Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

8 janvier 2007 1 08 /01 /janvier /2007 14:29

Dimanche midi, premier repas avec les plus gourmands arrivés pour préparer le repas du soir (nous, les Pinaud, les Bizeul)

1 Blanc de Bret brothers 2003 appellation Viré Clessé La Verchère, offert par Patrick me semble-t-il, pour parfaire mon éducation….A suivre un Clos Vougeot 1992 de Leroy, assez fatigué à l’ouverture et miracle, ce vin s’est ouvert au bout de 5 minutes dans le verre, bon vin surtout si l’on pense au millésime. Il m’en reste  5 bouteilles que je vais peut-être vendre car à 180/200 euros, je pourrai acheter pas mal d’autres bonnes bouteilles et pour finir en beauté ce repas de midi une bouteille de Latour à Pomerol 1955 qui nous a offert ce qui ce fait de mieux à Pomerol dans cette grande année (année de naissance de Martine et Murielle). Le vin n’a commencé à faiblir qu’au bout de 20 minutes, mais quel vin ! Il est évident que la bouteille n’avait pas fait d’autre voyage que du précédent propriétaire à nous.

 

 

Dimanche soir, tout le monde était là, à l’exception de 2 couples d’amis, donc nous étions 10 (avec les Ambayrac et les Quéron)

1 magnum de champagne Duval le Roy 1998 blanc de Chardonnay très bon, 2 demies bouteilles d’Yquem 1997 : j’aime ce vin (et tout le monde avec moi), mûr, opulent sans être lourd

1 Meursault  Bouches-Chères  2004 de Buisson Charles qui nous a permis de faire la transition entre Yquem et Petrus (excusez du peu !).

1 Petrus 1990 pour faire taire ceux qui se complaisent à dire du mal de cette icône : le vin était parfait, belle maturité . A ce niveau tout ce que l’on pouvait regretter, c’est un peu de  folie, mais ce n’est pas le genre de la maison…. Nous (Murielle et moi) faisons partie de ceux qui ont eu leur 1er coup de foudre pour les grands vins avec Petrus 1955, bu en 1982 à Montpon Ménestrol au Petit Prince, cela sera donc toujours pour nous un vin spécial !

Ensuite  l’Eglise Clinet 1990, parfait, encore un peu jeune, vin très différent du 1er, plus « léger », plus épicé, sans doute ces formidables  Cabernet Franc qui donnent cette élégance au vin. 

Ensuite, LA bouteille de la soirée : 1 Latour 1982 qui était en tous points remarquable : Pauillac en début de maturité… le magnum aurait été nécessaire. L’agneau broutard aux herbes de Provence et à l’ail  cuisiné au four transmutait ce vin en délice, mais bon, je ne vais pas faire la promotion de Latour (qui n’a pas besoin de moi pour ça).

1 Le Pin 2004 pour ne pas concurrencer ce Latour 1982 et pour faire plaisir en pensée à notre ami Alain, et régaler toute notre famille gourmande. C’est la vin qui fait aimer le vin, même à ceux qui n’y ont jamais goûté (et l’un des inspirateurs de Valandraud), bu encore avec rapidité et gourmandise, le vin sexy par excellence.

Après minuit, la première bouteille sur les chocolats et les gâteaux basques de Lopez, notre Maury 2004 qui, après tous ces merveilleux vins, a fort convenablement tenu sa nouvelle place et me fait penser que nos 500 caisses de 6 n’auront pas de mal à convaincre ceux qui ne connaissent pas le Maury d’en tomber fou amoureux. Voilà pour ce repas de réveillon, avec comme il se doit huîtres, foie gras, saumon, grosses crevettes, gigot et petits légumes, fromage de Brie à la truffe, desserts, et cie…Tout ça sans être ni malade, ni trop fatigué.

Vive la cuisine familiale et les grands vins.

Le Lundi midi, avant de reprendre la route pour nos 3 couples résistants (Bizeul, Pinaud, Ambayrac) :

1 Meursault les Chevalières de Bernard Boisson Vadot : bon, mûr, équilibré, un peu fermé

1 Sancerre  d’Alphonse Mello Edmond 2001, superbe

1 Chochu, alcool de blé japonais élevé dans nos barriques de Valandraud, superbe sur le saumon (et dommage qu’il n’y ait pas eu de caviar)

Ensuite, Flor de Pingus 2003 pour être en pensée avec Peter Sisseck

Et quand même, un vin de la maison : Valandraud 1998 car c’est actuellement notre vin préféré.

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires