Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 13:54

Tous les lots finissent par être écoulés, soit en barriques, soit en cuve pour laisser les malolactiques se faire. Chez nous, à Saint Emilion, pas trop de problème de sucre difficile à faire fermenter. Merci les contrôles de température, merci Rémi, sinon quelques problèmes de sucres à finir dans mes autres propriétés, c’était à prévoir vu la richesse de nos raisins.

 La meilleure cuve du millésime 1995 de Valandraud avait fini de fermenter après avoir réalisé sa malo au mois de juillet… C’est dire qu’il faut être patient parfois. Nous avons également eu 2 barriques en 2008  qui ne voulaient pas finir leur sucre, on en fera du vin de table pour boire à la maison .  Après la part des anges, c’est la part du diable ?

J’ai hâte de goûter ces 2009  au mois de mars pour voir si les dates de vendanges précoces, tardives, se retrouvent dans les vins, puisque je lis que partout ce sera bon, ce sera encore un mystère du vin à éclaircir.

Aussi, tant que l’on est dans les réflexions sur le vin, le vois et j’entends de plus en plus autour de moi un lever de pied sur les barriques neuves et sur le boisé en général. Est-ce vrai ? est-ce conjoncturel ? est-ce à cause du prix des barriques ? 
Ce qu’il y a de sûr, c’est que nos grands professionnels n’aiment plus sentir la barrique neuve dans nos grands vins, cela ne veut pas dire qu’ils aiment le goût de la vieille barrique.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans Divers
commenter cet article

commentaires