Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 octobre 2006 1 16 /10 /octobre /2006 13:11

FRANCE 5 DIFFUSERA DEMAIN 17 OCTOBRE A 15h 45 UN  FILM DOCUMENTAIRE DE 52' :

SAINT EMILION, QUI L'EUT CRU ? 

Le terroir du Saint-Emilion est la seule région vinicole à reclasser ses grands crus tous les dix ans. Traditionnellement considéré comme l'unique référence de valeur, ce classement mérite-t-il encore sa réputation à l'heure de la globalisation, où de nombreux viticulteurs se soucient davantage de l'évaluation de leur vin à l'échelle mondiale ? Une question à laquelle tente de répondre ce film, en suivant quatre viticulteurs aux vins reconnus internationalement mais aux démarches différentes.

 

Août 2005 : vendanges en vert. Sacrifier les premières grappes pour aérer la vigne ne fait pas l'unanimité dans le milieu traditionnel du vin. Chez les Thunevin, ce choix s'est imposé dès les premières années d'exploitation de leur petit vignoble. Le "vin de garage" (un très grand vin produit sur un petit vignoble) de ce couple se vend aujourd'hui très cher, principalement au Japon et aux Etats-Unis.

François des Ligneris, héritier de la tradition et propriétaire d'un grand cru classé, n'hésite pas à qualifier d'effrayante cette sélection qui génère des vins spectaculaires éloignés, selon lui, de l'identité du vignoble. Inutile, selon lui, lorsqu'on a la chance de bénéficier d'un terroir aussi exceptionnel que celui de Saint-Emilion. Sur ses 5500 hectares, cette appellation ne compte pas moins de 800 châteaux.

S'ils divergent sur les méthodes, tous les viticulteurs s'accordent sur un point : le choix de la date des vendanges constitue une étape essentielle. Pour François Mitjavile, philosophe et perfectionniste qui a su hisser son vin au sommet de l'appellation sans être classé, il s'agit d'un enjeu crucial qui exige tout le savoir-faire du vigneron afin de juger du bon moment pour initier la vendange.

Pour Catherine Papon-Nouvel, rare viticultrice qui a repris avec succès, il y a peu, les rênes des vignobles familiaux, la maturation des raisins ne doit pas excéder quatre à cinq jours. Les Thunevin ont opté quant à eux pour le tri du raisin grain par grain, pour ne garder que les belles grappes.

Chaque nouvelle étape du travail implique des choix et l'utilisation de techniques souvent de plus en plus sophistiquées. Ainsi en est-il des fûts pour l'élevage, des méthodes de vinification développées avec les oenologues et de la taille de la prochaine vigne. Le temps de la vente en primeur permettra aux négociants et aux critiques de déguster et d'évaluer les vins un an avant leur mise en bouteilles.

Tout au long du documentaire, Pascal Fauvel, dégustateur consultant qui en est le coauteur, sert de guide auprès des quatre protagonistes qu'il connaît bien, lui-même ayant appris son métier à Saint-Emilion.

Dans un contexte de crise économique et de globalisation, le documentaire pose la question de la valeur du classement face à celle de la critique et du marché. Seuls François des Ligneris et Jean-Luc Thunevin ont présenté un dossier pour le classement 2006.

L'un par obligation car déjà classé, le second parce qu'il entend bien léguer un jour à sa fille un patrimoine reconnu. Catherine Papon-Nouvel, encore jeune dans le milieu, se réserve pour le classement 2016. Quant à François Mitjavile, il ne souhaite pas entrer dans la compétition, mais tirera les enseignements des résultats. Car le classement de septembre 2006 a réservé bien des surprises...

Anne-Laure Fournier

Première diffusion : mardi 17 octobre 2006 à 15:45 (hertzien et TNT).
Consultez les autres diffusions de ce programme en cliquant ici.

Durée : 52'
Auteurs : Pascal Fauvel et Nicolas Jouvin
Réalisation : Nicolas Jouvin
Production : France 5 / La Compagnie des Phares et Balises
Année : 2006

 

Rencontre avec quatre viticulteurs de talent

 

François des Ligneris
Héritier d'une lignée installée à Saint-Emilion depuis le XVIIe siècle, il se veut révolutionnaire et à contre-courant des modes. Il défend le respect scrupuleux du terroir, "la rencontre du ciel avec la terre" et pourfend les dernières avancées techniques adoptées par la plupart de ses collègues. Il produit un grand cru classé.

 

François Mitjavile
Personnage à part, il fut le premier à bousculer la hiérarchie saint-émilionnaise par des pratiques viticoles audacieuses et révolutionnaires. Autodidacte, il se dit pourtant classique et recherche l'émotion plus que la puissance de son vin. Il vend l'un des vins les plus chers de l'appellation.

 

Catherine Papon-Nouvel
Sous son air discret et timide, elle incarne l'arrivée des femmes dans un milieu traditionnellement réservé aux hommes. Elle affirme sa personnalité et travaille pour développer l'identité de ses vins et les imposer au plus haut niveau. Ils reçoivent aujourd'hui les meilleures critiques.

 

Jean-Luc et Murielle Thunevin
La success story débute il y a dix ans, lorsque l'ancien employé de banque et l'ex-aide-soignante investissent à Saint-Emilion à la suite d'une opération immobilière réussie. Leur vin se vend aujourd'hui 200 euros la bouteille, notamment au Japon où ils sont devenus des stars! Ils se situent dans la tendance des vins du "nouveau monde".

(présentation extraite du site de France 5 www.france5.fr rubrique actu-société)

Première diffusion demain 17 octobre à 15 h 45

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Thunevin - dans C'est dans l'air...
commenter cet article

commentaires