Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 13:03

Au repas, questions de Jeff sur le pigeage : pourquoi, comment…difficile de répondre si on ne voit pas faire ce travail dans un chai. J’ai essayé d’expliquer qu’aujourd’hui, à mon avis, il y a dans ce choix un argument psychanalytique.

Je souffre, c’est dur. Je touche de manière charnelle cette matière : le contact et la douleur donnent plus d’impact à l’acte de création, mais il n’empêche que le pigeage ne doit être effectué que sur des raisins bien mûrs, sinon attention les dégâts : les mauvais tanins et le côté végétal seraient encore plus perceptibles !

 

A table, sur des petites crevettes grises de l’Estuaire de la Gironde, bien vivantes avant d’être juste saisies dans l’huile d’olive, un Blanc de Valandraud n°1 2007.

 

Ensuite, à l’aveugle, à table, avec le Pata Négra, un Le Gay 2003 et un Clos du Mont Olivet 2003 Cuvée du Papet.

Préférence : 4 voix pour Le Gay et 2 voix (Jeff et moi) pour ce très bon Chateauneuf-Du-Pape. Catherine n’a pas reconnu son vin.

Les dégustations à l’aveugle devraient être interdites…

 

Ensuite, sur la viande de bœuf, frites comme chez l’Ami Louis, et cèpes frais de la Corrèze, un Gracia 1998 et un Latour 1998.

Là, 3 voix pour Gracia (moderne et soyeux), 3 pour Latour un peu plus austère, ancien style pour moi.

 

Toujours sur la viande et un bon fromage de brebis, un La Dominique 1989 et un Troplong Mondot 1989. 5 voix pour La Dominique (vraiment époustouflant) – acheté par moi-même en Angleterre il y a quelques mois au doux prix de 70 euros. Murielle a dit : Pomerol ? Pétrus ? C’est dire !

Troplong Mondot 1989, plus ferme. Le terroir oblige d’attendre encore plus de 10 ans pour être à son avantage. Le terroir, le terroir, c’est sûr…difficile de lutter.

 

Ensuite, Jeff, à l’aveugle, nous a sorti un Weinert 1977, que j’ai mal goûté (volatile, acide). Sans doute un défaut, ou la bouteille, ou alors difficile de passer  après cet énorme La Dominique 1989. Ce vin, je l’avais très bien bu, au point d’en acheter une caisse chez mon ami Adi Werner à Saint Christophe dans l’Alberg (Autriche).

Le vin d’Argentine a été, sans doute, l’un des meilleurs 1977, fait pour marquer les dates anniversaires (Virginie).

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Luc Thunevin - dans Dégustation
commenter cet article

commentaires