Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 19:03

Mercredi 9, Bordeaux-Paris-Guangzhou : départ de Saint Emilion à 16 h, arrivée à Shenzhen à 20 h le jeudi 10, avec 7 h de décalage ( 13 h à Paris). Hôtel  Crowne Plaza à moins de 100 euros pour un 4 étoiles.

2ème journée et 1er rendez vous fixé à 9 h 30, en fait 11h 30, notre hôtel ayant un autre hôtel similaire dans la même ville ! Discussion et programme avec l’ami Marco, qui a déjà vécu mille vies dont celle de grand sportif, chanteur dans un groupe, fabricant de machines à sous pour Macao et aujourd’hui dans le bizness du vin.  Bon repas chinois avec ses associés, clients d’une grande entreprise nationale.

Puis rendez vous à 15 h précises avec un autre de nos clients depuis quelques années et boulot « normal » : dégustation des nouveaux vins importés de notre gamme par lui : le domaine de ma fille qui s’appelle Domaine Virginie Thunevin 2009, vin délicieux, moderne, élégant, barrique neuve qui apporte la sucrosité. On est bien servi depuis quelques temps côté barriques : un succès à prévoir pour ce millésime 2009.

Différent, très différent, Château de Carles 2006, plus classique, plus bordelais dans le style. Le millésime 2009 étant plus austère et les méthodes de vinification très différentes . Et pout continuer Calandray 2010, Côtes Du Roussillon fait pour nous pas la Cave de Maury, un grand succès depuis plus de 10  ans. Un rapport qualité-prix imbattable, vin typé Roussillon qui ne pourra pas avoir un bon commentaire dans la RVF mais qui plaira à 80 % des clients. Le vin est tellement bon qu’il est facile à prouver que le Roussillon, si on veut le promouvoir et le vendre, c’est facile, encore faut-il s’en occuper, travailler, faire goûter. Ça me rappelle cette histoire de Dieu disant à ce croyant qui se plaignait  de ne pas gagner au loto, mais joue au moins ! (histoire juive)

 

Ensuite, Château Vieux Poirier  2010, vin bio, bon, au nez végétal noble,  suivi d’un délicieux et formidable Maro de Saint Amant 2008, succès garanti là aussi. Le Blanc de Valandraud N°2 2007, Virginie de Valandraud 2006  très bon actuellement, Valandraud 2011 ouvert 3  heures avant, grand vin pour dans 10  ans, Haut Brion 1986 et à table Clos Badon 2004 très très bon et Léoville Poyferré 2004  très jeune, vive le Médoc… surtout quand les gens que l’on apprécie qui font ces vins. Couché à minuit 30, le décalage horaire est favorable ;

 

Samedi 12, meeting le matin avec celui qui pourrait devenir notre plus gros client mondial.

Repas à midi dans un restaurant populaire,  2/3 euros par personne, le paradoxe de la Chine. Nous étions attendus ensuite par un distributeur et départ à 14 h en voiture, 2 heures d’autoroute direction Foshan dans la province du Guangdong, encore des millions d’habitants. Hôtel Intercontinental 4 étoiles à moins de 100  euros la nuit, les palaces sont adaptés aux moyens du pays. Un tel hôtel coûterait en France entre 400  et 800  euros, sachant qu’ici le service est un mot noble et qu’il y a du monde, jeune et disponible pour travailler.

Direction le magasin très chic de notre client qui a une réelle passion pour Bordeaux et la rive droite : Château de Pressac, Château La Dominique, Château Cheval Blanc, Château Ausone, La Mondotte, La Conseillante, Petrus, Lafleur, Le Pin et même des vins de la rive gauche comme Pape Clément ou Latour. Puis départ vers le quartier des restaurants, celui où nous avons mangé avait 10 salles privées de 20 couverts en plus du restaurant de 400 couverts. Chaque salle portait un nom : Rayas –Pétrus –Cheval Blanc – Ducru Beaucaillou ….

120 personnes participaient à ce repas auquel ont été servi : Blanc de Valandraud N°2  2008, Valandraud 2004 -2007 et en 1995 3 double magnums que je buvais pour la 1ère fois : vin énorme, le fruit plus la maturité dus à l’évolution, un vin presque parfait digne de l’émission de M6 ! Les gros flacons, dès le format magnum sont ultras favorables à l’évolution du vin , histoire de volume sans doute et peut-être aussi le ratio bouchon-vin-oxygène.

Dimanche, départ en voiture à 10 h pour Guangzhou et avion vers Shanghai à 12 h 30, arrivée 14 h 45 : pas le temps de visiter cet énorme chantier permanent qu’est la Chine. A chaque fois notre client ou futur client vient nous chercher à l’aéroport ou à l’hôtel et nous ramène à l’aéroport ou à l’hôtel (ce coup ci un Howard Johnson 4 étoiles style boutique) , difficile d’être plus attentionné.

Donc encore une visite de bureau, magasin, entrepôt de notre tout nouveau client à Shanghai. En effet, il s’agissait de fêter son installation, sa crémaillère : 25  clients amis réunis pour l’occasion dans les bureaux où il y a un espace de dégustation. Beaux verres et tous les vins servis à la bonne température, ce qui fait qu’après, à table dans un restaurant espagnol et  à la dégustation commentée par nous il y avait Bel Air Lescours 2007 Saint Emilion AOC que nous produisons de temps en temps quand j’achète une récolte avant de vendanger les raisins et de les vinifier. Très joli fruit, un boisé noble, bien sûr ça fait plus riche que sur beaucoup de crus classés qui rechignent à acheter de la barrique neuve, malgré son prix d’achat ! En tout cas un bien beau générique de Saint Emilion.

Coucy 2005, château situé à Montagne Saint Emilion dont j’avais été le gérant quelques années. Je peux être fier de ce vin réalisé avec les enfants des anciens propriétaires. Là aussi, un très bon rapport qualité prix. Le millésime en plus est sacrément bon ! Ensuite, presque une redécouverte pour moi, il y avait longtemps que je ne l’avais pas goûté, un vin acheté en 1999 et en 2000 : Château le Bernat 1999 Puisseguin Saint Emilion, un vin énorme par ses qualités, puissance domptée par les années, classe des tanins et goût plus qu’au niveau de crus célèbres, hélas il ne suffit pas d’être bon, encore faut il le savoir et le faire savoir.

Ensuite, notre cru Château Bel Air Ouÿ 2004, fort bon à boire maintenant, tout en douceur dans ce millésime pourtant plus austère, suivi de notre 1ère vinification à Margaux, Château Bellevue de Tayac 2004 donc plutôt pas mal et bien apprécié ici et sans doute même préféré par nos clients chinois qui sont enclins à aimer la rive gauche. Vive le classement de 1855  et vive cette appellation si prestigieuse qu’est Margaux avec son cru qui porte le même nom, ça aide à la notoriété des autres qui mettent bien en évidence l’appellation Margaux qui ouvre toutes les portes des amateurs de Bordeaux. Repas rapide fini tôtn c’est ce qu’il y a de bien en Chine pour moi qui mange à 19 h le soir à Saint Emilion. Là, en Chine, je ne suis pas dépaysé.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans Divers
commenter cet article

commentaires