Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 août 2009 5 14 /08 /août /2009 10:19
 

« Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font.»


C’est ce que dit Jésus sur la croix et, avant de prendre l’avion, je deviens souvent un peu plus sensible à l’idée de dieu, du destin, de la vie et ses limites !

Mais ce n’est pas pour ça que j’ai donné ce titre à mon dernier billet avant de partir au Brésil, mais en pensant à des amis proches qui ces derniers jours ont voulu se faire mal en buvant quelques mauvaises bouteilles simplement pour vérifier une évidence. Ce n’est pas parce qu’il distribue des notes, des classements, des commentaires, qu’un journaliste critique et que le média pour qu’il écrit est crédible. Le métier de journaliste en vin comme celui qui le fait n’a pas besoin de diplôme, de talent pour exercer. C’est souvent ainsi dans beaucoup de métiers, il n’y a pas que dans le vin que cela pose problèmes, mais pour ce qui nous concerne, il serait urgent pour quelques critiques d’aller se faire étalonner le goût au moins pour un minimum requis (les défauts) auprès de quelques bons professeurs, quelques bons professionnels, viticulteurs, œnologues, voir confrères. Le Diplôme Universitaire d’Aptitude à la Dégustation (comme Jean-Marc Quarin) ou autres formations ne seraient pas inutiles et, à condition d’avoir un minimum de qualités requises, une bouche en bon état et un nez qui fonctionne, permettrait à quelques critiques d’être moins mauvais et critiqués !

Tout le monde n’a pas à avoir le talent de Parker, Bettane, Burtchy, Rolland ou Dubourdieu, et bien d’autres, mais l’employeur d’un mauvais journaliste finira par perdre tous ces clients et ses annonceurs si un minimum n’est pas au moins requis. Je parle bien sûr du goût, mais il n’est pas le seul à remettre en question, un mauvais jugement, des à priori culturels, politiques voir racistes peuvent être encore plus graves.

Mes amis qui ont voulu goûter ces quelques mauvais vins ont aussi pu boire quelques bonnes bouteilles et faire un bon, très bon repas.

Aucun nom pour l’instant, bien que cela me démange, je vais vous laisser imaginer de qui je parle.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Luc Thunevin - dans Divers
commenter cet article

commentaires

patrick essa 16/08/2009 18:02

Je suis peu en phase avec Patrick pour son analyse consensuelle car elle ne reflette que ses propres goûts. Ce ne sont pas les miens en matière de critique et si j'en juge le billet de Jean-Luc il semble que nous ayons tous les nôtres et qu'il soit très difficile de passer pour  celui qui de manière omnisciente porte en lui "la" vérité. En ce qui concerne le LR il est encore trop morcelé et peu cohérent pour les amateurs qui le voient de loin puissent bien le comprendre. La région ne sera vraiment au niveau des plus grandes que lorsqu'elle poura arguer d'un classement de ses sols ou des ses communes. Sans celà il subsistera une espèce d'anarchie très éloignée des soucis " de base" de l'amateur de vin exigeant mais peu renseigné qui souhaite investir sans passer par une analyse archéologique des lieux.

diego 15/08/2009 15:52

bonjour. Pas trouvé,je donne ma langue au chat !

mauss 14/08/2009 18:09

J'oubliais : tu avances à grand pas dans un beau mysticisme qui, fatalement, sera un jour ou l'autre remarqué au Vatican.Encore quelques pas dans la bonne direction, et avec un appui de mon pote archevêque, pourquoi pas ne pas rêver d'être sur la liste des fournisseurs officiels ? Un peu plus classe que la trop commune liste de la Reine des britons !

mauss 14/08/2009 18:00

Bon, on ne va pas te chahuter pour savoir les noms, bien que je sois certain que chacun de nous en a une ribambelle à ta disposition;Mais voilà bien l'exemple d'un discours "à la française" : on sait complimenter nommément, mais quand il s'agit de morigéner un incapable, va savoirt Cahrles ! Peur de représailles ? Crainte de développer un esprit de délation (pourtant une spécialité française) ? Crainte éventuelle d'une action en justice ? En fait, les producteurs ont toujours - pour les meilleurs - su garder le maximum de neutralité vis à vis de ces zozos qui, on le croit à tort, seraient capables, à part Michel et quelques papiers de Bernard dans le Figaro, de peser dans un sens ou dans un autre sur les ventes.Fini tout cela : les blogs et forums sont bien plus recherchés par les acheteurs que les commentaires de telle ou telle revue. Ne jamais oublier que ce qui fait vivre un journal, ce sont les payants, donc les producteurs qui paient les pubs. Les abonnés "lecteurs-amateurs" sont bien moins importants.OK, j'exagère le trait, mais si peu.Conclusion : continue à grogner :a : cela te fait un bien fou, on le sentb : cela démontre encore, s'il le fallait, que le français, en se levant, est le seul individu de la planète à dire "non". A quoi, ça, c'est autre chose, mais il dit "non".Sois sage à Copacabana ! Ne te laisse pas embobiner par le grosse lulu locale : ça ferait jaser et tu connais Murielle : impitoyable :-)

Patrick 14/08/2009 16:59

Le talent de Bettane, certes.Mais le talent de Parker, faudrait pas exagérer, juger un vin sur sa couleur et sa concentration est à la portée de tout le monde. Son talent il l'exerce surtout dans le domaine du marketing.Et ça il sait faire et très bien.Quand on entends les nouveaux propriétaires du château Plaisance à Saint Emilion, qui n'ont rien trouver de mieux que de faire des barriques en bois américain, on comprends bien ce talent. Et là chapeau, mais pour juger de la qualité d'un vin en oubliant ses goûts personnels c'est une autre paire de manche.Luxey et ses amis savaient faire ça très bien.Bettane est peut-être le seul à savoir le faire, d'ailleurs.Parceque Quarin c'est ni plus ni moins un petit ParCoeur.