Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2006 5 08 /12 /décembre /2006 13:55

Hier midi après une  discussion en vue d’établir un partenariat avec un distributeur aux Etats Unis et l’élaboration d’une marque commune, repas avec François Mauss pour parler justement de l’évolution de ce marché américain et de la révolution des médias à venir, du Grand Jury  Européen et de la place d’internet…  tout ça comme prétexte pour passer un bon moment ensemble même si les sujets abordés étaient sérieux.

L’occasion était belle pour goûter un Clos Vougeot 2004 de Mr François Legros, 1er cru Les Cras : bon vin, net, agréable à boire, assez gras en bouche mais qui manquait un peu de concentration et de bois neuf à mon goût. Mais j’ai des goûts de luxe, et buvant peu de Bourgogne, je ne boit que le meilleur. François a bien apprécié en tout cas.

Après et vraiment un cran en dessus, un Gevrey Chambertin 2002 Corbeaux de Lucien Boillot et là on est presque au vin que j’aime : fruit très présent, belle fraîcheur, longueur et boisé neuf élégant. Très agréable à boire, même Murielle a apprécié. Un peu plus concentré et ce vin aurait été parfait pour moi.

Dans les 2 cas, 2 bons vins avec une nette préférence pour le 2ème.

Merci à Patrick qui, par bouteilles interposées, essaye de m’initier au pinot bourguignon.

Partager cet article

Repost 0
Published by Thunevin - dans Dégustation
commenter cet article

commentaires

:0085: Youk 1er de Bourgogne 16/02/2007 16:26

Intéressant. J'espère pouvoir obtenir ces 2 bouteilles pour me faire une idée...Amicalement.

Patrick Essa 11/12/2006 12:58

On dit souvent qu'il n'ya pas de vins sous boisés mais trop de vins "sous vinés". Cette remarque qui paraît assez cohérente ne rend pas "finement compte" des structures tanniques initiales des cépages qui laissent tracer les crus.
  Les potentiels tanniques des vins bourguignons sont bien moindre en moyenne que ceux qu'autorisent l'assemblage des cépages bordelais.  Le pinot possède une nature délicate et vouloir le muscler en le concentrant ne permet à personne ensuite de le carapaçonner avec des tanins de merrains saillants. Sur la durée l'harmonie du vin en souffre et au lieu de polir ses artificiels et abondants tanins il ne fera que se déssécher autour de son substrat originel.
 Je ne sais pourquoi au juste cette amalgame tannique est si différent d'une région à une autre mais je n'oublie pas non plus que l'on soutire tous les 3 mois dans les grands crus du médoc, là où le cab.sauvignon est très souvent majoritaire. A chaque soutirage le vin se débarrasse d'une partie de sa guangue tannique conférée par le bois et en quelque sorte "superposée" à celle de ses fruits initiaux. Impensable d'agir ainsi sur un cépage aussi volatile que le pinot noir, il y perdrait ses plus fins précurseurs aromatiques.
  Les vins sont évalués jeune sur la base de leur densité alors qu'ils sont destinés à être consommés agés sur la base de leur capacité de maturation. Qu'on se demande réellement s'il est possible de donner le visage d'un adulte à un enfant de 7 mois  ?
   Je suis certain que l'approche primeur des vins est aléatoire et que surtout il est absolument hors de doute qu'on ne peut aborder les dégustations des vins de ses deux régions à ces moment là sans se demander ce qui confère au final la race ultime de leurs grands vins.
   L'un doit posséder des tanins saillants alors que l'autre doit posséder une trame soyeuse. On se retrouve ensuite sur leur longueur et leur "race" comme concordances qui peuvent guider les plus fins des évaluateurs de tous horizons.
  A ce titre percevez comme souvent un pirate peut être "bombarder" au milieu d'une série cohérente...Nos sens ont du mal à s'adapter tout simplement ! Et le plus terrible est que cela n'a rien à voir avec le goût propre. C'est un effet de champ...

Jean Luc Thunevin 11/12/2006 11:52

Patrick, les yeux de Laurent Baccal ne m'empêchent pas d'aimer en regarder beaucoup d'autres. .. et pour ce qui est du vin, moi aussi j'aime les sentiers imprévisibles mais je n'y vois que des avantages : si ce sentier est bordé de beaux bois, j'aime ce que m'apportent les chênes dans mon assiette (cèpes, truffes) et dans mon verre ( joli boisé, épices..). En tous cas, je suis d'accord pour être initié et je suis assidu aux travaux pratiques.

Patrick Essa 10/12/2006 12:32

  Merci pour ces commentaires Jean-luc.
   J\\\'essaie de te faire découvrir la Bourgogne par les sentiers les moins balisés. Je n\\\'ai pas envie d\\\'aller dans le sens de tes goûts car les résultats seraient très prévisibles. Chacun connait en Bourgone les crus qui plaisent facilement à nos amis bordelais, ce sont ceux qui en général leur ressemblent...et bien entendu la réciproque est vraie! Combien d\\\'ailleurs le plus grand goût multiple finit par niveller les structures formelles des vins. Il est nécessaire que ces crus ne soient pas des clones stylistiques. Ainsi le pinot noir aux tanins abondants et au boisé "imprimé" perd-il toute son originalité sensuelle. Qu\\\'un grain de merrain puisse se substituer à un tanin de peau ne peut faire qu\\\'une courte illusion et il faut bien signaler hélas que les journalistes de la planète se fourvoeint avec une grande constance, sur ce qu\\\'il convient de vraiment appréhender comme "grand" mais surtout "original".
   Le débat est infini et sans doute un peu ésotérique mais je continuerai de te faire parvenir des vins qui sont originaux et destinés à être envisagé sous l\\\'angle de leur personnalité propre. Compare t\\\'on toujours un regard à celui de Laureen Bacall ?

kane 08/12/2006 14:19

Etudiant en Master Finance, à l'universitéde Bourgogne. Dans le cadre d'un travail de recherche en politique financière,je suis amené à étudier plus particulièrement la politique de financement d'uneentreprise. je suis à la recherche d'informations sur les indicateurs sectoriels concernant le marché du vin (Chiffre d'affaires moyen, taux de croissance, taux de marge, niveau d'endettement etc...). Pourriez vous m'aider dans ma quete d'information?? Marci

Jean Luc Thunevin 08/12/2006 16:49

Le plus simple serait de consulter des revues spécialisées (Loupe Financière par exemple) et bien sûr vous pouvez contacter les greffes des tribunaux de commerce ou peut-être même la Banque de France.