Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

22 juin 2007 5 22 /06 /juin /2007 13:12

Vinexpo 2007 : première fois à Bordeaux pour mon entreprise, après notre participation à Hong Kong l’année dernière. Sur notre stand situé Hall 3qui finalement avait l’avantage d’être éloigné, presque que des visites professionnelles de gens ayant fait la démarche de nous trouver pour parler d’actions commerciales et finalement peu de « touristes ».

 La synergie de ce stand avec les co-exposants Rollan de By, Laussac,  Château Classic et nous (plus les Vignobles Fayat) a donné de bons résultats et nous reviendrons sans aucun doute dans 2 ans.

Beaucoup de contacts, amicaux, relations publiques et surtout boulot. Nous sommes en train de tisser des relations nouvelles dans des pays que j’avais un peu mis de côté (Taiwan, Corée, Brésil etc..)

Jeudi repas pour moi en compagnie de quelques collègues et de journalistes au restaurant Saint James à Bouliac. Repas de très grande qualité et des vins que j’ai bien apprécié puisque ce n’était pas pour le travail, mais pour notre plaisir. La discussion a été animée, bien que courtoise : certains grands professionnels confondent encore goût de terroir avec cave humide, brett et TCA, la typicité est tellement voulue que les défauts sont pris pour des qualités.

Et aujourd’hui, rebelote avec des Chinois de Taiwan.

Partager cet article
Repost0

commentaires

patrick 23/06/2007 14:46

Comme beaucoup j'apprecie la pureté d'un vin et me désole devant des notes aromatiques déviantes. En revanche je me méfie des vins oenologiquement corrects qui manquent d'âme :
 car on les sulfite trop tôt en les asséchant,
car on ne prend pas de risque dans la sélection des lies ce qui conduit à les éliminer purement et simplement,
car on boise fort sans discernement et systématiquement pour refuser toute réduction et pommader les crus en jeunesse,
car on chauffe les cuviers pour accélérer les fermentations,
car on systématise les soutirages, etc, etc...
Une forme de "petite mort" du cru de haut vol serait de croire que tout parémétrer au maximum aboutit à un vin maximum.

Fauvel Pascal 22/06/2007 21:18

Entièrement d'accord avec cette "méconnaissance" des défauts du vin qui ne participent en rien à une quelconque typicité, ni à une authenticité de terroir, ce qui ne veut pas dire que l'on défende des vins pour lesquels les procédés de viticulture et de vinification vont outrancièrement vers le ventre mou de la standardisation.
Le jour, puisse-t-il exister vite, où on arrivera à éviter les écueils de ces deux attitudes, sera un grand jour pour la satisfaction et le plaisir du consommateur. Tel ce Chateau Ausone 2005, dégusté avant hier, merveille absolue dans un monde de brutes.