Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 15:13

Plusieurs livres sur le vin sont en cours d’écriture à Bordeaux, certains encore sous forme de dictionnaire et Dieu sait si la concurrence est rude et les librairies bien pourvues, et 2 autres en Français ont l’air de vouloir aborder le sujet de manière plus romanesque : l’histoire  du patron, du créateur étant plus originale, plus utile que la surface du vignoble ou le pourcentage des cépages.

Qui achètera ces livres à part les intéressés pour leurs cadeaux de fin d’année ? Et encore est-il intéressant d’offrir l’histoire ou les coordonnées du concurrent ?

Vive les livres édités à compte d’auteur, écrits par un « nègre » talentueux et dont le tirage sera décidé à l’avance.

Difficile d’écrire quelque chose de nouveau, utile pour le client et qui marche pour l’éditeur !

 Même les notes, la multiplicité des notes, des dégustations, des médailles etc… font qu’il est difficile de voir ce qui peut nous aider dans notre boulot si ce n’est des sites de châteaux à jour, avec les analyses, numéros d’agrément et autres paperasses utiles à l’export.

Qu’il est loin le temps où Lichine, ou Dovaz, ou le Féret, faisaient la loi dans toute bonne maison !

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans C'est dans l'air...
commenter cet article

commentaires

mauss 08/07/2009 18:13

Jean Luc :Pourquoi veux tu qu'on achète des livres dont 90 % du contenu est obsolète à sa sortie, eu égard aux infos que n'importe quel pékin peut obtenir gratuitement en quelques clics sur le web ?Ce qui reste intéressant, ce sont les atlas : et encore. On trouve de très belles cartes sur le net.Quant aux commentaires de dégustation, ils sont tellement liés au contexte de leur dégustation qu'on est à peu près certain, mutatis mutandis, de percevoir des goûts différents.Relativité des choses…