Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jean Luc Thunevin

  • : Jean-Luc Thunevin
  • : Bienvenue sur le Blog de Jean-Luc Thunevin, propriétaire de Château Valandraud.
  • Contact

  • Blog de Jean Luc Thunevin

Recherche

Articles Récents

3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 11:20

Mardi 1er juillet à midi, réunion de travail au Château Fleur Cardinale avec toute l’équipe technique : Richard, Jean Philippe, Bob, Dominique, Florence et moi.

Auparavant, une dégustation au chai pour goûter les différents cépages merlot, cabernet franc et sauvignon élevés dans des barriques de 3 tonneliers différents . il est toujours surprenant pour moi de voir quelles peuvent être les importantes différences entre barriques du même tonnelier et entre les tonneliers bien sûr. En tout cas, maintenant le   2007 se goûte mieux encore que lors des dégustations primeurs. Tout de suite après, repas où on a pu constater le très haut niveau de qualité du 2006  récemment mis en bouteille, et également le 2004 et 2003.

 

Le soir, le millésime 2005 bu aussi à table était vraiment imposant malgré la chaleur tropicale lors du repas avec Mark Golodetz, journaliste américain qui nous a entre autre posé cette question : qui, à plus de 5 km  de Saint Emilion se soucie du classement ?  Aux USA, en tout cas d’après lui, cela n’a pas d’importance (ni d’après le commentaire de  Frédéric Gautier sur mon blog)

Bon, moi en tout cas, j’aime bien ce classement qui est l’une des portes d’accès à la reconnaissance et je n’oublie pas que je suis consultant des Châteaux Fleur Cardinale et La Dominique et que j’avais postulé pour Valandraud et Clos Badon.

Mercredi 2 au matin, dégustation avec Alain Raynaud, Jean Philippe Fort et les responsables techniques du château de Carles pour préparer la mise des 2006 ;

 

Ensuite direction Libourne pour un repas amical et privilégié .

La perception physique, charnelle, est pour l’instant  si intense,  larmes et angoisse de ne pas être à la hauteur, de ne pas être « digne »… Murielle intimidée, moi tout autant et pourtant tant de capacité de notre hôte à ne pas être « trop », si attentif à être simple, que même un complexé de la culture  comme moi peut un peu oublier le chemin qu’il lui reste à parcourir.

Le temps passe toujours trop vite lors de ces rencontres. Le lieu, si paisible, le vin avec la symbolique du millésime 1988 (les 8  de prospérité) et en le buvant , cette image encore charnelle, féminine qui me fait chantonner depuis hier cette belle chanson écrite par Georges Moustaki et chantée par Serge Reggiani :

 

La femme qui est dans mon lit
N'a plus 20 ans depuis longtemps
Les yeux cernés
Par les années
Par les amours
Au jour le jour
La bouche usée
Par les baisers
Trop souvent, mais
Trop mal donnés
Le teint blafard
Malgré le fard
Plus pâle qu'une
Tâche de lune

La femme qui est dans mon lit
N'a plus 20 ans depuis longtemps
Les seins si lourds
De trop d'amour
Ne portent pas
Le nom d'appas
Le corps lassé
Trop caressé
Trop souvent, mais
Trop mal aimé
Le dos vouté
Semble porter
Des souvenirs
Qu'elle a dû fuir

La femme qui est dans mon lit
N'a plus 20 ans depuis longtemps
Ne riez pas
N'y touchez pas
Gardez vos larmes
Et vos sarcasmes
Lorsque la nuit
Nous réunit
Son corps, ses mains
S'offrent aux miens
Et c'est son cœur
Couvert de pleurs
Et de blessures
Qui me rassure

 

 

Etonnante réaction due à ce vin… Je n’ai que l’explication des 20 ans d’âge de ce merveilleux 1988.

 

Le soir, à La Dominique, réception et visite d’un groupe de 6 personnes de la société BEC. C’est si facile d’être crédible quand on a comme voisin Cheval Blanc, L’Evangile, La Conseillante  et  quand on constate le résultat des travaux  engagés par Clément Fayat pour hisser ce cru au plus haut niveau.

Le moral un peu mis à mal par cette campagne primeurs repart à l’optimisme. Merci à ce métier fabuleux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires