Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 novembre 2006 1 06 /11 /novembre /2006 10:53

Le 1er novembre au soir, repas au restaurant de Cordeilhan Bages à Pauillac.

Le chef, Thierry Marx, reconnu comme un des tout meilleur chefs français par Gault et Millau, Michelin, etc… nous a régalé et étonné par ses créations culinaires dans l’esprit « Bulli ». Service attentionné, sommelier sympa.

Le champagne Billecart Salmon offert par l’ami Jean Michel Cazes nous a permis d’attendre avec plaisir en sa compagnie, l’arrivée de Philippe Porcheron (propriétaire de Marojallia et Clos Margalaine et de CaTherine Laurent du Pavillon De Margaux, ainsi qu’un ami courtier et sa femme.

Repas très sympa, ambiance très amicale qui nous a emmené à minuit passé sans que l’on voit le temps passer, ce qui fait que le retour en voiture fut vraiment dur pour moi. Heureusement que nous n’avions pas trop bu (à l’aveugle) : 1 Pouilly (dont j’ai oublié le nom), 1 Chateauneuf du Pape Blanc La Nerthe 2003 et un syrah Léone 1998 du Domaine Peyre Rose, fait par Marlène Soria.

Les  10 ans du Grand Jury Européen à la Villa D’Este, palace situé sur le lac de Come, où nous avons été invités nous ont permis de passer un excellent week-end où travail et plaisir furent intimement liés.

A l’aller, vol Air France Bordeaux Paris puis Paris Milan, suivi d’une course en taxi de 45 minutes pour arriver dans l’un des plus beaux hôtels du monde, La Villa d’Este.

Le temps de poser nos affaires et nous avons pu assister à un débriefing sur la dégustation en cours où j’ai pu constater la grande perspicacité des dégustateurs qui, à l’aveugle, ont pu reconnaître à plus de  80 % la provenance des vins (Italie, Australie, Bordeaux, Bourgogne, Languedoc) car c’était une vraie séance de travail. J’ai pu constater que souvent, ils trouvaient le cépage après la région. Et dire qu’à Bordeaux, dans nos AOC, on interdit encore de mentionner le cépage sur l’étiquette légale !

Bon, ensuite on a pu discuter et parler avec quelques membres du Jury et être invités à déguster de très bons vins sur un formidable risotto. C’est toujours un plaisir de retrouver autour du big boss François Mauss et de son équipe,  Philippe Bourguignon du restaurant  Laurent, Bernard Burtschy  (qu’il n’est plus besoin de présenter aux Français, mais comme notre blog es traduit en japonais, il faut préciser qu’il est l’un des meilleurs critiques mondiaux, qu’il a travaillé au Gault et Millau et qu’il est aujourd’hui à la Revue du Vin de France), Stéphane et Christine Derenoncourt célèbres consultants  viti-vinicoles, Otto Geisel propriétaire d’un grand hôtel restaurant en Allemagne et ardent défenseur de notre Clos Badon, Louis Havaux journaliste belge qui goûte bien (souvent comme moi, c’est pour ça que je dis ça !), Joël Payne (qui me fait penser à chaque fois que je le vois à ce grand acteur français Jean Reno, allez savoir pourquoi ), Jacques Perrin de le revue suisse Vinifera, le Docteur Patrick Regamay qui fut l’un des premiers à venir visiter Valandraud et qui en 1993 m’avait fortement séduit par ses connaissances dans le vin et bien sûr par son talent en médecine , l’ami Wilfred Van Gorp qui nous a gâté chaque fois que nous sommes passés à new York (psychanalyste  fou de vin), Laurent Vialette collègue négociant et aussi quelques amis bordelais invités pour l’occasion : Jean Guyon  (Rollan de By, Haut Condissas), Jeffrey Davis (collègue négociant), le jeune Cuvelier (de Clos Fourtet) et sa femme, et surtout mon ami Bernard Magrez avec qui nous avons longuement parlé vins, commerce, communication, développement et qui nous a fait le plaisir de nous ramener à Bordeaux dans son jet Falcon 50 qui est un outil de travail extraordinaire pour voyager (8/9 personnes) tout en travaillant et c’est vraiment un luxe rare de pouvoir discuter et arriver à Bordeaux 1 h 30 plus tard (au lieu de 5 h mini par Air France) sans avoir vu le temps passer.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Thunevin - dans Divers
commenter cet article

commentaires