Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

9 mars 2006 4 09 /03 /mars /2006 10:27

Hier, grosse journée

 

 

Dégustation au bureau avec Cécile, Caroline, Catherine et Gilles :

 

 

1 /Un Bordeaux Supérieur amené par une collègue employée dans un négoce ami : il s’agit du vin de son frère, hélas pas à notre goût. Vin moyen, dilué, manquant de charme, de maturité, ne correspondant pas du tout à notre gamme, que je définirai comme plus « moderne ».

2/ Une série de vins du Médoc 1999-2000-2001, vinifiés par un pied-noir qui vinifie des raisins très très mûrs, ce qui fait que ses vins sont un peu « décadents », très souples, un peu usés, dans un style ancien mais qui peut correspondre, selon moi, à une clientèle qui n’aime pas les vins jeunes, ni trop noir, ni trop extraits. Je dois dire qu’ils n’ont satisfait que moi, mais j’ai un peu plus de recul quant au goût de nos clients.

3/ La gamme envoyée par un négociant du sud, ami de Thomas Duroux. Les 6 vins sont et correspondent à un goût et un style qui signe fortement ce négoce-éleveur à la Bourguignonne.

Belle présentation, style chic « australien ». Ces bouteilles ne m’ont été envoyées que pour faire connaissance, et en tout cas, c’est très différent de ce que j’achète et que je fais avec entre autres Jean Roger Calvet et ses amis de Maury.

 A midi , Rémi Dalmasso mon maître de chai-œnologue et moi même, étions invités à déjeuner par un de nos fournisseurs de barriques, dont je suis content : il s’agit de Radoux. Je suis content d’avoir insisté pour manger à Plaisance : le repas à 32 euros était tout simplement remarquable, avec un Cornas  1999 de chez Tardieu-Laurent. Ma foi, notre métier est des plus agréable ! Surtout qu’à côté de nous, un producteur de Champagne, Henri Giraud, nous a fait découvrir son 1996 élevé en fûts de chêne, tout à fait mûr et en tout cas pas oxydatif et vraiment bon.

 

 

L’après-midi, 1ère dégustation avec Rémi et Jean Philippe Fort pour notre 1er assemblage de 2004 avant mise et 2005 avant présentation au négoce et aux journalistes.

Hier le temps, ou mon cœur, était optimiste. Je crois que pour ce qui est du millésime 2004, Patrick Essa, Hervé Bizeul et Bernard Burtschy ont raison : Valandraud 2004 est en train de perdre son austère gangue tannique  pour se civiliser  chaque semaine un peu plus et devenir une bombe avec bien sûr pour lui la nécessité d’être goûté après quelques années.

Pour le 2005, vous le savez depuis le début, tout Bordeaux a réussi, et c’est bien, très bien, incroyable, mais c’est une autre histoire. Je ne sais pas si nous serons dans les tout-premiers puisque je n’ai pas encore goûté la centaine de vins qui comptent à Bordeaux, et si j’en crois les pronostics des uns et des autres, les 5 étoiles, les 18/20 et les 95 points vont être distribués à foison.

 

 

Ensuite, avec quelques collègues,  visite et  dégustation  à Beauséjour Duffau où nous avons refait la dégustation de la RVF, et si 2002 était conforme à son statut et au goût du millésime, les bouteilles de 2000 ne m’ont pas été trop satisfaisantes, et je voudrai bien en re-goûter une autre pour voir. Pour ce qui concerne le 1995 , alors là, je ne comprend pas la RVF ! Nous n’avons pas goûté le même vin ou la bouteille avait un problème, car je pense que  1995  est remarquable et l’un des grands vins du millésime. Et Jean Michel Dubos me dit que le 1998 est supérieur, donc je pense qu’il serait intéressant  pour le château et le RVF de re-goûter les10, 20, 30 ou  40 derniers millésimes de Beauséjour Duffau. Mais en tout cas, je peux vous dire que leur 2005 sera l’un de mes favoris pour le titre de meilleur vin de cette grande année.

 

 

Pour finir, le soir avec Murielle, qui elle n’avait rien bu de tout ça, j’ai ouvert une demi-bouteille de Croix de Labrie 1999 , bien mûr, bien noir, bien complet.  Ce vin était simplement là pour exorciser les commentaires faits l’après midi par un des professionnels sur « ces vins noirs qui ne correspondent pas à Saint Emilion, de goût trop américain, trop body-buildés, qui ne tiennent pas leur promesses, patati patata…. Je défends mon goût  et celui du voisin n’est pas le bon, il n’y connaît rien, moi je suis un grand professionnel et les autres devraient rester à leur place, travailler ne sert à rien, hériter c’est mieux… Mais que diable venez vous faire là ? Laissez nous entre nous, entre gens de bonne compagnie… »

Et bien moi, je suis un démocrate, j’aime la diversité et je peux aimer l’élégance d’un mannequin et les formes épanouies d’une belle inconnue.

C’est la vie.

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Jean Luc Thunevin 10/03/2006 15:50

Pour répondre à l'interrogation de Thomas : c'était le 2003 que nous avons goûté.

Pierre-Guillaume CHIBERRY 10/03/2006 14:18

Beau métier en effet !
Merci Jean-Luc de nous avoir dirigés vers cette très belle table de Saint-émilion. Tu fais bien de souligner l’attrait de ce menu de midi et de son rapport qualité/prix imbattable. Merci à mon compatriote (M. Etchebest) pour la grande finesse de sa cuisine (à l’exception du tapioca que Jean-Luc ne digère pas…il doit y avoir du Proust et du Freud là dessous !) 
Quand au Cornas de Tardieu-Laurent : Bien que fermé au début du déjeuner (et un peu austère) , je dois dire que l’élégance et la complexité de cette syrah était remarquable. Peut-être que l’élevage sous fûts 100% neufs y porte sa contribution !
Extrait du site web de Tardieu-Laurent : « quand le Terroir est au cœur, iI ne faut pas s'arrêter aux apparences...Ainsi, pour Dominique Laurent et Michel Tardieu, le chêne neuf est un moyen : sa vertu n'est pas d'apparaître dans le Vin, mais, tout au contraire, de disparaître... »
 
Pour finir, en pensant à ce vin de négoce (quand même pas donné...) j’ai juste une petite interrogation personnelle : A quand le retour des très grands vins de marque à Bordeaux ? L’art du négociant assembleur-éleveur. L’état du marché ouvrira peut-être quelques belles opportunités ? A l'image des Olivier Leflaive, ou autres Louis Latour...les grands vins de négoce seraient, je crois, les bienvenus chez nous.
 
 

Pierre-Guillaume CHIBERRY
Tonnellerie RADOUX

thomas 09/03/2006 15:59

Sympa que tu ais gouté les vins de H&B. 2002 ou 2003?
thomas