Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2007 5 16 /02 /février /2007 14:24

De retour après 15 jours de voyage à Singapour et au Japon, et après 24 heures de taxi -salle d'attente - avion (14 h !)

Lors de mon voyage au Japon, avec l’équipe d’une petite chaîne de magasin alimentaire spécialisé dans les vins , j’ai eu à promouvoir un vin dont je parle très peu : Château Jacques Blanc L’Apogée 2000 et 2001. Ce vin réalisé sur 2 années a été mon incursion dans la biodynamie et à Bordeaux avec notre climat océanique  humide, ce n’est pas facile.

Pour marquer les esprits, j’ai dit que ces vins étaient 105 % en biodynamie.

En effet, la propriété, avant  d’être en biodynamie avait été en bio très longtemps et les personnes en charge de la propriété étaient très sérieux. Mais, en plus, nous avions pu choisir une pièce pour servir de chai qui était neutre de toute influence passée (car n’ayant jamais contenu de vin) et qu’en plus de toute l’attention habituelle chez nous concernant la propreté, la pureté des raisins,  le 100% barriques neuves, les vinifications sans ajout sauf le soufre (levure indigène, malo en barrique), ni filtration, ni collage… tout cela pouvait nous permettre de dire avec un peu de provocation que c’était un 105 %, puisque dans nos sociétés de performance, il faut toujours plus ! Et comme je répondais à une question sur le fait que souvent les vins bio et biodynamie étaient décevants bien que réalisés par des gens « intégristes » (ou plutôt à cause), le manager  m’a assuré qu’il avait choisi ce vin non pas pour le label Demeter mais tout simplement parce qu’il avait aimé les qualités de ce vin. Bravo aux distributeurs  capables, encore aujourd’hui, de fonctionner sans avoir besoin d’un prix bas ou d’une notoriété établie pour acheter et bien vendre nos vins. Ce même distributeur a dans ses magasins : Valandraud, Virginie de Valandraud,  3 de Valandraud, Clos Léo 2004 et Caroline de Clos Léo 2004.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thunevin - dans Primeur
commenter cet article

commentaires