Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 octobre 2008 3 29 /10 /octobre /2008 10:32

Hier mardi, grosse journée : lecture du courrier de ces 15 derniers jours avec des demandes en tout genre, signature de nombreux, nombreux chèques pour mon entreprise et les Vignobles Fayat, offres de prix pour Christian... enfin un maximum de ces petites choses qui font que la journée est trop courte, surtout avec en plus la visite d’un brésilien à L’Essentiel (sans doute futur importateur de nos vins dans son pays), celle d’Adi Werner et des ses autrichiens, grands amateurs et professionnels du vin de Bordeaux,  2 verres de champagne  et un peu de Valandraud 98 et de Clos Badon 2001 pour fêter le premier emploi d’une jolie fille avec ses amies, puis direction la librairie–presse de Saint Emilion où Isabelle et François avaient invité Jacques Dupont pour dédicacer son livre « Choses bues » que j’avais déjà lu et même commenté à ma façon ici même  le 29 septembre dernier  et je me cite :

« Le 3ème livre de Dupont permet  de mieux comprendre (c’est sans doute voulu) ce grand critique du journal Le Point. On comprend pourquoi il aime tant les femmes qui font du vin, pourquoi il aime les « petits crus », j’ai compris que Valandraud ne pourra jamais le séduire (le bois) et que notre « réussite » est un peu un handicap pour lui, pour nous….. ?

Qu’importe, il est cohérent, compétent, et en plus son livre, que je n’ai pas fini, se lit comme un roman . »

Je l’ai fini depuis et Jacques Dupont à qui un de ses amis avait fait passer le post de mon blog (intégral ?) se rappelait ce passage « j’ai compris que Valandraud ne pourrait jamais le séduire » et paraissait étonné. Sans doute n’avait il pas lu tout mon petit commentaire, et je citais Valandraud et non Virginie de Valandraud qui est plus à son « goût », car c’est bien sûr de son goût dont il s’agissait. Je n’ai que rarement commenté de manière désagréable les bonnes ou moins bonnes notes des critiques, pensant toujours que leur avis n’avait pas à être discuté par moi puisque j’avais choisi de faire goûter mon vin par eux.

C’est comme le classement de Saint Emilion : une fois que l’on accepte de participer, on doit en accepter les jugements. Sinon, le plus simple est de ne pas participer.

En tout cas, beaucoup , beaucoup de monde à cette séance de dédicace, preuve s’il en était besoin, de l’importance de Jacques Dupont et d’un bon libraire. A quand la même séance de dédicace pour le prochain livre de Bettane ou de Parker ?

Pendant, ce temps, au Crillon à Paris, l’Amateur de Bordeaux et le Bottin Gourmand organisaient leur grande dégustation annuelle, et le net regorgeait d’articles sur l’évolution de la position française sur la publicité pour le vin sur internet : même l’ancien ministre Evin en accord avec Roselyne Bachelot qui comprend qu’évolution ne signifie pas laxisme, même si certains leaders sont pour les autres des « pères la rigueur » qui font peur  et rappellent les pires heures de la prohibition américaine.

Jeudi 30, ce sera écran noir chez beaucoup de média internet,y compris chez moi. C’est peu mais symbolique.


 Et pour le plaisir, une photo prise pendant les vendanges où Karl, mon petit fils, prend les choses en mains, et une photo de Murielle prise par un très bon photographe local qui a récemment accompagné des journalistes allemands.



Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Luc Thunevin - dans Divers
commenter cet article

commentaires