Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2009 4 29 /01 /janvier /2009 14:16

J’avais retiré Virginie de Valandraud 2006 de la distribution de place, alors que cela représentait 70 %   de celle-ci depuis 1992.  J’avais néanmoins conservé quelques collègues négociants  amis pour des distributions bien spécifiques par courtier interposé.


Pour Valandraud 2008 , il en sera de même : sortie de la place pour en organiser la distribution entre mon entreprise et quelques collègues négociants qui, pour certains, ont déjà signé des contrats de vente grâce à des courtiers inspirés (hé oui) par ces affaires.


La place joue un rôle formidable quand les temps sont à honorer la demande, mais je suis un peu plus inquiet quand il s’agit de promouvoir et de vendre des crus dans des ambiances moins porteuses.


La place, le système de place est un outil fantastique, mais dans le cas de Valandraud, pourquoi un collègue mettrait-il toutes ses forces dans la distribution d’un vin  qu’un collègue-concurrent négociant produit ? Car même si dans mon cas, j’ai bien respecté les règles du jeu non écrites en étant bien souvent plus cher à la revente sur mon vin que mes collègues, pour la plupart, ceux-ci ne se sont pas posé la question de savoir si cela valait la peine de s’investir sur mes crus. Valandraud, pourtant vendu à plus de 70 % par le négoce bordelais pendant plus de 15 ans, est tombé à 50 % pour le  2007 et sans être trop prophète, je pense qu’il se serait vendu  moins de 30 % de sa production 2008.
Alors dans ces conditions, pourquoi rester dans la distribution du système de place libre et ne pas signer de partenariats formels où chaque client sera protégé dans sa zone de distribution ?


Mon entreprise devient de plus en plus indépendante commercialement, les turbulences spéculatives étaient déjà diversifiées de manière équilibrée en 3 types de vins : ceux produits par nous, ceux vendus en exclusivité et ceux de la place de Bordeaux.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans C'est dans l'air...
commenter cet article

commentaires