Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2006 5 21 /07 /juillet /2006 09:36

Vol direct Las Vegas- Londres Gatwick en classe semi-affaires, pas chère mais siège inconfortable, difficile de dormir. Stop à Londres juste le temps de manger et Londres-Bordeaux.

Nous sommes partis avec 47 degrés à l’ombre et 20 % d’humidité, à l’arrivée il ne fait que 40°, mais avec 50 % d’humidité, c’est plus difficile.

Un tour dans les vignes à toute vitesse : déjà les plantes souffrent de la sècheresse, quelques effeuillages trop sévères et les effets sont visibles de suite : belles grillures. Belle récolte à venir, il va falloir faire tomber des grappes et à aujourd’hui encore un bon millésime qui s’annonce. Le boulot à fond la caisse : il faut rattraper ces quelques jours passés à Las Vegas.

Bon, alors, Las Vegas ? je ne sais pas trop quoi en dire … Si ! des chiffres : plus de 35 millions de touristes, des hôtels de  8000 chambres. Nous étions au Bellagio, un des tout bon avec le win’s en mieux me semble-t-il, en tout cas les chambres sont aux normes américaines, propres et spacieuses ( et pas trop chères).

Dans chaque hôtel,bien sûr, des machines à sous, des tables de poker, roulette, etc…ainsi qu’une multitude de bars et surtout de restaurants avec à chaque fois : un  italien, un chinois, un américain et un français style atelier de Robuchon ou Guy Savoy, chez qui nous avons fait notre meilleur repas, niveau 3 étoiles.

Dans tous ces restaurants de qualité, un cave bien fournie avec hélas, peu de vins français, et souvent les plus chers : Pétrus, Ausone, Valandraud. C’est dire qu’il y a  du potentiel à mon avis, même pour les vins pas trop chers, s’ils correspondent au goût des américains (et ça tombe bien puisque je semble faire des produits adaptés).

Je crois que nous avons bien fait d’aller à Las Vegas, j’attends les commandes avec impatience.

Sinon, bien sûr, nous n’avons rien gagné aux machines à sous. Nos pertes sont néanmoins très limitées, les sommes laissées dans les restaurants sont bien plus considérables, avec chaque soir un repas de travail, une dégustation. Heureusement que nous avons été invités par Jean Guyon à un repas où ses vins  goûtés à l’aveugle surpassaient des vins biens connus, classés et plus chers, avec un  Haut Condissas qui m’a bien séduit.

Côté spectacle : Le Cirque du Soleil qui présente 4 ou 5 programmes différents. Notre importateur au eu la bonne idée de nous y inviter et nous avons eu le plaisir de voir celui qui est le plus « érotique » : Zumanity, vraiment très beau.

Bon, à peine rentré que déjà un aller retour à Paris, programmé le 25 juillet pour participer à l’émission de  Nicolas Stoufflet sur France Inter « ça vous dérange ? » , un titre qui me va bien.

Et une semaine à New York du 21 au 26 août avec Christian Dalbavie et Xavier Serin  pour des animations avec nos importateurs privilégiés et des journalistes et surtout le début d’un vrai travail pour les Vignobles Fayat, Haut Carles, Haut Mazeris, etc…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Thunevin - dans Divers
commenter cet article

commentaires

patessa 25/07/2006 13:28

  J'aurais même dû te la garder ! mais je ne savais pas que tu n'en possédais pas et surtout je pensais à une contre-façon, voire à une marque "bidon"...mais le vin était vraiment de bon niveau.

Jean Luc Thunevin 25/07/2006 10:44

J'aurais aimé goûter ce Bel Air Ouÿ 1959 qui était en effet vinifié au Château. Si tu en retrouves, je ferai bien la route...
Dans le même ordre d'idée, j'ai dans ma cave 10 bouteilles de Franc Fongaban 1986 que l'abcien propriétaire avait eu la gentillesse de m'offrir et qui tiennent encore bien la route, pour en avoir gouté une bouteille il a peu de  temps.
Nous aussi, chaleur ! La vigne ne souffre pas encore, sachant que c'est à partir de 30° qu'elle se met en apnée,  je crois. Qu'allons nous faire si c'est encore un grand millésime ? C'est le genre de réflexion à la con qu'on entend de temps en temps par ici, de peur de la dévalorisation du 2005. Même un enfant sait bien qu'il vaut mieux avoir de joies billes dans ses poches que des billes éclatées, cassées... Ici, l'éducation ne permet sans doute pas d'avoir du plaisir 2 fois de suite .

patrick 24/07/2006 16:36

Dans un autre ordre d'idée, je suis tombé sur une bouteille étiquetée Bel Air Oüy 59 en rechetant une cave indépendante. Je pensais que le vin n'était pas ou plus produit à cette époque. Le vin dégusté s'est montré de bon niveau et je l'ai baptisé "ancêtre de valandraud" à table-)
curieux non ?
 
Et ensuite nous tasté "virginie 00" ...ouch....quelle densité, on est pas loin du Valandraud dans ce millésime. 

Patrick 24/07/2006 16:26

Eh oui c'est une évidence !
A part cela pas trop chaud à Saint Emilion. Par ici les vignes sont vraiment très belles et ne souffrent pas du tout de la canicule. Mais on risuqe d'^tre mûr un peu plus tôt que prévu.

Jean Luc Thunevin 24/07/2006 15:51

Patrick, et quand tu penses que nous sommes payés pour ça !  ;-))Blague à part, je remarque que les marques les plus fortes à Bordeaux  le doivent pour partie à leur capacité à occuper le terrain commercial...