Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 14:05

Hier, Lionel évoquait la réunion pour les 100 ans du syndicat des négociants de Libourne. Ce centenaire se porte bien : petit syndicat mais proche de celui, plus grand, de Bordeaux.  

Ces syndicats nous aident à défendre nos intérêts et il va falloir beaucoup d’énergie pour défendre notre profession par ce mauvais temps quand l’Administration fiscale en rajoute …

 

Rien qu’un exemple : mon entreprise a été obligée de prendre un fiscaliste reconnu (donc cher) pour défendre notre système de provision pour hausse de prix ; car, contrairement à ce que raconte notre président de la République et son ministre de l’Economie et des Finances, l’Administration a l’ordre de changer les règles du jeu des provisions fiscales des négoces de vins utilisées jusqu’à aujourd’hui et qui nous permettent de différer de l’impôt sur les bénéfices et donc de préserver de manière ponctuelle nos fonds propres . 

 

En résumé, la règle de calcul écrite par l’Administration elle-même lui semble aujourd’hui trop imprécise ; au lieu de la réécrire et de contrôler après, elle remet en cause les calculs actuels, conformes à la doctrine et évoque désormais une individualisation par millésime, ce qui revient à exclure de fait le négoce de vins du bénéfice de cette disposition !

 

Le principe « nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude » ne serait ainsi pas applicable à l’Etat lui-même lorsqu’un impôt est en jeu …

 

Impôt différé seulement, mais argent bien utile dès lors que dans le même temps que la récession, nous devrons régler nos fournisseurs plus rapidement et que pour des entreprises exportatrices  comme la mienne, les clients  réclament au contraire des délais plus importants.
Ces règles du jeu qui changent ne devraient pas s’appliquer à mon entreprise régulièrement contrôlée, mais bon c’est comme ça : « nous savons que vous êtes sérieux, mais voilà nous avons des ordres et tant pis ».

 

Tant pis pour moi qui vais devoir consacrer  du temps et de l’argent pour défendre ma gestion, alors même qu’à l’heure actuelle j’embauche du personnel et qu’il n’est pas question de baisser les salaires ou de délocaliser.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans C'est dans l'air...
commenter cet article

commentaires

Laurent 10/02/2009 16:51

C'est un bon commentaire mr thunevin ; pourquoi sanctionner notre industrie alors que nous sommes la seule à ne pouvoir délocaliser notre production ? On ne peut pas emmener le terroir et l'aoc avec soi à l'étranger...