Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 10:16

Sur le tableau de Bertrand Le Guern compilant les notes de tous les journalistes sur le millésime 2008 pour 402 vins :

Château Fleur Cardinale et Château La Dominique se trouvent crédités d’une note moyenne de 90/100  et sont classés en 85ème place - tous vins confondus (rouges, blancs, micro cuvées et autres garages compris) et c’est bien


Haut Carles, avec 89/100 et sa 129ème place doit encore faire oublier l’appellation Fronsac.

Virginie de Valandraud doit un  peu pâtir  de son  nom  encore assimilé à un second alors que ce vin ne l’est plus depuis plus de 10 ans !


Clos Badon avec 88/100 et la 191ème place qui correspond à un bon grand cru classé de Saint Emilion, ça tombe bien, le prix correspond !
 Mais est-ce que le classement de Saint Emilion est crédible ces derniers temps ?


Fayat-Thunevin et La Commanderie de Mazeyres avec 87/100 en 264ème place, Clément Pichon 86/100 en 334ème place ont encore du travail à faire pour rejoindre le gotha de Bordeaux.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Patrick Essa 06/06/2009 13:55

  J'avais cru lire il y a quelques mois que tu relativisais grandement ta position vis à vis des notes et leur incidence véritable sur la qualité potentielle de tes vins. Las , je constate que sur ton blog cette dimension normative ne fait que prendre de l'importance jour après jour. Mais enfin Jean-Luc oublie un peu ces indications ponctuelles "mégalo-centrées" et fait confiance à la qualité de ton travail de fond. Imagine t'on Picasso ou Dali se fier aux critqiues de leurs oeuvres de jeunesse pour "savoir" leut talent?    Le drame des primeurs bordelais est qu'ils ne sont plus là pour  indiquer la tendance qualitative d'un millésime avec des "témoins" variés, mais qu'il revêtent aux yeux de la profession un caractère de compétition internationale. Le jour où l'on a pensé qu'il était possible sur la base d'une note de dégustation libellée entre 30 secondes et une minute de doubler ( voire bien plus ) le prix d'un cru on a de fait autorisé une baisse sensible des marchés de 80% des autres vins. 20% de "gagnants", de ce point de vue là c'est un échec retentissant pour une organisation qui est pourtant un modèle sur le plan logistique.On s'est donné le bâton pour se faire battre, j'avoue ne pas comprendre pourquoi l'on s'enfère dans cette logique aussi désuète que destructrice.  Alors créer du "buzz" et être là pour expliquer son travail est sans doute absolument nécessaire mais  en faisant abstraction du "jeu"des évaluateurs de tous bords qui finissent d'ailleurs eux même par se normer les uns par rapport aux autres...