Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2007 3 06 /06 /juin /2007 16:08

Certaines pubs font parler... Y compris sur le forum de la Passion du Vin où ça discute ferme au sujet de la pub pour les Vignobles Fayat et aussi de celle  faite pour mes vins,toutes  les 2 parues dans la Revue du Vin de France.

Voici quelques uns de mes commentaires sur les réactions qu'elles ont suscité :

J’ai regardé la Revue du Vin de France et comme vous, je pense que telle ou telle publicité pourrait être mieux, différente, y compris celles que je fais.
Comme l’a dit Mr François Audouze, nous sommes dans un monde de communication (la preuve : ce site) et en tout cas, j’ai rarement vu autant de commentaires sur une pub, preuve qu’elle « accroche ».
Quand il s’agit d’une histoire récente comme les nôtres, peut-on faire des pubs classiques / « classe » ? Nous sommes et seront toujours considérés comme « étrangers » au système, et même considérés comme des « parvenus » ou nouveaux riches, etc… Donc, pas de quoi s’offusquer de surprendre, même quand le message voulu au départ est transformé, voire déformé ou pas compris.
Clément Fayat, dont je suis vraiment heureux d’être gérant de ses vignobles, a été l’employeur de mon beau-père qui a travaillé toute sa vie dans la première société de Clément Fayat (il était le 15ème employé).
Je voulais une autre image que l’habituelle photo du château et que l’implication des enfants dans le groupe et le vignoble soit également perceptible par nos clients, négociants, et employés.
Quant à moi, mon cœur fait boum, voire boum-boum, comme dans la chanson de Trenet. Pour quoi un coq ? Parce que je l’ai toujours sous la main, pardi ! Il est toujours disponible : il s’agit d’un coq bâtard de Chinois et de Nègre-Soie. Il fait partie de mon univers d’enfant et il est devenu une sorte d’animal fétiche, présent d’ailleurs sur les étiquettes de Clos Badon, mais ce matin j’aurais bien fait une photo avec Max, mon chien, ou Inao, note chat chartreux. Et pour info, le père de ce coq noir, qui lui est plutôt blanc, a déjà dépassé 10 ans d’âge, ce qui est plutôt rare pour un coq… mais il est vrai qu’il boit du Valandraud de temps en temps !
(Je comprends pourquoi Bertrand me dit ne pas apprécier Pingus : il cherche à être convaincu, comme le faisait Jacques Luxey quand il s’agissait des mérites réciproques du millésime 1928 – le sien – et du 1929 ! )

Partager cet article

Repost 0
Published by Thunevin - dans C'est dans l'air...
commenter cet article

commentaires