celà, il n'y a que chacun de nous (et à titre personnel) qu'y puisse y faire quelque chose alors peut-être que 2011 sera l'année de se rendre
un peu plus libre.


bonne année 2011 à tous,


laurent dupéré barrera



Stéphane 05/01/2011 09:50



Si je puis me permettre, en quoi est-ce si important, voire vital d'être présent, par la bouteille, dans la cave personnelle de ce Monsieur? Ce Monsieur dont les critères sélectifs sont
discutables et comme vous le soulignez ferme les portes de la forteresse à des centaines de vignerons excessivement talentueux, qu'ils soient en Bordelais, Roussillon, Côtes du Rhône ou Loire...


La reconnaissance n'est elle pas aussi dans la conquête de nouveaux "clients" de nouveaux amateurs éclairés, séduits par la créativité, le culot de vignerons qui osent revendiquer un terroir, des
cépages, des élevages hors conventions?


Les collectionneurs dont vous parlez, font écrire, la preuve, ils sont certainement des relais de communication incontournables, mais la satisfaction du vigneron n'est elle pas dans le contact,
l'échange avec les amateurs, à la propriété ou sur des salons?



mauss 05/01/2011 06:51



Etonnant le temps que tu passes à parler de ce buveur d'étiquettes alors que son sort eut pu être réglé en une seule phrase.


Et c'est vrai qu'une image forte se construit sur plusieurs générations. Pourquoi tant vouloir accélérer les choses ? Vanité ? Besoin d'être encore plus riche ? Besoin d'un respect plus marqué ?
En se focalisant ainsi, on risque de passer à côté de pas mal d'autres choses. Mais bon, ce ne doit pas être ton cas vu la passion égale pour la tuber melanosporum :-)