Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

17 mai 2005 2 17 /05 /mai /2005 23:00

La polémique naissante entre le Grand Jury Européen et un journaliste spécialisé me fait repenser à la conversation que j’ai eue hier avec Hervé Bizeul du Clos des Fées.

Nombreux sont ceux qui, sur Internet, font preuve d’un grand talent d’écriture. Avec leurs mots, ils ne se contentent pas de rendre compte de l’évolution des vins ou de l’état de tel ou tel vignoble, ils expriment les sensations, les sentiments qu’ils éprouvent lors de la dégustation d’un premier grand cru ou d’une cuvée moins renommée mais qui peut rivaliser avec les meilleurs. Chez eux, la langue de bois est proscrite.

Ces talents sont, bien souvent, inexploités par la presse spécialisée. A côté de comptes-rendus de dégustation en Bourgogne ou de commentaires de dégustation d’un vieux Bordeaux, beaucoup d’articles publiés paraissent plats et mornes, sans passion.

Internet recèle de perles rares, d’amoureux du vin qui savent en parler. Pourquoi ne pas leur donner une tribune, une chronique dans telle ou telle revue ? La lecture de leur prose apporterait sûrement un nouveau entrain à ceux qui, comme moi, réfutent les idées arrêtées et réactionnaires.

 

Pour conclure, il est amusant de constater que lorsque les journalistes n’ont plus de vin à critiquer, ils se critiquent entre eux !

Partager cet article

Repost0

commentaires

yannick 20/05/2005 11:17

Nous devrions créer un guide des vins basés sur le principe du Guide Zagat des
restos : commentaires et notations réalisés par le consommateur, de façon anonyme. Il serait bon d'étudier la faisabilité d'en lancer un sur les vins. Nos majestés BoB 1er, Fort Braquet et autre Bête-ane...qui ont capturé à leurs profits le juteux marché de la prescription et de la critique s'en trouveraient fort marris mais les classements anté diluviens et obsolètes à la bordelaise pourraient bien exploser. Ce qui laisserait la place aux vins d'expression.
Qui m'aime me suive !
Au passage, si quelqu'un a des idées pour solutionner les problèmes techniques liés à la collecte et à la compilation de l'information, je suis preneur.

Patrick Essa 18/05/2005 23:25

Une tribune ? Mais il faut pour cela un tribun ! La presse spécialisée ? Mais qui est critique spécialisé de nos jours ? ......Professeur : un type qui sait donner la leçon avec conviction. Avocat : un type qui sait argumenter avec mesure ; sommelier : un type toujours prêt à servir; journaliste : un type qui sait trouver les mots; correcteur : un type qui permet aux précédents de les faire émerger...et tant d'autres évaluateurs péremptoires suivis par les masses confiantes de fidèles respectueux.Prenez votre plume, faites la virevolter avec maestria, affirmez négligemment que votre époque décidément n'est plus aussi raffinée que le glorieux passé d’une civilisation multiséculaire emprunte d’une sophistication oubliée et soulignez que le futur est porteur de nombreuses espérances car enfin « ils »( les jeunes vignerons qui m’écoutent ) ont compris. Ainsi coincé entre passé et présent vous pourrez derechef fustiger les vins d'aujourd'hui en magnifiant les vieux flacons d’hier tout en faisant mine de découvrir -par votre fastidieux travail- les futurs crus d'élite à venir…Tout est question de timing, gardez vous du présent comme de la guigne …les grands vins « ont été », « sont entrain » où « vont être » mais combien « sont » ? Critique c’est un peu un tic, récurent comme un hic, il te fait la nique, te sors un hic ou en veut a ton fric, mais si tu le piques t’es bon pour les coups de trique !Laissons donc ses spécialistes se spécialiser dans une spécialité qui n’est pas la leur et continuons de regarder le vin droit dans les yeux comme une boisson culturelle qui évolue au rythme des générations qui la boivent, comme quelque chose qui est, vit, et échappe à toute mesure…Patrick Essa - Meursault