Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

18 mai 2006 4 18 /05 /mai /2006 11:04

A 7 h 30 ce matin, un touriste en camping car me demande où se trouve la boulangerie pour acheter ses croissants pour son petit déjeuner, eh bien , il lui aura fallu attendre 8 h pour l’ouverture…Intra muros,notre village compte peut-être moins de 500 habitants, ceci expliquant cela (et nous recevons plus d’un million de touristes par an)

 

 

Hier soir, à l’apéro, Alain Vauthier  a amené une bouteille de Sanctus 2001 qui s’est bue facilement et avec plaisir à 4. C’est le style de vin que j’aime et que je définis comme « Bordeaux nouvelle vague ». Vive ces différences de style  qui font la richesse de Bordeaux.

Hier toujours,  campagne primeur un peu terne, mais ce matin, pour bien commencer, sortie de Veyry, de Christian Veyry, oenologue  qui travaille avec le Laboratoire Michel Rolland et qui est responsable entre autres  de Château de Carles. Christian a choisi cette année de distribuer une grosse partie de sa production par exclusivités  protégées pour 7/8 pays, laissant le reste libre.

 

 

Je vais essayer de vous expliquer ce que je comprends de nos méthodes de vente par la propriété de nos vins à Bordeaux.

 * 1ère possibilité : toute la récolte est vendue à un seul négociant (ou client, qui peut être un importateur ou la GD).

Avantage : 1 facture – 1 négociation.

Danger : être prisonnier d’un seul client, rapport de force plus direct

* 2ème possibilité : offrir toute la production aux courtiers qui proposent  à qui veut acheter sur la place de Bordeaux.

Avantage : seulement pour une marque à forte demande : liberté totale

Danger : désintérêt des acheteurs dans les millésimes « mous » : aucun contrôle

* 3ème possibilité : Mix  allant d’une distribution totale par pays avec des négociants ou des importateurs par pays à des distributions en partie protégées et en partie libre comme l’a choisi Christian Veyry cette année. Cela peut ressembler à notre système français rêvé : libéral et étatique.

Avantage : protection des distributeurs pour éviter la guerre des marges, fidélisation.

Danger : difficile de croie qu’un pays peut acheter la même quantité de vin chaque année. Que deviennent les quantités non vendues ?

Partager cet article

Repost0

commentaires